Eections législatives partielles d’Ansongo : L’URD dénonce les irrégularités du scrutin

0
Communiqué de l'URD sur les attaques de Ouagadougou du 15 janvier 2016

Le siège du bureau national du parti de l’Union pour la République et la Démocratie (URD) a servi de cadre la tenue d’une conférence de presse le vendredi 15 janvier 2016. L’objectif de cette conférence était d’informer l’opinion nationale et internationale sur le déroulement des élections législatives partielles dans le cercle d’Ansongo.  Présidée par le 1er vice-président du parti, Pr. Salikou Sanogo, la conférence a mobilisé plusieurs cadres de la famille URD, des militants et d’autres personnalités de marque.
L’ouverture de la conférence a été marquée par l’hymne du parti suivi des mots de bienvenue du 1er vice-président Pr Salikou Sanogo qui rappela l’objectif du point de presse. Selon lui, ce point de presse vise à porter à la connaissance de l’opinion publique le déroulement des législatives partielles d’Ansongo. Son intervention a été suivie de celle de l’honorable Abdoul Malick Diallo, un élu de la commune d’Ansongo qui est spécialement venu de Gao pour la présente conférence. Celui-ci a beaucoup insisté sur les irrégularités constatées au cours de cette élection partielle dans le cercle de Gao. A l’en croire, les forces armées maliennes étaient présentes partout et il pensait que les élections allaient se dérouler normalement. “Mais le dernier samedi avant les élections, quand nos forces armées voulaient se rendre à Tallataï (un village du cercle d’Ansongo) elles ont été arrêtées à 15 km de Tallataï par les femmes et les enfants qui leur dirent que la localité ne fait pas partie du Mali et qu’ici c’est l’Azawad et non le Mali”, a-t-il déclaré. Avant d’ajouter que les élections se sont déroulées dans 6 communes sur les 7 prévues parmi lesquelles la commune de Téssit située entre le Mali et le Burkina Faso. A ses dires, beaucoup d’irrégularités ont été constatées dans cette localité. Et de poursuivre que les délégués du parti ont amené dans la nuit vers minuit le résultat de la localité de Téssit signé par le chef de centre qui donnait 512 voix pour l’URD et 2574 voix pour le RPM. Selon lui, dès six heures du matin le sous préfet a communiqué un autre résultat qui donnait 170 voix pour l’URD et 6060 voix pour le RPM.  En plus, mentionne-t-il, il y avait 28 bureaux de vote et sur ces 28 bureaux le parti URD n’était représenté que dans 9 bureaux. “Les présidents de bureau n’étaient accessibles par les délégués dans la localité de Bakal 100, quant à la population locale, elle est en transhumance. Dans cette localité de Bakal 100 les présidents de bureau s’installèrent dans les zones où il n’y avait même pas de village par exemple autour d’une marre et à 17 heures ils viennent avec les précipices cachetés, a confié l’honorable Diallo aux hommes de la presse “. Il a noté que le taux d’erreur est élevé dans toutes les localités sauf à Téssit. Dans la localité de l’intervenant, le taux d’erreur est de 3 % et 6 % dans la localité de Téssit. Comparant le temps minimum fait par un électeur avisé dans un bureau qui est de 2 minutes 10 secondes et de celui moins avisé qui est de 5 minutes, il a souligné que cela doit faire en moyenne 3 minutes pour le vote d’une personne.
A l’entendre, dans un bureau de vote à Téssit qui comprend 430 inscrits, tous les 430 inscrits ont voté et ils ont tous voté RPM. Selon l’honorable, en prenant 430 et multiplier par 2 ça nous donne 860 minute. En divisant 860 par 60 mn, il faut donc 13 heures de temps pour que 430 personnes votent dans un même bureau. Hors pour lui, le vote ne fait que 8 heures de temps. C’est en se basant sur ce contrôle de cohérence qu’il a soutenu le bourrage d’urne et que cette pratique existe dans le nord depuis longtemps.
L’honorable Diallo a également souligné qu’une rumeur a été répandue stipulant qu’il a été enlevé, une méthode pour le dissuader de quitter la localité avant les élections. Ainsi, notre intervenant a déclaré avoir reçu deux appels de menace dont les numéros ont été remis à la gendarmerie de la localité.
Prenant la parole, Dr Beffon Cissé, mandataire national, souligne qu’il est incompréhensible que la CENI organise les élections depuis 1992 et que jusqu’à présent on constate des irrégularités énormes. Il a affirmé que dans certains bureaux, le nombre de votant était plus élevé que le nombre d’électeurs inscrits sur la liste. Pour lui, un administrateur loyal ne doit pas porter ces résultats. A l’en croire, l’administration a fourni des résultats non totalisés c’est-à-dire le résultat sans le nombre de bureau. Pour lui, l’exemple le plus frappant est celui du village de Koko 1 où il y a 104 pour 100 votants.
Pour sa part, Me Demba Traoré, secrétaire à la communication du parti, a affirmé que le parti a déposé dans la matinée du vendredi à 6h50 mn une requête auprès de la CENI afin d’annulation des élections partielles dans la commune de Téssit. Pour lui, tout a été mis en place pour réduire les voix de l’URD au profit du RPM.
Mamadou BALLO –
Sory Ibrahim TRAORE, stagiaire

PARTAGER