Mali: un président de la transition, pour quoi faire?

7

Les chefs d’État de la région avaient donné jusqu’à ce mardi 22 septembre à la junte malienne pour annoncer un président et un premier ministre civils. C’est finalement une personnalité à la double casquette qui a été choisie : Bah N’Daw, ancien colonel major de l’armée aujourd’hui à la retraite, également passé par le poste de ministre de la Défense. La vice-présidence, elle, revient au chef de la junte qui a renversé IBK, le colonel Assimi Goïta. Comment expliquer ces choix ? Permettront-t-il la levée des sanctions imposées par la Cédéao après le coup d’État ?

Les militaires maliens avaient plusieurs plans. Plan A, le colonel Assémi Goïta, chef de la junte, à la tête de la transition. Mais la communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (Cédéao) était ferme sur le principe d’un président civil pour diriger la transition, et non un militaire. La communauté internationale était du même avis.

Alors, des cartables, le plan B sort : un militaire à la retraite, qui est donc un civil. L’hypothèse revenait fréquemment dans les conversations ces derniers jours à Bamako. Elle avait même été évoquée clairement à Accra au cours de la rencontre entre la junte et la Cédéao, qui ne s’était pas opposée à un tel scénario.

Pour les militaires, il présente un avantage de taille : « Contourner l’obstacle, en contentant tout le monde », estime l’analyste Étienne Fakaba Sissoko de l’université de Bamako. Autrement dit, satisfaire la Cédéao, qui exige une transition civile, ainsi que la dissolution de la junte dès le démarrage de cette transition, « le tout sans perdre la main ».

« Homme droit, intègre, patriote »

Dès lors, plusieurs noms circulent. Mais en réalité, explique à RFI, un collaborateur du patron de la junte, pour le Plan B, dès le départ, c’est le colonel major Bah N’Daw qui a toujours tenu la corde. Discrètement, des émissaires ont été le voir, et il avait déjà donné son accord.

C’est vrai qu’il a été ministre éphémère de la défense du président Ibrahim Boubakar Keita, mais il n’est pas un homme du système, indique notre interlocuteur. Selon une autre source au sein de la junte, « Bah N’Daw est un homme droit, intègre, patriote, qui n’a pas les mains trempées dans des magouilles ».

Dans l’armée, un sondage discret indiquerait qu’il est l’homme de la situation, accepté par les troupes. Ajoutons que d’après nos informations, des membres de la junte sont plus à l’aise avec lui, alors qu’ils font très peu confiance à une très grande partie de la classe politique malienne.

Les inconnues : partage des rôles et position du M5

Cependant, il reste de nombreuses inconnues : notamment sur le partage des rôles entre la présidence et la vice-présidence, qui revient au colonel Assimi Goita, chef de la junte.

La charte de la transition telle que présentée mardi dernier à la Cédéao, lui donnait des prérogatives jugées « disproportionnées » : défense, sécurité, mais aussi refondation de l’Etat. Une attribution qui aux yeux des chefs d’État de la sous-région doit revenir au président. Ils ont donc exigé que la charte soit revue sur ce point, et que ce vice-président ne puisse pas remplacer le président en cas d’empêchement.

La charte a-t-elle été modifié en ce sens ? Pas de réponse pour le moment. Beaucoup devrait dépendre aussi du choix du Premier ministre, pas encore désigné, et de l’attribution des postes-clés au sein du gouvernement.

Sans oublier l’inconnue que fait peser sur le processus la déclaration du mouvement M5 ce lundi soir. La coalition assure ne pas avoir participé au processus de désignation du nouveau président et estime qu’en l’état actuel des choses, le choix de Bah N’Daw « n’engage que la junte ».

SOURCE: https://www.rfi.fr/fr/afrique

Commentaires via Facebook :

7 COMMENTAIRES

  1. Qui est assoiffé de pouvoir si ce ne sont ces acteurs politiques qui par définition disent que la politique est la conquête du pouvoir !!! Est ce que on peut rester impartial dans ce cas ? Est ce que le meilleur sera choisi ? Est-ce que l’homme qu’il faut sera à la place qu’il faut ? Non, je pense que le choix sera fait en fonction de l’appartenance politique ! C’est ça l’une des faiblesses des acteurs politiques en plus de leurs soif d argent pour eux mêmes et pour se maintenir au pouvoir ! En accusant ces jeunes officers d assoiffés de pouvoir au profit du M5 RFP vous confirmez ce profil malveillant et apatride des acteurs politiques : tout concurrent est discrédité ! Le politicien discreditera même un prophète !!! Que DIEU nous protège de ces demons ! Que DIEU protège ceux qui veulent le bonheur du Mali et des maliens ! Que DIEU sauve le Mali !!!

  2. Je me demande seulement comment le Mali peut-il avoir à sa tête un type aussi bizarre à sa tête? Les pays sont à l’image de leur dirigeant.

  3. AH sacré colonel Assimi GOITA après que DIAW, WAGUE, et Sadio CAMARA ont planifié le coup d état et voilà que l assoiffé de pouvoir le Colonel GOITA débarque du centre du pays pour s imposer président du CNSP Après il a tenté de s autoproclamer chef de l État mais comme il a compris que ça n allait pas marcher il a reculé Et voilà qu’ il s est désigné vice président de la transition alors même qu’ il n existe pas de vice président dans notre CONSTITUTION pour une étape transitoire En conclusion le CNSP a roulé tous les maliens dans la farine uniquement pour s accrocher au pouvoir oubliant que en ce 21 siècle le pouvoir s acquiert par les urnes car GOITA croit que le seul fait de posséder des armes suffirait à gouverner un pay je dis non que tu sois militaire ou civil au pouvoir seule ta bonne gouvernance pourra te sauver contre la colère du peuple avec à sa tête aujourdhui M5 RFP Malgré les nombreux plans ABCD de la junte elle ne pourra pas tromper l ensemble du PEUPLE malien et la CEDEAO avec derrière la Communauté Internationale Qu’ Allah protège notre MALIBA

  4. C’est le deuxième père d’Assimi, son parrain. N’Daw est le copain de son père, tous les 2 étaient gardes de corps de GMT. Il a pris un chemin biaisé pour garder son fauteuil. Ce serait comme IBK et Karim. En réalité c’est Assimi qui va diriger le Mali. N’Daw se contentera de faire des voyages de figuration.

    • AH Vérité, décidément au Mali les mauvaises habitudes ont la vie dure aussi même si Assimi GOITA est allé dénicher l ami de son père ancien garde du corps pour le désigner Président de la Transition le M5 RFP sentinelle de la bonne gouvernance et du changement dans le Mali Koura, veillera sur la cité Qu’ Allah protège le Mali

  5. President Daw is known as well organized government servant who have experience in military affairs at highest level plus governing as one of few non corrupt members of IBK government. Under total circumstance especially Mali future goals plus pursuit of those goals. There most likely not more fitting choice.
    As for ECOWAS if it gave as much attention to Fulani herdsmen of Nigeria slaughtering innocent farmers for their land or Boko Haram murderous ways as it do Mali governing transition free of hundreds if not thousands of murders it would be agency it want world to rate it as being. But it fall far short as do most organizations with cocaine addicts managing them. ECOWAS cocaine addicts plus Nigerian government belong together plus are.
    Mali is moving in right direction at good pace. Jealousy of our fellow African nations is coming out showing they sense Africa is about to abruptly change with Mali on lead in modern world class living upgrade.
    Work smart Mali.
    Henry Author Price Jr aka Kankan

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here