Commémoration du décès du président Modibo Keïta : Le chef de l’État salue la mémoire du leader d’exception

4

Il y a 45 ans disparaissait le père de l’indépendance, l’ancien président de la République, Modibo Keïta, qui a dirigé notre pays du 23 septembre 1960 au 19 novembre 1968. à l’occasion de la commémoration de sa disparition, la nation malienne a rendu un hommage mérité au leader politique. Ainsi, respectant une tradition bien établie, le président de la Transition, le colonel Assimi Goïta a déposé hier une gerbe de fleurs sur la tombe de Modibo Keïta qui repose au cimetière d’Hamdallaye. 



à son arrivée sur place, le chef de l’État a été accueilli par les autorités administratives et coutumières de la Commune III et du District de Bamako, en présence du président du Conseil national de Transition (CNT), le colonel Malick Diaw et de plusieurs membres du gouvernement. étaient également présents des membres de la famille biologique de l’illustre disparu et de nombreux responsables de sa famille politique, le Rassemblement démocratique africain (RDA Mali).

Après l’exécution de l’hymne national et la sonnerie aux morts, le colonel Assimi Goïta a procédé au dépôt de la gerbe de fleurs sur la tombe avant de saluer la mémoire d’un leader politique charismatique qui s’est battu avec ses compagnons de lutte pour donner au Mali sa souveraineté et sa dignité. Selon le colonel Assimi Goïta, feu Modibo Keïta, au-delà d’avoir été le premier président de notre pays, fut également un homme d’exception qui a su imposer autour du Mali le respect dans le concert des nations.

Pour le président de la Transition, Modibo Keïta était aussi un grand panafricaniste qui considérait l’unité africaine comme une nécessité pour coordonner l’ensemble des actions des pays indépendants sur le continent. “Ce jour d’anniversaire doit être pour tous les Maliens un jour de mémoire sans distinction d’ethnie ou d’appartenance”, a exhorté le président Goïta, qui a saisi l’occasion pour rendre un vibrant hommage au peuple malien pour son soutien et son accompagnement constants. 

Le chef de l’état assurera ensuite que les autorités de la Transition mettront tout en oeuvre pour la sauvegarde, la défense de la souveraineté, la dignité et l’honneur de la patrie dans le strict respect des intérêts du peuple malien.

Né le 4 juin 1915 à Bamako, Modibo Keïta est décédé le 16 mai 1977 en détention au Camp des commandos parachutistes de Djikoroni Para à l’âge de 62 ans.

 

Commentaires via Facebook :

4 COMMENTAIRES

  1. Si nous commun du mortel, avait la possibilité de réveiller Modibo KEITA e Mamadou KONATE, ils demanderons de les tuer une seconde fois, car la situation actuelle du Mali est pire que cette période où ces grands leaders dirigeaient le pays. Les fils d’aujourd’hui de notre pays sont devenus des véritables pingouins et des troubadours, pour sortir de ça, il faudrait encore beaucoup d’années., car ce sont des personnes atteintes au niveau du psy et pour remettre les choses en ordre, il faut une très grande éducation en destination de ces grands malades.

  2. Les maliens ont danser plus de 3 mois lorsque modibo keita fut renverser par les militaires de moussa traore en 1968. Lorsque Modibo Keita fut tuer comme un chien par ces militaires, aucun malien n’est sorti dans la rue pour manifester. Ils ont plutot vaguer a leur miserable occupation.
    Ce meme dictateur moussa traore a son fils spirituel, choguel maiga, aujourd’hui comme premier ministre dans un regime militaire puschiste qui a renverser un autre keita( IBK) . C’est seulement au mali qu’on peut voir ce genre de choses.

    • Boua le ventru IBK, le Mande Zonkeba est mort de sa cirrhose du foie due au whiskey comme un ane a Sebenikoro, personne n’a eu pitie! Tout le monde etait heureux de voir le Mali debarasse d’un de ses fils alcooliques et sans valeur morale ou religieuse!

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here