Ministère de la Sécurité et de la protection civile : La communication devient un pilier

0

Afin de partager sa vision de Sécurité pour notre pays et établir un partenariat franc et sincère avec les hommes de medias, le ministre de la sécurité et de la Protection civile colonel-Major Salif Traoré a rencontré mercredi dernier la presse à son département où un centre de communication et le site du ministère ont été présentés.

La rencontre d’échanges qui s’est déroulée dans la salle de conférence du ministère de la Sécurité et de la Protection civile, a été animée par le nouveau patron des lieux, Colonel-Major Salif Traoré.

Il s’agit pour le ministre de partager non seulement sa vision de Sécurité pour notre pays avec les hommes de médias, mais aussi de les informer de l’opérationnalisation du centre de communication. « Nous avons aussi réhabilité le site du département avec des pages de réseaux sociaux (entre autres facebook et tweeter) pour mettre à la disposition de la presse toutes les informations concernant la sécurité du pays », a expliqué le ministre Traoré.

Conscient des tâches qui l’attendaient au sein de ce département, Mr le ministre dira que tout est une question de méthode et de méthodologie. Il s’agit tout d’abord selon lui, de réconcilier les Forces de sécurité avec la nation malienne. Parce que, explique le colonel-Major, ça ne sert à rien de fermer les yeux, Il y’ a des difficultés qui font que nos compatriotes ne sont pas satisfaits du travail des forces de sécurité de façon globale. « Tous les engagements dans ce département sont convergés à cela pour non seulement les Forces de Sécurité  professionnelles, mais aussi de gagner la confiance de la population », a indiqué le Colonel-Major Traoré qui précisera que des actions sont déjà en cours pour relever ce défi.

 

Et, pour arriver à garantir cette sécurité tant demandée par la population, le ministre Traoré attend en retour un changement de comportement de tout le monde. « Nous ne pouvons pas apporter la sécurité et la protection à la population tant qu’elle ne comprend pas que c’est d’abord son affaire. Parce que, c’est quand on veut se protéger soi même, qu’on perçoit mieux ce que d’autres doivent faire pour la même cause », explique-t-il.

Il ajoutera ensuite que le processus de la réforme du secteur de la sécurité prend du temps et demande une prise de conscience de tout le monde. « Le désamour  peut entraver l’obtention des renseignements des forces de sécurité. Nous travaillons pour répondre aux besoins sécuritaires de la population, mais nos compatriotes doivent comprendre que c’est  une affaire nationale où tout le monde doit apporter sa pierre », signalera le Colonel-Major Salif Traoré.

Changer de comportement

Au cours de cette conférence de presse, le ministre de la Sécurité et de la protection civile, a aussi, entre autres parlé du cas des policiers radiés, la corruption des agents de la circulation, la sécurité au nord, au sud et au centre du pays et les problèmes de passeport et de carte d’identité nationale.

Selon lui, les salaires de 185 policiers ont été suspendus parce que leurs positions n’étaient pas claires lors du contrôle physique auquel sont soumis tous les fonctionnaires de l’Etat. « Ils ne leur restent plus qu’à apporter des dossiers justificatifs pour être régulariser »,  a indiqué le colonel-Major Traoré.

Pour ce qui est de la corruption des agents de la circulation, le ministre dira que cela concerne également les populations. « Chaque fois qu’un policier vous siffle, acceptez de perdre du temps pour faire valoir vos droits au lieu de lui tendre un billet.», martèle-t-il, avant d’inviter les populations à changer de pratique.

Reconnaissant  l’insécurité qui règne dans notre pays, le Colonel-Major Salif Traoré estime que la couverture de tout le territoire par les Forces de sécurité est très difficile. « Cela demande l’ouverture de postes supplémentaires de sécurité, le recrutement et la formation », a expliqué Mr Traoré avant de souligner qu’il travaille avec des partenaires pour renforcer le maillage par la réorganisation et la mise en place d’unités spéciales et des équipements.

Il a toutefois signalé que sa première tâche a consisté à régler la crise des passeports et à faciliter l’obtention de la carte d’identité nationale.

Par ailleurs, la rencontre a été marquée par la visite de la cellule de communication (première du genre au Mali) et la présentation du site du département.

A noter qu’au cours de la conférence, les techniciens du ministère de la sécurité et de la protection civile ont rassuré la presse que toutes les informations officielles seront disponibles sur le site avec une interface de facebook et tweeter. Ils ont également expliqué que le centre de la communication est repartie entre trois équipes : la presse écrite, l’audiovisuelle et les réseaux sociaux.

Djibril Kayentao

PARTAGER