Gestion de la crise politique née du coup d’Etat du 22 mars : L’Alliance IBK 2012 clarifie sa position

8

Le samedi dernier, le Comité directeur de l’Alliance IBK 2012, était face à la presse au QG de campagne du parti (le Rpm) pour expliquer d’une part les raisons de sa démission du Front uni pour la sauvegarde de la démocratie (Fdr) et d’autre part, la position de l’Alliance par rapport à l’accord- cadre.

 

La conférence de presse portait sur deux points: l’arrêt brutal de l’ordre constitutionnel  et l’accord-cadre entre le Cnrdre et la Cedeao.

Dans les 2 cas, selon Bou Touré, la constance de l’Alliance a été de mise dans ses prises de position. A l’annonce du coup d’État et la suspension des institutions de la République par la junte, par la voix de son président, le Pr Mamadou Kassa Traore, l’Alliance a solennellement, avec force et fermeté, condamné le coup d’Etat et exigé le retour à l’ordre constitutionnel. Car, elle est convaincue que seul un pouvoir démocratiquement élu sera à même de garantir l’unité nationale et la bonne gouvernance indispensables au redressement économique et social du pays.

«Partageant les mêmes préoccupations que d’autres acteurs de la vie politique et sociale, nous nous sommes retrouvés dans le Front uni pour la sauvegarde de la démocratie et de la République avec comme objectif le retour à l’ordre constitutionnel», a précisé Bou Touré.
Avant d’ajouter que l’objectif a été atteint par le Front, après quelques jours d’activités intenses (pression),  de cette organisation et la  communauté internationale, le président du Cnrdre a pris l’engagement, le 1er avril, de tout mettre en œuvre pour le retour à l’ordre constitutionnel. Chose qui a été effective le 6 avril avec la signature de l’accord-cadre entre le Cnrdre et le médiateur de la Cedeao, suivie le 12 avril de l’investiture du Pr Dioncounda comme président intérimaire.

L’alliance IBK 2012 a également condamné avec vigueur les événements qui ont empêché, le jeudi 29 mars, la délégation des chefs de la Cedeao d’atterrir. Constance sur constance, a expliqué Bou Toure, face à la décision douloureuse de la Cedeao d’appliquer immédiatement un embargo diplomatique, politique et économique contre le Mali, l’alliance, à travers la voix de son candidat, IBK, a attiré l’attention des chefs de la Cedeao et l’ensemble de la communauté internationale sur les conséquences néfastes de cette décision dans une conjoncture inévitable avec le désarroi des populations sous domination des occupants sans foi ni loi.

Pour une sortie de crise et la restauration de la sécurité et de l’intégrité territoriale, l’Alliance IBK 2012, en toute responsabilité, a décidé d’accompagner la mise en œuvre de l’accord-cadre. Mais au regard de la campagne tendancieuse menée par certains groupes sur le texte, l’Alliance IBK 2012 s’est engagée à informer correctement l’opinion nationale et internationale sur la nature, la portée et les effets de l’accord-cadre.

Le porte-parole de l’Alliance, Bocar Moussa Diarra, a indiqué que son organisation a pris part à toutes les activités du Fdr depuis sa création, le 26 mars. Mais pour l’Alliance, après le retour à l’ordre constitutionnel (investiture du président de l’AN comme président intérimaire), la mission du Front est terminée. Mais avant ce retour, certaines réunions du Fdr se tenaient sans que l’Alliance en soit informée. C’est ainsi que le document contenant les remarques faites sur l’accord-cadre du Fdr a été adopté et envoyé au président du Faso en catimini, alors même que l’Alliance avait émis des resserves sur ce document. En plus, le Front tentait parallèlement à écarter l’Alliance IBK 2012 de la mission d’Ouagadougou qui se préparait.

De son côté, Amadou Sidibé a expliqué que mandat a été donné à lui-même, Me Hamidou Diabate, Me Kassoum Tapo et le colonel Youssouf Traore au sein du FDR, pour comprendre et expliquer l’accord-cadre à l’ensemble des militants du Front. Mais, selon lui, Me Tapo s’est auto-désigné pour faire le travail seul en consultant, selon  lui la Cour constitutionnelle et la Cour suprême. C’est ce document que le Fdr a envoyé au médiateur de la Cedeao sans l’aval de l’Alliance, en catimini. « La mission du Front pour nous est terminée. Elle était ad hoc, elle est terminée et nous sommes sortis sans aucun complexe. Nous nous assumons».

Le Comité directeur de l’Alliance a réaffirmé sa  volonté d’accompagner le nouveau Premier ministre pour la réussite de ses missions (le recouvrement du nord du pays et l’organisation d’élections).
Rappelons que l’Alliance IBK 2012, qui regroupe 18 partis politiques et plus de 1000 associations, clubs et mouvements, est une force de proposition autonome ouverte à tout démocrate.

Nouhoum DICKO

Commentaires via Facebook :

8 COMMENTAIRES

  1. Il faut savoir s’arrêter de parler, de bla balter, de faire la révolution de bureau, et de profiter du territoire français pour s’exprimer aux Maliens (alors qu’on est ANTI FRANCAIS à bord) quel contraste n’est-ce pas …on n’a pas le temps au Mali d’écourter, de remplacer une transition pour une autre transition, si le BUT de tout Malien est la récupération du NORD MALI alors GO, FONÇONS, BONNE ROUTE à l’équipe qui a été constituée autour de C.Modibo DIARRA. Il ne faut plus parler que d’une seule et unique voix au nom du MALI pour écourter le temps des décisions à prendre.

    • Mon cher c’est IBK qui vous a defendu, mais les opportunistes politiciens ont criés avec l’accrod d’alger, qui fait du nord l’autoroute des trnfiquants de tout genre.

      IBK est mieux que les autres au moins il a eu le courage de critiquer et de se presenter contre votre ATT.

  2. “L’eau versée est irrécupérable”. Cher IBK on a déjà compris tes intensions. Ta délégation a bien défendu la conduite de la transition par la junte après les 40 jours de M. TRAORE. Tu disais aussi qu’au meeting du COREN, les ressortissants du nord te clamaient comme étant l’homme de la situation. Tu te trompes une fois de plus Puis que en 94 tu étais farouchement opposé à l’intégration des éléments de Gandakoye et favorable à celle des mouvements touareg et arabes. Le résultat est là aujourd’hui. Tu es comptable de la situation puis que à l’époque si les sédentaires avaient bénéficié de la formation au sein de l’armée ils ne vont jamais abandonner les seins dans les mains de vos (ALpha, IBK, ATT,…) enfants choux choux.

  3. IBK est protégé par le CNRDRE et n’a jamais été arrêté, est ce le prochain Président du Mali ?

  4. Koulouba : Quand le Palais est devenu un véritable far-West

    Depuis le coup d’Etat du 22 mars dernier, le Palais de Koulouba est devenu un véritable far-West où c’est la loi de la jungle. En effet, devenus maître abord par la force des choses, les hommes armés du capitaine Amadou Haya Sanogo se comportent comme des gangsters. Le symbole du pouvoir est devenu un haut lieu de bordel. Conséquence : les travailleurs et visiteurs sont emmerdés et désabusés à longueur de journée par des contrôles inopinés. Pire, les hommes du Capitaine Sanogo ne parlent plus le même langage. La semaine dernière, ils ont failli en venir aux mains à cause des intérêts personnelles et sordides. De quoi donner raison à ceux qui ont estimé que la question du Nord n’est pas en réalité la motivation réelle du coup d’Etat. Si non, comment comprendre qu’un mois après le 22 mars, la gestion de la crise dans le septentrion est relayée au second plan devant le partage du pouvoir. En réalité, le Capitaine est un oiseau de mauvais augure qui a mis le pays à terre après des pillages estimés à des milliards de nos francs.

    • C’est bien ma conclusion aussi après analyse de la situation. Quelle honte ! ! !

    • tout a fait d’accord! c’est ça que je dis depuis la! on se bat pour des conneries de pouvoirs alors que les gens sont fatigués au Nord! c’est eux la priorité!

Comments are closed.