En déplacement à Beleco, Modibo Sidibé épingle les failles de la gouvernance IBK : “Pour la promotion des cadres, les critères de compétence doivent prévaloir sur l’appartenance politique”

8
FARE An ka Wuli en commune III : Modibo Sidibé part à la rencontre de ses militants
Modibo Sidibé , président Fare

Elle  était composée du 1er vice-président, Souleymane Koné, du chargé aux finances, Sory Ibrahim Makanguilé, du secrétaire politique, Sinalou Diawara et de la 10ème vice-présidente, Cissé Djita Dème.

C’est une marée humaine qui a réservé un accueil chaleureux à Modibo Sidibé et à sa délégation. Après les salutations d’usage et les mots de bienvenue du chef de village de Béléco, Bakary Coulibaly, le secrétaire général des FARE de Béléco, Mamadou Coulibaly, a indiqué que le parti appartient aux militants. Àussi, il les a-t-il appelés à se mobiliser pour son implantation dans toute la commune de Diédougou.

Il s’est aussi réjoui de la visite d’une forte délégation de l’instance suprême de la formation politique. Cette visite permet aux militants à la base d’être en contact avec les responsables du parti. “L’occasion n’est pas toujours donnée aux militants à la base du parti FARE de rencontrer le premier responsable  afin d’échanger sur les préoccupations de la population et sur les questions d’actualité “, a-t-il précisé.

L’opposition n’est pas synonyme d’apatride

À sa suite, le président des FARE, Modibo Sidibé a rendu un vibrant hommage aux militants pour l’accueil enthousiaste réservé à sa délégation. Avant de remercier les partis politiques qui sont venus rehausser l’éclat de cette cérémonie. Et d’ajouter que les partis politiques constituent un maillon essentiel dans la vie d’une République démocratique et que l’opposition politique a un rôle considérable à jouer dans cette architecture.

Absence totale de perspective

Selon l’ancien Premier ministre sous ATT, l’opposition n’est pas synonyme d’apatride. Elle  épingle les failles de la gouvernance, veille sur  la gestion des affaires publiques par la majorité et interpelle celle-ci sur les dérives constatées. Elle constitue également un garde-fou contre les abus de pouvoir. Aussi,  s’est-il engagé à jouer pleinement sa partition dans le cadre d’une opposition constructive et républicaine.

L’occasion a été mise à profit par le président du parti du baobab, dénoncer  la gouvernance d’IBK. Laquelle est caractérisée par la promotion des cadres du seul parti présidentiel, dit-il. Il ajoute que le Mali est un bien commun et que  les critères de compétence doivent prévaloir sur l’appartenance à une formation politique.

Et de poursuivre que la présidence de la République a été confiée au parti RPM avec à la clé une majorité confortable à l’Assemblée nationale. Malgré cet atout précieux, aucune perspective ne s’est dégagée depuis l’avènement du régime d’IBK. Ainsi, à la question :  “Etes-vous prêts à leur confier les mairies et les futurs postes de conseillers régionaux “, l’assistance a répondu en choeur par un “non “ catégorique.

Le Mali, un Etat  très faible

Se prononçant sur l’accord signé le 15 mai dernier, Modibo Sidibé dira que cet accord n’est pas une bonne base pour la paix. À titre d’exemple, il a cité une disposition de ce document  conférant plus d’avantages aux ressortissants des régions du nord. Ce qui lui fait dire qu’il porte les germes de l’apartheid au Mali. Bien que tous les Maliens aspirent à la paix, l’opposition a une vision différente sur le document signé.

Évoquant les nouvelles dispositions par rapport à la régionalisation, Modibo Sidibé est formel : ” Ce modèle de gestion de l’État est impossible lorsque l’État est faible. Le Mali est un État très faible. Donc il serait difficile d’appliquer convenablement les dispositions de la régionalisation dans un tel État “.

Boubacar PAITAO

 Envoyé spécial

Commentaires via Facebook :

8 COMMENTAIRES

  1. SANKINGBA,
    L’IDIOTIE N’A PAS COMMENCÉ PAR TOI, MAIS TU PEUX T’AMÉLIORER EN T’INFORMANT.

  2. Merci Modibo Sidibé pour cet eclairage à l’endroit du peuple malien. En effet depuis l’arrivée d’Ibk au pouvoir on assiste partout aux nominations des escrocs, des opportunistes, des menteurs, des délinquants financiers connus de tous avec des gros dossiers de vols aux postes de responsabilité un peu partout. Même si tu es le plus grand voleur malhonnête du pays tu seras promu pourvu que tu sois de l’équipe que tu sois de leur equipe, seul critere pour eux, la competence et la moralité ne comptent pas pour eux.Avec des nominations des voleurs à l’onap, au Tresor, aux impots, à la Douane etc….Ah ah ah …Pauvre Mali. Sacré Mali Des cadres compétents qui ont fait leurs preuves sont relevés et calomniés pour les remplacer par des voleurs . On se demande s’ il y’à une enquête de moralité dans ce pays. Tant qu’ils ne changeront pas de comportement le pays n’aura pas la paix. Ces délinquants financiers sont entrain de mentir et de tromper le président IBK qui a été élu à plus de 77%. Donc de grâce Ibk il faut changer avant qu’il soit trop tard pour toi en ce moment les opportunistes voleurs vont te fuir pour aller chez tes ennemis. Donc faites beaucoup attention.

  3. Modibo Sidibé dira que cet accord n’est pas une bonne base pour la paix.
    Ce modèle de gestion de l’état est impossible lorsque l’état est faible.Le Mali est un état très faible.Donc il serait difficile d’appliquer convenablement les dispositions de la régionalisation dans un tel état.

    Voilà qui a le mérite d’être clair !
    Cet accord semble être leur seule bouée de sauvetage: D’ennuyeuses répétitions des mêmes banalités jusqu’à l’ écoeurement.
    Je n’accorde aucune foi à ces sottises.
    Ces rebelles ne reculeront que pour mieux sauter.
    La paix OUI mais pas à n’importe quel prix.
    ‘Lorsque la situation l’exige,il faut savoir prendre les mesures nécessaires’:Aux grands maux,les grands remèdes. Les rebelles,eux,n ‘hésitent pas,ils savent ce qu’ils veulent et font tout pour l’obtenir. 🙁

  4. Qui a affaibli l Etat? Qu est ce qu il a fait dans ce sens qd il était PM si ces gens avaient un brin de dignité il se serait tu.C est pas lui qui forcé Att à prendre son ami comme Ministre des Finances.voici des pratiques qui ont affaibli l Etat.les amities les parentes les copinages.c est ce qui continue.les elites ont tué ce pays.
    Quand ils sont pas au pouvoir c est des saints qd ils sont au pouvoir c est plus que des delinquants

    • les amities les parentes les copinages.c est ce qui continue.
      Je suis contre ce genre de recrutement fondé sur le népotisme et le favoritisme.
      Seul le mérite doit être encouragé.

  5. MODIBO SIDIBÉ EST INCONTESTABLEMENT LE FUTUR PRÉSIDENT DU MALI..
    IMPERTURBALBE
    CONSTANT,
    COHÉRENT
    MODIBO LA FORCE TRANQUILLE

    • Taisez- vous!!!!!!! Les prédateurs de la République Qu’avez vous fait pendant 20 ans de règne? De la nomination à la RGB, au Trésor, à la Douane, aux Impôts, au Commisssariat à la Sécurité Alimentaire et autres, j’en passe?
      Modibo n’est qu’un théoritien qui voit la gestion des affaires de l’Etat à la platonienne. Impopulaire et ne connaissant rien du Mali profond, il ne connait même pas bien tous les quartiers de Bamako. Des bics de signature à 150 000 FCFA quand il était ministre des Affaires Etrangères. Que de gabegie avec l’Initiative Riz!!!!

      VIVE LA REPUBLIQUE

Comments are closed.