Mali: polémique autour de la réforme territoriale dans le nord du pays

4

Jeudi et vendredi, des travaux de restitution sur le projet de réorganisation administrative se sont tenus à Bamako et dans les régions. Les représentants de la société civile, les autorités communales et traditionnelles étaient présentes. Cette réforme très sensible est prévue par l’Accord d’Alger qui a mis un terme, en 2015, au conflit dans le nord du Mali. Vendredi 30 avril, un projet de découpage qui prévoit la création de 19 régions au lieu de 8 actuellement, a circulé sur les réseaux sociaux, provoquant de vives critiques notamment dans le nord du pays.

Selon le document, la région de Tombouctou serait composée de 8 cercles, 32 arrondissements et 51 communes. Pour la Coordination des mouvements de l’Azawad (CMA), coalition d’anciens groupes rebelles signataires de l’accord d’Alger, ce découpage ne prend pas en compte les réalités locales.

« Ils ne prennent pas les dynamiques, ni géographiques, ni culturelles, ni économiques. Par exemple, vous allez trouver des petits villages qui sont érigés en cercle. Et puis, on va trouver des grandes villes qui sont toujours des arrondissements. Nous demandons que ce sujet soit traité d’une manière consensuelle et participative », dit Mohamed Elmaouloud Ramadan, porte-parole de la CMA.

« Il y a un code qui régit les collectivités territoriales »

C’est le même son de cloche du côté de la société civile. Ibrahim Boyni, président du collectif Tombouctou réclame ses droits, déplore le manque de concertation et rappelle que les revendications des populations du nord n’ont rien d’arbitraire.

« Il y a un code qui régit les collectivités territoriales au Mali, qui parle très bien des bases sur lesquelles une localité devient une collectivité, le ratio population est l’un des critères les plus en avance. Les localités, aujourd’hui, comme Tonka, Gossi, Rharous, comme Gouna, qui sont en train de revendiquer pour devenir des cercles et d’autres des régions, ont complètement cette latitude de l’avoir », dit-il.

Les autorités veulent rassurer

Du côté des autorités, on se veut rassurant. Le ministère de l’Administration territoriale affirme que ce document date en réalité de 2008 et ne constitue pas sa base de travail.« Il s’agit d’un vieux document, explique une source proche du gouvernement. Rien ne peut être validé sans des discussions préalables au Comité d’orientation stratégique. »

Composé d’une cinquantaine de personnalités issues des partis politiques, de la société civile et du monde universitaire, ce comité a été créé le 31 mars pour appuyer le Premier ministre dans ses réformes.

Source: rfi.fr

Commentaires via Facebook :

4 COMMENTAIRES

  1. Toujours des polémique ,car dans cette affaire de découpage certains sont égoïste surtout au nord .Vraiment des villages ,des hameaux veulent être des régions .Même si les communauté a la base doivent être consulter le dernier mot revient a l État car c est lui qui supportera les charges financieres et matérielles .Certains régions ne pourront même pas mobiliser 50 000 d impôts parce que non viable dans tout les critères .Soyez raisonnables ,si les divergences persistent que le gouvernement abroge le décret purement et on aura la paix

  2. À chaque fois qu’il s’agit de réforme c’est la cacophonie. Ils ne peuvent jamais faire des choses de façon organisée et sérieuse.

  3. ” … Du côté des autorités, on se veut rassurant. Le ministère de l’Administration territoriale affirme que ce document date en réalité de 2008 et ne constitue pas sa base de travail.« Il s’agit d’un vieux document, explique une source proche du gouvernement. Rien ne peut être validé sans des discussions préalables au Comité d’orientation stratégique. »… ” …///…

    :
    Si ce document qui daterait de 2008 et ne constituerait pas de base de travail pour le Ministère de l’Administration Territoriale et de la Décentralisation…, ça c’est un discours peut-être pour les mécontents du NORD du pays.
    Mais, dans les autres Régions comme Kayes, Koulikoro ou Sikasso…, c’est une tout autre chanson… Car, c’est déjà acté.
    Et des POPULATIONS ne sont pas contentes du tout. Pire même certaines se disent…, ” s’être faits avoir “…, parce qu’elles ne s’attendaient pas aux décisions qui sont prises.
    On aurait fait miroiter à des POPULATIONS que leur Ville ou leur Village allait ” évoluer de STATUT ” et devenir ce qu’elles espéraient… Au final, les Autorités ont fait un choix différent.
    C’est ceux qui ” ne s’y attendaient qui sont choisis. D’où de gros désarrois.
    C’est pas juste… !
    Pas bien du tout… !

    Vivement le Mali pour nous tous.

  4. AG AZAMANE 17 Avr 2021 at 08:46 FAAROH:”A LIRE ATTENTIVEMENT, A RELIRE ATTENTIVEMENT’ 19 Avr 2021 at 00:23
    Je suis d’accord avec Kinguirankè, mon “bon” frère en Islam sur ce qu’il dit telle que je voudrais le compléter en pattageant un extrait de mon Livre Publié en 2018 intitulé “Des Leçons d’islam aux nuls en … Islam”; extraits:

    “Au début de ce 21ième siècle, je plaide, comme l’avait fait il y a de cela un siècle le syrien Rashid Rida, pour la restauration d’un califat islamique qui ne s’occuperait que des questions de religion musulmane, à l’image de ce fait au Vatican.
    Pour relancer le concept de califat rénové, je recommande la constitution d’un panel de qadis (oulémas) qui orientera les travaux de refondation de cette institution musulmane supranationale refondée sur l’application stricte des Commandements islamiques suivants :

    « Ne sortez pas de la juste mesure dans votre religion. » (Verset 171 de la sourate IV du Coran instruit aux hommes);
    « Je vous mets en gardes contre l’extrémisme religieux car il a causé la ruine des nations qui vous ont précédés. » (Hadith du Prophète Mohammad (PSL) par lequel, il met en garde contre l’extrémisme religieux);
    « Dieu veut vous rendre les choses aisées. Il ne cherche pas pour vous les difficultés. » (Verset 185 de la sourate II) ;
    « …Il ne vous impose en religion aucune gêne ou embarras… » (Verset 78 de la sourate XXII).

    L’organisation des Frères Musulmans lancerait sur la chaine arabe Al- Jazzera une invitation de ralliement aux qadis (oulémas) et tous autres penseurs qui seraient volontaires à participer à la mise en place de la nouvelle « papauté islamique » sous la forme d’un califat refondé.Le lieu de la première réunion constitutive du califat refondé serait l’Université Al-Azhar du Caire qui abriterait provisoirement le siège du Califat islamique en attendant qu’une Assemblée des Oulémas statue sur la nature et le siège de cette prestigieuse institution islamique.A l’image de ce qui se pratique au Vatican, le califat islamique serait composé des membres (Oulémas) choisis parmi les qadis qui ont une certaine notoriété internationale ; les Qadis qui enseignent la théologie à l’Université Al-Azhar du Caire seront du premier lot puisqu’ils justifient une légitimité musulmane en tant que tenants de la Sunna.Le Calife des Croyants (le correspondant du Pape) serait élu pour dix ans (mandat unique, non renouvelable) par l’Assemblée des Oulémas, des magistrats musulmans (choisis selon une grille de critères) investis du pouvoir de légiférer en islam.
    Je propose dans les développements qui suivent, en surligné, les tâches auxquelles le futur Califat islamique doit s’atteler dès sa mise en place.Les missions sont présentées par ordre d’importance, de la plus urgente à celle qui a forcément besoin de temps pour se réaliser.

    Faire revivre la dhimma, la seule forme légale de tolérance qui a permis aux gens du Livre (juifs et chrétiens) de vivre leurs religions au milieu des musulmans au temps du Prophète Mohammad (PSL)
    L’Assemblée des Oulémas émettra une Fatwa qui mettra fin au Djihadislamique mené actuellement en Afghanistan et au Pakistan par les Talibans ; inspirée à la fin du 13ième siècle par l’enseignement d’Ibn Taymiyya (le maître à penser du wahhabisme), cette doctrine oriente encore aujourd’hui les islamistes radicaux comme Ben Laden ; cette pensée qui procède du révisionnisme de la sunna remet en cause la dhimma, la seule forme légale de tolérance qui a permis aux gens du Livre (juifs et chrétiens) de vivre leurs religions au milieu des musulmans au temps du Prophète Mohammad (PSL); on sait par ailleurs que les musulmans vivent leur foi en toute quiétude dans les pays occidentaux qui les tolèrent ; alors pourquoi pas la réciprocité en islam? Le Calife des Croyants déclarera et publiera solennellement que le Djihad est fini en émettant une Fatwa d’application qui jugera et condamnera tout musulman (ou groupe de musulmans de la Oumma islamique) – à commencer par les Talibans et les Chebabs – qui sera qualifié de criminel s’il est admis qu’il a fait appel à l’une ou à l’autre des techniques en cours chez le Djihadiste.

    Libérer les femmes du hidjab
    L’Assemblée des Oulémas émettra une Fatwa qui mettra fin au Hijab qui encagoule les femmes de par le monde (exemple : les femmes soninkés de Kayes, une des villes la plus chaude du monde, en adoptant le wahhabisme rapporté de la Mecque par leurs maris démonstratifs d’une foi exagérée parce que clientélistes de certains barbus, étouffent parce qu’islamiquement tenues de se vêtir, de pied en cape, de tuniques noires en nylon !).

    Désacraliser la barbe puisqu’Allah n’a pas choisi les barbus
    L’Assemblée des Oulémas émettra une Fatwa qui laissera le choix aux hommes de garder la barbe ou se raser (Allah n’a pas choisi les barbus).

    Remettre dans la même classe filles et garçons
    L’Assemblée des Oulémas émettra une Fatwa qui rendra licite la proximité/mélange des enfants (filles et garçons) dans les classes d’écoles.

    Mieux gérer les droits des hommes pour rendre sa dignité à l’homme conformément au message d’Allah
    L’Assemblée des Oulémas émettra une Fatwa qui toilettera certains hadithspour mettre à l’heure du temps présent des pratiques moyenâgeuses islamiques qui sont en flagrantes contradictions avec les droits de l’homme telles que le racisme (une blanche vaut deux noires !), l’esclavage (les descendants héritent l’esclave du parent propriétaire défunt), la discrimination de la femme (une fille n’a que la moitié de la part revenant au garçon de l’héritage de leurs parents); voir comment mieux gérer les droits des hommes pour rendre sa dignité à l’homme conformément au message d’Allah.

    Pouvoir honorer Allah, même en tenue d’Eve
    L’Assemblée des Oulémas émettraun hadithpour dire que les musulmans de par le monde (par exemple : Inuits et Papous nouvellement islamisés) ne sont pas obligés de se conformer à la tradition vestimentaire et alimentaire des arabes bédouins du sous-continent arabo-persique à climat chaud chez lesquels le message d’Allah est descendu il y a mille quatre cents ans ; ainsi, certains nihilistes nouvellement islamisés pourront honorer Allah même en tenue d’Eve, boire le vin, manger la viande crue (et la viande du porc) qui sont les seuls aliments disponibles sous certaines latitudes pour des communautés entières.

    Autoriser l’avortement
    L’Assemblée des Oulémas émettra une Fatwa qui rendra licite l’avortement puisque des pays musulmans l’on codifié (la Tunisie).

    Autoriser les mariages mixtes
    L’Assemblée des Oulémas émettra une Fatwa qui rendra licite les mariages mixtes (homme/femme musulman à femme/homme d’une autre religion sans conversion obligatoire à l’islam (il est impossible de sonder les cœurs des gens pour savoir qui a véritablement la foi ou non).

    Prohiber la polygamie
    L’Assemblée des Oulémas émettra une Fatwa qui prohibera la polygamie puisque des pays musulmans l’on codifié (la Tunisie).

    Remettre les versets coraniques dans l’ordre chronologique de leur « descente »
    L’Assemblée des Oulémas émettra une Fatwa qui révisera leLivre saint (Astaghfirou…Llah, je demande pardon à Dieu) en remettant les versets coraniques dans l’ordre chronologique de leur « descente », ce qui en facilitera la compréhension ; cette action de salubrité islamique sera rendue licite au califat refondé puisque personne n’a rabroué le calife Othman pour avoir mis, sens dessus-dessous, la première mouture du Coran ; l’Assemblée des Oulémas « recoudra les morceaux » du Saint Livre mutilé par les auteurs après-prophètes qui n’avaient pas demandé l’autorisation à personne pour procéder!

    Remettre au bon endroit certains versets coraniques
    L’Assemblée des Oulémas émettra une Fatwa qui expurgera le Livre saint des redites, redressera (mettra à l’endroit) les versets (à l’envers) qui se répètent et se contredisent.” fin de l’extrait.

    Sincèrement

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here