Marche de l’opposition malienne : « Nous sommes là parce que ça ne va pas ! Dixit, Soumeila CISSE

1
«Nous n’accepterons pas la nouvelle loi électorale»
L'opposition malienne lors de la marche du samedi 1er octobre

Pour la seconde fois, une dizaine de partis politiques de l’opposition et quelques associations de la société civile ont marché, le samedi 01 octobre 2016. Il s’agit pour eux de prendre en témoin l’opinion nationale et internationale sur les dérives qui caractérisent le pouvoir d’IBK, depuis 3 ans. C’était une occasion pour le chef de file de l’Opposition, Soumaïla Cissé de dénoncer les dérives du pouvoir et  lancer un appel à voter en faveur des partis de l’opposition.

L’opposition malienne a une fois de plus marché pour dénoncer les dérives du pouvoir IBK. Plusieurs responsables de ses partis dont Modibo Sidibé, président du Fare An ka wuli, Djiguiba Keita dit PPR, Secrétaire Général du PARENA et plusieurs autres responsables de l’opposition.

Aussi, des milliers de manifestants ont répondu à l’appel de l’opposition. Suivant leur itinéraire, les marcheurs ont quitté la Place de la liberté pour rallier le Boulevard de l’indépendance. Tout au long du parcours, ils ont énuméré les maux qui émaillent la gouvernance d’IBK depuis trois ans. Quelques points essentiels étaient à la base de cette manifestation. En effet, l’opposition proteste contre la nouvelle loi électoralela censure de l’ORTM  contre tout ce qui n’est pas du pouvoir,  et exige la tenue des concertations nationales pour la refondation de l’Etat, le retour de l’ancien président, Amadou Toumani Touré entre autres. C’est pour manifester contre cet état de fait, que les partis politiques de l’opposition et quelques associations de la société civile, ont  organisé cette ‘’marche pour le Mali’’ disent-ils.

La marche qui débuté à 10h a pris fin vers 11 heures sous un soleil ardent, avec un rassemblement marqué par l’intervention de plusieurs responsables de l’opposition, dont leur chef de file, Soumaïla Cissé, président de l’Union pour la République et la démocratie (URD), et Modibo Sidibé du parti FARE An ka Wuli, de Djigiba Keita, Secrétaire général du Parti pour la Renaissance nationale (Parena).

Du  haut de la tribune du Boulevard de l’indépendance, en face des milliers de marcheurs, le chef de file de l’opposition, l’honorable Soumaila Cissé a résumé une déclaration de huit pages. Ainsi d’entrée de jeu, il a fait le diagnostique  de la situation actuelle du pays. « Nous sommes là parce que ça ne va pas ! Aussi parce qu’il n’ya aucun signale du pouvoir pour nous faire comprendre qu’il a compris la situation désastreuse du pays. Et pourtant nous avons alerté ! Nous avons toujours dénoncé toutes les dérives qui caractérisent la gouvernance de notre pays. Et pour toute réponse nous avons été  traités d’apatrides », c’est en ces termes que le chef de file de l’opposition s’est adressé aux manifestants.

Il a salué les députés démissionnaires, avant de les  inviter  à rejoindre le camp de l’opposition. Aussi, il a appelé les marcheurs a voté l’opposition pour les prochaines échéances électorales. « Les votes s’approchent. Voter pour l’opposition parce que nous pouvons, parce nous voulons avancer…Nous sommes déterminés à redonner espoir et confiance à notre peuple», a-t-il lancé M. Cissé.

Mountaga DIAKITE

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

1 commentaire

  1. Marche
    1- La nouvelle loi électorale,
    Sur la Caution Que font les partis politiques avec la subvention
    Le parrainage en 2013 même les candidats sans député ont pu bénéficier de parrainage
    le même problème de caution s’était posée mais l’histoire a retenu qu’avec 10.000.000 il y’ a eu plusieurs candidats arguments fallacieux pour l’opposition

    2- la censure de l’ORTM contre tout ce qui n’est pas du pouvoir,
    Pourtant les activités de l’opposition sont couvertes par l’ORTM présentement
    (toutes les marches, les activités des partis de l’opposition, la rencontre entre l’opposition et la CMA etc ….) Dans le passé ce n’était pas ainsi entre le présent et le passé quand est ce que la censure a existé

    3- la tenue des concertations nationales pour la refondation de l’Etat,
    L’accord pour la paix a prévu une conférence d’entente nationale avant la fin de la période intérimaire Pourquoi l’opposition ne présente pas un terme de référence

    4- le retour de l’ancien président, Amadou Toumani Touré
    Qui empêche à ATT de venir au Mali Qui peut empêcher le retour de ATT au Mali
    Tout malien informé et suivant l’actualité politique sait que les demarches sont en cours pour le retour de AMADOU ( Déclaration du Président IBK à Baguinéda ) Assurement l’opposition n’est pas au courant de l’actualité du Mali.
    Si ATT lui même le veut Il rentrera au Mali sans l’accord de Qui que ce soit

    En résumé l’opposition malienne divertit le peuple

Comments are closed.