Femmes et processus électoraux : Les Maliennes doivent s’affirmer politiquement

0

Le Docteur Susanna Wing, Professeur à l’Université de Haverford aux Etats Unis d’Amérique, a rencontré les journalistes maliens à la Maison de la Presse, le mardi 4 octobre 2011. «L’engagement et la promotion des femmes» était le thème de cette conférence qu’elle a animée.

L’implication des femmes africaines de manière générale, et des femmes maliennes en particulier dans les processus électoraux, suscite un intérêt singulier chez le Dr Susanna Wing. En abordant le sujet, elle a fait l’historique de l’évolution de la gent féminine dans la politique aux Etats Unis d’Amérique. Et cela, à travers l’obtention du droit de vote en 1920 pour les femmes américaines, en passant par l’adoption de l’obligation de l’équité hommes-femmes par les Démocrates en 1980 en matière de candidature, jusqu’à leur niveau ascendant de 17% au Sénat aujourd’hui.

Elle a aussi énuméré le brillant parcours de certaines femmes politiques américaines influentes. Parmi ces élites politiques, on peut noter Madeleine Albright, première femme Secrétaire d’Etat aux USA; Condeleeza Rice, 2ème femme Secrétaire d’Etat; Hilary Clinton, actuelle Secrétaire d’Etat, ancienne Première Dame et politicienne engagée. Dans son récit, elle a soutenu que la question actuelle d’éligibilité des femmes au Mali a existé aux USA, il y a quelques décennies. Mais, ajoute-t-elle, les choses ont alterné au fil du temps.

Dans son explication, on retient que c’est plusieurs années après l’obtention du droit de vote que les femmes américaines se sont montrées très déterminées à faire de la politique, en mettant en valeur leur leadership. Ainsi, les Associations et Ligues féministes se sont mises à soutenir les candidatures des femmes.

Ce courage a beaucoup suscité l’intérêt des hommes politiques qui n’hésitèrent pas à mettre leurs noms en tête de leurs listes de candidature. A en croire le Dr Susanna Wing, les femmes maliennes doivent, à l’instar de leurs sœurs américaines, mettre en valeur leur leadership afin de s’affirmer politiquement. Elle a précisé que le leadership n’a rien à avoir avec le niveau d’instruction. «C’est simplement une question de détermination personnelle», a-t-elle conclu.
Rokia DIABATE

Commentaires via Facebook :

PARTAGER