Législatives du 29 mars 2020 : L’argent donne une longueur d’avance à l’ADEMA et à ses enfants fâchés

2

C’est sur fond de distribution d’argent et d’achat d’électeurs que le premier tour des élections législatives s’est déroulé le 29 mars sur l’ensemble du territoire malien. Ainsi, l’Alliance pour la démocratie au Mali-Parti africain pour la solidarité et la justice (ADEMA-PASJ) et les partis qui sont sortis de ses entrailles en ont bien profité pour se hisser au deuxième tour avec l’argent volé sur le dos du pauvre contribuable malien.

Depuis l’émiettement du parti ADEMA-PASJ en plusieurs formations politiques, il a perdu ses fiefs électoraux créés sur les cendres des sous- sections et sections de l’Union démocratique du peuple malien (UDPM), l’ex-parti unique, chassé du pouvoir en 1991 par une insurrection populaire. Il a été dénombré à l’Assemblée nationale du Mali en 1992 que plus d’une cinquantaine de députés de l’ADEMA étaient des anciens caciques de l’UDPM.

Certes, les divisions au sein de ce parti, qui a dirigé le Mali durant vingt huit ans (1992-2002), ont porté un coup dur à sa grande mobilisation, mais pas à sa capacité de se maintenir sur l’arène politique malienne par l’argent sale, amassé dans du pillage du Trésor public et dans toutes sortes d’affaires mafieuses.

Ce ‘’grand parti’’, animé à un moment donné par des ténors du soulèvement populaire qui a eu raison du régime sanguinaire du général Moussa Traoré en 1991, et ses enfants fâchés à savoir le Mouvement pour l’indépendance, la renaissance et l’intégration africaine (MIRIA) le Rassemblement Pour le Mali (RPM), l’Union pour la République et la démocratie (URD), l’Alliance pour la solidarité au Mali-Convergence des forces patriotiques (ASMA-CFP), la Convergence pour le développement du Mali (CODEM), procèdent le jour des élections à l’achat des électeurs pour faire élire ses candidats. En dehors du MIRIA, tous les autres sont au deuxième tour, non pas parce qu’ils ont des fiefs électoraux, mais grâce à l’argent circulé le dimanche 29 mars devant les centres de vote. Ils ont mis le paquet ce jour pour damer le pion aux autres formations politiques. Cela a été constaté avec la proclamation des résultats provisoires.

Excepté le Parti Solidarité africaine pour la démocratie et l’indépendance (SADI) et l’Alliance démocratique pour la Paix (ADP-Maliba) qui sont parvenus à faire élire des députés au premier tour, le deuxième tour se jouera entre l’Alliance pour la démocratie au Mali-Parti africain pour la solidarité et la justice (ADEMA-PASJ) et ses enfants. À travers les alliances contre nature qu’ils ont nouées, ils se sont maintenus sur l’échiquier politique national. Ce jeu de chaises musicales prouve à suffisance qu’ils n’ont plus de base électorale pour donner une victoire éclatante à leurs candidats.

À titre d’exemple, on peut citer quelques alliances comme à  Koulikoro avec la liste RPM-URD, à Kolondiéba, le RPM et l’URD font face au Parti SADI, en commune I du district de Bamako, il y a la liste ADEMA-RPM. Par contre à Sikasso, ils ce sont les mêmes fils de l’abeille solitaire qui se font la guéguerre dans des alliances peu naturelles, comme le témoignent les listes ADEMA-ASMA/CFP contre RPM-URD-CODEM.

Ayant perdu les électeurs, l’ADEMA-PASJ et ses enfants fâchés, qui ont créé une situation de dépendance du peuple malien vis-à-vis de l’argent et son maintien dans la précarité quand ils étaient au pouvoir, dominent la scène politique par l’argent qu’ils ont d’ailleurs volé sur le dos de ce même peuple. Le constat est qu’aucun de ces partis ne peut gagner une élection sans l’apport de l’argent dans une circonscription électorale. Peut- être qu’au deuxième tour, à Dioïla et en Commune V, la réalité le démentira. Dans ces circonscriptions électorales, le RPM fait cavalier seul. Il n’a pas voulu s’engager dans une alliance avec aucune formation politique.

À l’issue des législatives du 29 mars dernier, ces partis ont montré leurs limites. Ils ne peuvent plus jouer le jeu démocratique par la qualité de leurs programmes pour le Mali. Ce qui compte pour eux, c’est de se maintenir avec l’argent pour dominer davantage leurs compatriotes dont la grande majorité ne comprennent pas encore que ceux- ci posent toujours des actes qui vont à l’encontre de leurs intérêts fondamentaux. Malheureusement, l’argent déboursé au premier tour du dimanche 29 mars vient de les conforter dans leur position de prendre le Mali en otage pour bien sucer ses richesses. Et le risque est  qu’on va se retrouver avec une Assemblée nationale dominée par l’ADEMA et ses enfants fâchés dont l’ambition est de gagner la présidentielle de 2023.

Un des cadres du parti ADEMA, en la personne de Moussa Makan Sissoko, ancien ministre, a récemment déclaré dans les colonnes d’un confrère de la place que son parti, le Rassemblement Pour le Mali (RPM) et l’Union pour la République et la démocratie (URD) vont choisir un candidat unique pour l’élection présidentielle de 2023.

À bon entendeur, salut ! Le retour de ces gens au pouvoir en 2023, va consacrer la mort du Mali.

Yoro SOW

Commentaires via Facebook :

2 COMMENTAIRES

  1. Ce n’est pas l’argent qui a fait placer ces partis,ADEMA,URD, RPM, sur l’échiquier national, mais LEURS PHILOSOPHES DE CONQUÊTE DE POUVOIR.
    L’argent est certes le nerf de la guerre, mais il n’achète pas l’électeur.
    On fait un pourcentage de personnes qui ont pris l’argent pour voter, on verra que c’est minime,que ça n’a aucune incidence sur le vote.
    LA PHILOSOPHIE, C’EST UNE ORGANISATION TERRITORIALE BASÉE SUR DES RELAIS REPRÉSENTATIFS DANS LES DIFFÉRENTES LOCALITÉS.
    Une philosophie inventée par ALPHA OUMAR KONARE et ses CAMARADES après la chute de la dictature
    Ce n’est pas sur les cendres de l’UDPM qu’ADEMA PASJ A BATTI SES VICTOIRES ÉLECTORALES DE 1992,MAIS SUR LE RÉALISME DU TERRAIN.
    Ses dirigeantes ont courtisé les relais selon la qualité de leurs popularités.
    Il s’est avéré que malgré la révolte contre l’UDPM, certains de ses relais sont restés populaires dans leurs localités.
    Ils étaient nombreux.
    UN SIGNE QUE MOUSSA TRAORÉ A FAIT UNE GRAVE ERREUR DE NE PAS ÉCOUTER SON SECRÉTAIRE POLITIQUE DJIBRIL DIALLO QUI A TOUT FAIT POUR ÉVITER L’AFFRONTEMENT DE LA RUE, MAIS CELUI DES URNES.
    Il savait son parti imbattable face à des leaders qui n’auront pas le temps d’installer un parti politique sur tout le territoire.
    Mais le militaire MOUSSA TRAORÉ ne croyait qu’à la force pour garder son pouvoir.
    LES PARTIS POLITIQUES QUI ONT ÉTÉ CRÉÉS SUITE AU DÉPART DE CERTAINS CADRES DE L’ADEMA PASJ N’ONT FAIT QUE NATURELLEMENT ADOPTER LA MÊME PHILOSOPHIE.
    Un seul leader politique a compris la philosophie D’ALPHA OUMAR KONARE après la victoire de l’ADEMA PASJ.
    Il s’agit de TIOULE MAMADOU KONATE.
    Il se préparait à faire de même pour préparer les élections de 1997 avant de perdre la vie au cours de cette mission politique.
    Les autres se sont contentés à faire des guérillas politique en comptant sur leurs auras.
    À chaque élection l’ADEMA PASJ raflait tout puisqu’il n’y avait aucune organisation en face.
    C’est pourquoi ce sont ses enfants qui sont ses concurrents.
    Aucun parti politique,hors les satellites de l’ADEMA PASJ, n’a profité de la DÉCENNIE ATT pour s’implanter afin de préparer l’après ATT
    Le parti qui a profité de la DÉCENNIE ATT pour s’implanter est l’URD puisqu’il a englouti des partis régionaux qui l’ont renforcé dans certaines localités.
    ON NE PEUT PAS ACCUSER CES PARTIS DE GAGNER PAR LES ACHATS DES ÉLECTEURS QUAND ON N’A PAS UN AUTRE PARTI QUI PEUT LES CONCURENCER SUR LE TERRAIN.
    Si l’argent comptait réellement, certains leaders tel KARIM KEITA allaient passer dès le premier tour.
    Ils ont certes dépensé, mais ça ne leurs a apparemment permis d’atteindre leur objectif de passer dès le premier.
    Certains sont même en situation défavorable.
    Le SADI est entrain de montrer que la mobilisation sur le terrain peut payer malgré les achats des électeurs.
    Mais il a besoin de se rassembler avec d’autres partis pour réellement concurrencer l’ADEMA PASJ et ses satellites.
    L’utilité de l’argent est au niveau du maillage territoire.
    Ce qui oblige certains partis à privilégier certaines localités, à ne même pas présenter des candidats dans certaines localités.
    Les partis créés suite au départ de certains cadres de l’ADEMA PASJ ont ces moyens acquis avec la DÉCENNIE AOK pendant laquelle certains leaders ont occupé des fonctions importantes qui leurs ont permis soit de se faire des relations, soit monter des sociétés multiples qui se nourrissent des marchés de l’État, soit amasser frauduleusement des milliards
    Mais cette manière de s’enrichir pendant la DÉCENNIE AOK n’a t’elle pas été possible par tous les partis politiques pendant celle d’ATT ?
    On parle comme si l’ADEMA PASJ n’a pas quitté le pouvoir il y dix-huit ans.
    Donc on ne peut logiquement plus baser ses victoires électorales uniquement sur les achats des électeurs d’autant qu’il n’était plus seul à partager le pouvoir avec les deux successeurs d’AOK.
    SA RÉSILIENCE EST PLUS BASÉE SUR SON IMPLANTATION TERRITORIALE QUE SUR LES ACHATS D’ÉLECTEURS.
    Ses opposants,LE CNID, L’US RDA quand il était au pouvoir ont pratiquement disparu.
    LEURS CONTRE PERFORMANCES SONT ELLES AUSSI DE LA FAUTE DE L’ADEMA PASJ?
    Nos leaders politiques pensent que la politique se fait sur les plateaux de télévision, en interpellant les ministres à l’assemblée nationale ou en organisant les marches.
    La politique, c’est être constant sur tout le territoire.
    Quand on n’a pas les moyens d’être présents sur tout le territoire, on se regroupe.
    N’est ce pas ce qu’a fait l’URD?
    Vous avez des leaders présents régulièrement sur AFRICABLE, mais dont les militants ne dépassent pas le nombre des membres du bureau du parti.
    Après ces mêmes présidents de partis vont dire que l’ADEMA PASJ et ses satellites ont acheté les électeurs alors qu’ils sont incapables de les concurrencer sur le terrain.
    OSER LUTTER,C’EST OSER VAINCRE!
    La lutte continue.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here