Législatives 2020 dans la circonscription électorale de Kati : La mise au point de l’alliance RPM/URD et ADEMA-PASJ

3

Le mandataire de l’alliance RPM/URD/ADEMA-PASJ de la circonscription électorale de Kati a tenu un point de presse le jeudi 18 juin pour donner des clarifications sur le processus électoral du 29 mars et 19 avril dernier. C’était dans la salle de conférence du conseil de cercle de Kati.

L’objectif de cette rencontre était de mettre des informations à la disposition des médias pour édifier la population de Kati et celle du Mali sur le déroulement des dernières élections législatives dans le cercle de Kati.

Selon son mandataire, Badra Aliou Sangaré, après le premier tour du scrutin, qui s’est déroulé le 29 mars, l’alliance ASMA-CFP/UMRDA/ADJS-HOROYAN TON/PARENA et PRVM Fasoko a été classée première avec 3795 voix soit 40,07% des voix.

À la clôture du scrutin au 2e tour, a-t-il assuré, des irrégularités ont été faites par les partis adversaires dans la commune rurale de Mandé, à travers le changement et le remplacement des présidents et assesseurs dans 76 bureaux de vote, en violation des dispositions de l’article 83 de la loi n° 2016-048 du 17 octobre 2016, modifiée, portant loi électorale et la lettre n°001032/MATD-SG du 25 mars 2020.

Selon Aliou Sangaré, avec tous ces éléments qu’ils ont commis un huissier de justice pour constater l’existence d’une autre décision affichée à la mairie de la commune rurale de Mandé. Après ce constat, ils ont saisi le préfet pour vérifier la concordance de la liste publiée par lui et celle affichée à la mairie de Mandé. « Il nous a répondu suivant la lettre n°153/PC-Kti du 23 avril, pour nous signifier que la décision n°023/PC-Kti du 12 mars, portant nomination des présidents et assesseurs, n’a jamais fait l’objet de modification. » Toute chose qui a été confirmée par le sous-préfet de Kalabancoro et le secrétaire général de la mairie de Mandé, qui dit ne pas connaître l’auteur de la modification de la décision.

Selon le mandataire, ce n’est pas la première fois que des élections sont annulées dans la commune rurale de Mandé pour fraude ou irrégularité. Pour rappel en 2016, a-t-il indiqué, les résultats des élections communales du 20 novembre 2016 ont été annulés dans ladite commune pour fraude, alors même que Moumouni Fofana assurait la fonction de secrétaire général de la commune de Mandé et dont le cachet est apposé sur la décision modifiée, ensuite Moussa Camara, candidat de la liste adversaire, était à la même période tête de liste du parti UMRDA, qui avait été élu maire.

À en croire M. Sangaré, aucune commune n’a enregistré des annulations successives des résultats pour irrégularités si ce n’est la commune rurale de Mandé. Au regard de tous ces éléments,  le mandataire a affirmé qu’ils ont produit quatre requêtes auprès de la Cour constitutionnelle qui ont abouti aux résultats définitifs proclamés du 2ème tour de l’élection des députés par l’arrêt n°2020-04/CC-EL du 30 avril 2020, qui déclare élus députés à l’Assemblée nationale les candidats de la liste RPM/URD/ADEMA-PASJ : Youssouf Camara, Domo dit Adama Sidibé, Chaka Batouta Bagayoko, Gouagnon Coulibaly, Aïssata Maïga, Taissé Coulibaly et Sadio Doumbia.

« Nous avons gagné. Notre victoire est propre sans tricherie ni mensonge », a-t-il conclu.

Fatim B. TOUNKARA

Commentaires via Facebook :

3 COMMENTAIRES

  1. Je me demande si on peut changer les présidents des bureaux sans actes? Ces actes sont forcéments pris signés par quelqu’un.
    Mieux s’il y a eu des irrégularités de telles ampleur le mieux à faire étaient rejouer les élections plutôt que d’annuler les voix. Le principe doit être que chaque fois que les annulations des voix peut entraiîner un renversement des résultats, il faut rejouer les élections. C’est à cause de cette pratique que l’Union Européeene avait demandé à assister aux délibérations de la cour constitutionnelle pour compre cette bizzarie ant-democratique. Maintenant elle a donné naissance à cette coalition djihado-anarchique de déstabiliser notre pays.

  2. Mr Sangaré nous ignorons si Kati possède des députes élus. On a beau averti la cour constitutionnelle depuis le 1er report des législatives mais hélas. Quand on sème le Vent il faut s’attendre à la récolte de la Tempête. Malheureusement c’est une Tsunami qui arrive.

  3. Mr Sangaré nous ignorons si Kati possède des députes élus. On a beau averti la cour constitutionnelle depuis le 1er report des législatives mais hélas. Quand sème le Vent il faut s’attendre al récolte de la Tempête .

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here