Le collectif des candidats menace de passer à la désobéissance civile pour préserver les acquis démocratiques

12
Le collectif des candidats

Les candidats à l’élection présidentielle passée, Mohamed Ali Bathily, Mountaga Tall, Choguel Kokalla Maiga, Mamadou Traoré, Oumar Mariko, étaient face à la presse, le mercredi 19 septembre 2018, à la Maison de la presse. Objectif : expliquer aux hommes de médias le contenu du livre blanc dans lequel ils ont étalé toutes les violations des lois par BK à travers sa prestation de serment et ont menacé de passer par la désobéissance civile pour préserver les acquis démocratiques.

« Nul n’est au-dessus de la loi, y compris le président la République », a introduit l’ancien ministre de la Justice, Mohamed Ali Bathily, avant de revenir sur toutes les violations des lois par la présidente de la Cour constitutionnelle, les autres membres de cette Cour, la Cour suprême et par IBK lui-même qui a parjuré en prêtant serment en violation des lois.

Pour le président des APM, il n’y a pas lieu de reculer. Il persiste et signe que la prestation de serment par IBK viole les lois et ils ne le reconnaîtront pas comme président de la République. Bathily revient sur la thèse qu’il a toujours défendue depuis le début de ce combat juridique de protestations de la réélection d’IBK. Pour lui, la présidente de la Cour constitutionnelle, Manassa Danioko, a violé l’article 8 de la Loi n°97-010 du 11 Février 1997 portant règles d’organisation et de fonctionnement de la Cour Constitutionnelle, ainsi que la procédure suivie devant elle, parce qu’elle a donné un avis écrit au ministre Mohamed Ag Erlaf, ce que la loi interdit.

Pis, aux dires du ministre Mohamed Ali Bathily, en donnant son avis, elle a fait une mauvaise interprétation sur la délivrance des procurations. « La Cour devait dès lors constater la démission de Manassa parce qu’elle ne devait pas émettre un avis », insiste-t-il. Et de poursuivre que les autres membres de la Cour constitutionnelle ont, eux aussi, violé l’article 10 de la même loi en ne constatant pas la démission d’office de Manassa Danioko. C’est pourquoi, selon le conférencier, le collectif des candidats à la présidentielle, dont il est membre, a porté plainte à la Cour suprême contre les membres de la Cour constitutionnelle pour « forfaiture ».

Sans détour, il affirme que ni Manassa ni les autres membres de la Cour constitutionnelle ne pouvaient proclamer les résultats et la Cour suprême devait, depuis la réception de leur plainte pour forfaiture contre les membres de la Cour constitutionnelle, prendre des mesures conservatoires. « La Cour Suprême, au nom de la primauté de la loi, avait la charge, sur la base de la plainte à elle adressée, de prendre des mesures conservatoires, notamment afin d’empêcher la prestation de serment qui n’est, de toute évidence, que la conséquence des proclamations de résultats faites en violation des lois et constituant, pour cette raison, des infractions. », dit-il.

IBK parjure

Selon les conférenciers, après avoir juré en 2013 de respecter et faire respecter la loi, IBK a commis un parjure en acceptant de prêter serment sur la base des résultats proclamés par une Cour constitutionnelles dont les membres sont en infraction et dont la présidente est considérée comme ayant démissionné.

Les candidats menacent de passer par la désobéissance civile pour préserver les acquis démocratiques

Dans son explication, l’avocat Mohamed Ali Bathily explique l’article 121 de la Constitution, selon lequel : « Lorsque la forme républicaine de l’Etat est remise en cause, notamment par le fait des tribunaux de refuser l’application des lois qui gouvernent le processus électoral et par l’acceptation du président de la République de tirer profit de cette inapplication pour se maintenir au pouvoir, Le peuple a le droit à la désobéissance civile pour la préservation de la forme républicaine de l’Etat », laisse entendre Mohamed Ali Bathily.

Avant de terminer, il a tenu à préciser que la prestation de serment viole les lois et qu’ils vont passer à la désobéissance civile pour préserver les acquis démocratiques.

Quant à Oumar Mariko, il a appelé tous les Maliens à se dresser contre l’atteinte à la démocratie malienne.

Avant de clore, les candidats ont annoncé la tenue d’un géant meeting le samedi 22 septembre.

Boureima Guindo

Commentaires via Facebook :

12 COMMENTAIRES

  1. KINGUIRANA OU TOUNKARANKE TOUJOURS LÀ À DÉFENDRE SOUMAILA UN GRAND VOLEUR DE LA RÉPUBLIQUE, NÉ AU TEMPS BÉNI DE L’ADEMA. IL A TOUT EU DANS CE PAYS. ET IL RÊVE DE KOULOUBA QUI LUI RESTERA ÉTERNELLEMENT AU TRAVERS DE LA GORGE. INCHALLAH. MARCHEZ ET INSULTEZ. MENTEZ ET DIFFAMEZ. C’EST TOUT CE QUI VOUS RESTE. MAIS VOUS FINIREZ PAR RASER LE MUR, LES T ES T I CU.LES RÉTRÉCIS. UN CONSEIL D’AMI. DURANT LES MARCHES, ALLEZ AVEC DE L’EAU ET BUVEZ BEAUCOUP. SOUMAILA TIEBLE KONIMBA BATHILY CHOGUEL SONT DES VIEILLES RACAILLES QUI N’ONT PLUS LEUR 18 ANS. À BONS MARCHEURS, SALUT.

    • Aussi n’oublions pas les sacrifices humains car la petite albinos Ramata Diarra arrachee des mains de sa mere pour etre tuee comme sacrifice humain ne sera jamais oubliee. Nous prenons Boua et generali salifou traore comme coupables jusqu’a preuve du contraire. BERNARD tu n’as jamais repondu a ma question qui est simple: quel est le prix d’achat de AIR-FORCE-ONE-IBK l’avion fetiche d’IBK car pour le moment nous avons entendu 3 prix d’achat differents? IBK est le Mande Zonkeba tres specialiase dans la SURFACTURATION. Boua voleur, Boa ka bla.

    • Nous n’oublierons pas l’assassinat criminel de la petite Albinos Diarra a Fana, les sacrifices humains sont d’un autre siecle Boua, ils n’ont pas de place dans une societe humaine.

      • KINGUIRANA OU TOUNKARANKE L’OPPOSITION EST PRÊTE À FAIRE DES SACRIFICES HUMAINS, POUSSER LES ENFANTS DES AUTRES À AFFRONTER LES FORCES DE L’ORDRE PENDANT QUE LES LEURS SONT À DAKAR, AU CANADA, AUX USA ET EN FRANCE. SACRIFIER LES ENFANTS D’AUTRUI POUR LE POUVOIR.

  2. Franchement Mountaga Tall, Mohamed Aly Bathily et Choguel Maiga font la honte du Mali. Je serai l’opposition je vais chasser ces traîtres à sur mon chemin. Soumi et Tiebilé qui ont toujours été des opposants au régime IBK peuvent se permettre et là on peut comprendre ceux ci. Mais ces anciens ministres après avoir été des portes paroles et les griots de IBK veulent nous démontrer quoi ? Même en politique on devrait après un peu de dignité..

  3. Que voulez vous ? Quand on a 0 ou 1/100 il ne reste qu’une seule chose qui est celle que ces malheureux candidats se livrent ridiculement en ce moment sur ceux qui ont été Ministre sous IBK. Ces candidats devraient prendre le comportement parfait digne et republicains de certains comme CMD, Hamadoun TOURE, Modobo Kadjogué ou Igor DIARRA

    • CE SONT DES INDIGNES TOUJOURS LÀ À DÉFENDRE SOUMAILA UN GRAND VOLEUR DE LA RÉPUBLIQUE, NÉ AU TEMPS BÉNI DE L’ADEMA. IL A TOUT EU DANS CE PAYS. ET IL RÊVE DE KOULOUBA QUI LUI RESTERA ÉTERNELLEMENT AU TRAVERS DE LA GORGE. INCHALLAH. MARCHEZ ET INSULTEZ. MENTEZ ET DIFFAMEZ. C’EST TOUT CE QUI VOUS RESTE. MAIS VOUS FINIREZ PAR RASER LE MUR, LES T ES T I CU.LES RÉTRÉCIS. UN CONSEIL D’AMI. DURANT LES MARCHES, ALLEZ AVEC DE L’EAU ET BUVEZ BEAUCOUP. SOUMAILA TIEBLE KONIMBA BATHILY CHOGUEL SONT DES VIEILLES RACAILLES QUI N’ONT PLUS LEUR 18 ANS. À BONS MARCHEURS, SALUT.

  4. Les acteurs politiques du 26 Mars n’ont rien à démontrer à présent. La situation du Pays ne les préoccupe guère. Aux présidentielles passées, l’opposition aurait dû mobiliser en sa faveur la grande majorité des maliens qui n’a pas voté.

  5. De toutes les façons, il faut savoir que si le mouvement démocratique s’était conduit comme ces partis le font aujourd’hui, le régime dictatorial de Moussa TRAORE serait encore là. En outre, il faut que ces partis veillent à balayer d’un revers de main tous les comportements du régime actuel au cas où il ne serait plus là, sinon si les ténors de ces partis se comporterons comme les acteurs du mouvement démocratique de mars 1991, le même système serait reconduit et nous serons dans un éternel recommencement. Il faut que les uns et les autres cessent de se méprendre, car IBK ferait exactement comme Pierre NGURUZIZA du Burundi dont le comportement me rappelle les enfants à qui on donne des jouets et au moment de reprendre ces jouets afin de les rager pour d’autres séances, il y a certains parmi eux qui plurent en refusant de mettre ces jouets qu’on les avaient prêté pour une période donnée. IBK qui a osé mettre en place une machine à tricher pour les élections ne cessera jamais ses manigances même après cette élection présidentielle, car il sait que “tchogo tchogo” il gagnerait toutes les autres échéances électorales car l’organisateur et le centralisateur des scrutins , c’est à dire le Ministère de l’administration territoriale, et les deux organes de contrôle et de proclamation des résultats sont tous sous son contrôle personnel total. Avec ce système, la démocratie a été totalement enterrée au Mali, nous sommes dans une démocratie de façade, une dictature sans faille. Nous restions certains que cela est compris déjà par bon nombre de maliens, mêmes les chancelleries extérieures l’ont compris, mais force est de reconnaitre que les blancs savent se jouer des noirs et mêmes leurs médias n’en parlent pas, ils se moquent des négros, quelle ignominie? Quel honte pour ce pays qui a eu cette démocratie au prix du sang de certains de ses enfants couchés dans le carré des martyrs à Niarela. Nous sommes totalement abasourdis par le comportement de ces blancs, ils sont pitiés pour les négros.

    • YACOUBA SI ON ÉTAIT DANS UNE DICTATURE L’OPPOSITION N’ALLAIT PAS MARCHER TOUS LES JOURS. MAIS LA RÉCRÉATION EST TERMINÉE. CE VENDREDI ET SAMEDI SONT POUR NOUS. CELUI QUI SORT SERA COGNÉ. O TÈ KÔRÔBÔ.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here