L’ordonnance- Tabaski

0

On a fait leur fête aux  moutons.  Le 11 août dernier dès qu’on a mis la lame à la gorge du mouton VIP, on a regretté de l’avoir acheté à4oo mille francs. Mais on croit toujours avoirla foi. On a frimé devant ceux qui avaient un mouton de petit gabarit. Une fois à ‘’ardjina’’ (paradis ) on ira surement pas dans le même compartiment qu’eux .Nous on sera en classe ‘’lahara’’- VIP (le luxe dans l’au-delà ) . Ceux qui polluent notre environnement n’y seront pas non plus  , ils ont égorgé le mouton dans la rue, laissé le sang de l’animal dégouliner et déversé viscères et déchets dans les caniveaux.0n a oublié les  nécessiteux (selon la prescription religieuse un tiers de la viande du mouton doit leur revenir-ils sont dans l’autre rue ou dans le quartier voisin), on a préféré partager avec nos alliés et ceux qui nous envoient régulièrement un plat .On a pas été assez fous pour omettre nos relations    d’affaires . Invités ou pas eux sont de la fête : cafards, moustiques, rats, chats et chiens vont et viennent gaillardement depuis le 12 ; aucune inquiétude, leurs desserts débordent des poubelles. Toute l’année on s’est dit pauvres mais on a fait bombance parce que le voisin l’a fait. Sûr, on n’est pas plus envieux que croyants. Plus croyants que les vendeurs ou revendeurs de moutons qui ont entretenu la spéculation. Il sont cupides mais n’ont pas su apprécier que quand l’offre est plus importante que la demande, le prix de vente doit baisser .Voilà qu’ils baissent la tête devant leurs troupeaux d’invendus.

 

Des sacrifies  et des mal barrés.

Voilà qu’après la fête il faut assurer ou en tout cas  honorer sa parole pour ceux qui en ont. On est mal barrés; on a du s’endetter pour acquérir la bien défunte (bête) , maintenant il faut chercher à éviter au maximum ces créditeurs qui – il faut l’avouer- nous on t‘’soutura’’ (sauver notre honneur et notre face) .Quand on les apercevra dans la circulation -plus ou moins alternée -on va slalomer pour prendre une voie plus ’’ praticable ’’ (deux billets de 1000 francs sont toujours pré positionnés dans ma boite a gant au cas où j’entends un coup de sifflet), ce seront des détours stratégiques jusqu’à ce qu’on contracte un autre …. prêt pour leur rembourser (avant le baptême du bébé que ma deuxième femme attend, j’espère). Les couts des vestes prêt- à -porter de ma copine Safi et son petit frère  Mody sont aussi à réglés, et ce n’est pas tout …….Finalement  je ne sais plus combien je dois à mes sauveteurs de créditeurs. Apres les factures on a aussi l’ordonnance- tabaski, le Docteur nous attend parce qu’on a fait feu de tout bois, pour le plat du jour et la soupe du lendemain. Pour s’être goinfrés, les moins prudents ont eu une indigestion ou une diarrhée.

Bamoussa/Maliweb.net

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here