Elections législatives : Des alliances qui fâchent !

7

Pour des fins politiques et pour des intérêts personnels certaines alliances  inimaginables, contre natures où figurent des partis politiques qui se sont toujours regardés en chiens de faïence, sont constatées  dans certaines régions et dans certaines communes de la capitale malienne.  Des situations que les électeurs doivent analyser avant d’accomplir leur devoir civique, le jour-j.

Les élections législatives sont annoncées pour le 29 mars 2020. Depuis l’annonce des dates par les autorités publiques, les partis politiques ont commencé  des démarches pour la constitution des listes de candidature. Puis, il y’a eu le respect du délai pour le dépôt des listes, suivi de la proclamation et validation des listes par la Cour Constitutionnelle.

Cependant force est de constater que des alliances, jugées contre natures, dans certaines zones électorales ont donné du froid dans le dos de nombreux observateurs.

En effet, cette situation démontre que la politique au Mali est très mal comprise. Mieux ces alliances jettent une grande lumière sur la véritable motivation des hommes politiques au Mali, qui n’est autre que le combat de l’intérêt personnel et non celui du peuple.

Par exemple, à Sikasso qui est la plus grande circonscription électorale, le RPM (Parti au pouvoir) et l’URD (Parti de l’opposition) se retrouvent sur une même liste. La même alliance ‘’contre nature’’ est constatée à Koulikoro également, où le président sortant de l’Assemblée Nationale, Issiaka Sidibé (PRM) et le maire de ladite localité Ely Diarra (URD), se sont débrouillés pour se retrouver sur une même liste.  Diantre !

Cette même situation est constatable dans certaines communes du district de Bamako. Parmi lesquelles, figurent  la commune VI  (l’alliance ASMA-UDD-MPR) et la commune V (l’alliance URD-ADEMA-PASJ-ADP-MALIBA).

Ces cas d’alliances, doivent  interpeler les électeurs à réfléchir sur les réelles intentions de ces politiciens qui viennent les amadouer avec de fausses promesses, juste pour avoir leurs voix lors des suffrages.

Sans risque de se tromper, ces alliances sont généralement faites pour gagner les élections. De ce fait, une fois dans les locaux de l’Assemblée Nationale chacun poursuit son chemin et c’est là que les combats pour les intérêts de son parti débutent.

De toute façon, ce sont  les pauvres électeurs qui ne comprendront jamais pourquoi ‘’les chats et les chiens’’ d’un même panier vont se contredire autour d’un plat commun.   Ce qui est cependant plausible est que ces alliances, n’honorent aucunement la démocratie malienne.

                                                                                                         

Par Maïmouna Sidibé

Commentaires via Facebook :

7 COMMENTAIRES

  1. Dans ce sens c’est le législateur qui ne travaille, si on sait que la loi a des failles, il faut légiférer de sorte qu’on peut corriger sans insulter rien. On ne peut pas nous dire qu’on ne peut sortir une carte électorale législative propre aux députés et que dans chaque circonscription électorale on n’élit qu’un seul député. Avec ça le débat est clos et même l’alliance nature ne serait possible à plus forte raison alliance contre nature.

  2. Quand on veut valoriser un candidat dans une élection , le mieux à faire , c’est de faire connaître son bilan ou ses projets aux électeurs , je crains que la seule notoriété réduite au nom à la candidature soit trop juste et court !

  3. MAIMOUNA SIDIBE doit savoir que si les électeurs sont capables de distinguer les partis politiques de l’opposition et de la majorité, ces derniers auraient évité l’alliance à ce niveau.
    Les électeurs maliens se déplacent pour voter à des personnes qui leurs sont proches c’est à dire des personnes qu’ils voient dans les manifestations traditionnelles.
    Les alliances s’expliquent par une sorte de dilution des différences à la base c’est à dire que les électeurs ne voient que les candidats comme des éléments d’une même famille.
    La tactique des partis s’y adapte.
    C’est pour dire que les alliances locales n’ont aucune influence sur la position du parti au niveau national.
    C’est la victoire du parti qui compte, pas du candidat au niveau local.
    L’objectif pour le parti est de gagner le maximum de députés pour contrôler l’assemblée nationale.
    Donc si une alliance peut lui permettre de ne pas perdre de députés, car il s’agit de ne pas perdre, non de gagner, il s’engage à fond.
    Si c’est pour gagner, le parti va seul.
    LES ALLIANCES CONTRE NATURE SONT CELLES QUI CONSISTENT À EXERCER LE POUVOIR ENSEMBLE SANS ACCORD POLITIQUE.
    Ce ne sont pas les hommes qui s’allient, mais les IDÉES, une conception de gestion du pouvoir.
    Dans nos localités, les électeurs ne font pas cette différence.
    La meilleure stratégie consiste à s’adapter à la mentalité de la population.
    Les GAOU (des intellectuels qui s’intéressent à la politique comme un villageois qui vient d’habiter dans une grande ville)ont maille à faire avec cette façon de faire la politique,pourtant normal.
    OSER LUTTER,C’EST OSER VAINCRE!
    La lutte continue.

  4. Nous sommes à la fin d’un système politique , c’est ce qui explique ces comédies des alliances de toutes natures , quand les idées politiques et les convictions ne sont plus assumées , ça laisse place à des spectacles minables que nous assistons (le mariage des carpes et des lapins ) , ça prouve que l’agenda politique du Mali , la recherche du progrès social commun a disparu depuis une belle lurette . Le phénomène politique vue le nombre de partis est devenu une culture de consommation populaire sans projet et ni cap au bout , un peuple friand de belles promesses politiques et de prêches religieux sans discernement . Il serait très facile de porter une critique sévère à la classe politique seule sans incriminer une grande partie de nos intellectuels et les hommes de bonnes volontés qui ont fait le choix du confort comme refuge à la clef« le silence ! » La responsabilité d’une société relève du collectif , indépendamment des structures institutionnels , les citoyens doivent être en alerte continue du contrôle politique , ce travail ne peut être fait que par des intellectuels , les éclaireurs !
    Aujourd’hui le constat de la crise éducative en particulier la scolaire en ai la parfaite illustration de notre démission collective .

  5. Ma soeur tru passes à coté. Toi même tu as que qu’une fois à l’assemblée chacun suit son chemin., L’opposition suit sa voix te la majorité la leur. Où est le problèeme? C’est kle système électoral qui n’est pas bon. Il faut instituer la proportionelle sinon ca sera toujours ainsi. C’est ceux qui n’ont pas pu avoir d’alliance ou qui savent qu’ils ne gagneront pas sont ceux qui crient.
    Comment comprendre les élections présidentielles au 2ème tour. Tous les autres candidats devaient soutenir le candidat de l’opposition si tous étaient pour le Mali mais qu’est ce qu’on vu? Certains de ces candidats crient au vol avec les alliances RPM ADEMA URD car ils savent qu’ils ne peuvent pas gagner. On a tout compris.

    • Le RPM et l’ADEMA n’ont aucune crédibilité et ne peuvent gagner aucune élection. Aucune alliance ne peut vous sauver. Vous serez surpris en vous mettant le doigt dans le der…

  6. PAUVRE MAIMOUNA SIDIBE. C’EST VOUS QUI N’AVEZ TOUJOURS RIEN COMPRIS.

    VOUS CROYEZ QUE LA DÉSAFFECTATION DES MALIENS VIS A VIS DE LA CHOSE POLITIQUE SE TRADUIT SEULEMENT PAR L’ABSTENTION ??

    LES MALIENS SAVENT QUE QUELQUES SOIENT LES CANDIDATS EN FACE (CEUX QUI ACHÈTENT LES CONSCIENCES ET LES VOTES, MAIS AUSSI CEUX QUI N’EN ONT PAS LES MOYENS OU L’OPPORTUNITÉ) SONT TOUS DE LA MÊME ÉTOFFE.

    ILS SAVENT PAR AILLEURS QUE MÊME EN SANCTIONNANT CEUX QUI AURONT DÉÇUS PAR LE PASSÉ, PAR UN VOTE ALTERNATIF, LES NOUVEAUX FERONT EXACTEMENT LA MÊME CHOSE SI. CE N’EST PIRE.

    L’ARGENT, LES GADGETS ET LES SUBSIDES QU’ILS COLLECTENT AVEC LES UNS ET LES AUTRES NE CORRESPONDENT ABSOLUMENT À RIEN DE CE TOUT CE QUE VOUS DITES.

    NE CROYEZ PAS QUE LES SEULES OCCASIONS DE SANCTIONNER LES ÉLUS C’EST D’ATTENDRE LES PROCHAINES ÉLECTIONS.

    LISTES CONTRE NATURE OU PAS, LES ÉLECTEURS NE CONNAISSENT PAS LES PARTIS, ILS CONNAISSENT PAR CONTRE LES INDIVIDUS.

    CEUX DE KOULIKORO CONNAISSENT BIEN LES DEUX CANDIDATS. ILKS SAVENT QU’ILS SE CONNAISSENT, MANGENT DANS LE MÊME PLAT, TRAVAILLENT TOUS POUR LA COMMUNE URBAINE DE KOULIKORO.
    ALORS PARTIS POLITIQUES OU PAS…!!!!!

    JE SUPPOSE QU’À SIKASSO C’EST LA MÊME LOGIQUE QUI PRÉVAUT.

    APPRENEZ À CONNAÎTRE LA SOCIOLOGIE DES MALIENS.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here