Modibo Sidibé face à la presse : ‘’Kaoural est venu…Kaoural est parti »

23
Modibo Sidibé
Modibo Sidibé

Le Président des Forces Alternatives pour le Renouveau et l’Emergence (FARE An ka Wuli), Modibo Sidibé a profité, le 13 janvier 2016, de sa présentation de vœux pour évoquer la vision de son parti sur les questions de la nation. C’était au siège du parti sis à Bolibana.

Au cours de cette conférence de presse, il a dévoilé la vision des FARE sur les maux de la nation dont entre autres, l’insécurité, la gouvernance, la cherté de la vie et l’emploi des jeunes. Il a aussi demandé au pouvoir d’organiser une concertation nationale afin de trouver une issue favorable au problème d’insécurité. Une occasion pour Modibo Sidibé de couper court au départ de Kaoural des FARE.  A ses dires,  les membres de Kaoural sont venus en grand nombre vers le parti, exprimant qu’ils ont les mêmes visions pour la nation. « De ce fait, ils avaient manifesté leur adhésion au parti qui a été ainsi faite. Si quelques temps après, ces mêmes membres décident de partir, on peut dire que Kaoural est venu et Kaoural est parti », a-t-il déclaré avant de leur souhaiter bon vent.

Parlant de l’année 2015 écoulée, le Président Modibo Sidibé a affirmé que le Mali a payé un prix fort à l’insécurité qui est en passe de se généraliser sur toute l’étendue du territoire avec des attaques terroristes et  attentats dont les plus marquants ont incontestablement été les attaques contre le restaurant la ‘’Terrasse’’ à Bamako, l’Hôtel Byblos à Sévaré et l’Hôtel Radisson Blu de Bamako. « Ce sont au moins quelques 200 attaques et attentats d’ordre criminel qui ont été perpétrés un peu partout sur le territoire national contre les personnes et leurs biens, les symboles de l’Etat, les forces armées de défense et  de sécurité, ainsi que les forces internationales présentes au Mali dans le cadre de la Mission de Stabilisation sous mandat des Nations-Unies. Ces actes criminels ont coûté la vie à plus de 300 personnes, sans compter leur impact sur l’image et la notoriété du pays », a indiqué le Président des FARE.

Le parti FARE préconise de reprendre là où le pays a trébuché en donnant l’occasion au peuple de s’approprier véritablement des enjeux, les défis et les perspectives de notre devenir commun. A ce sujet, il réitère son invitation au gouvernement pour l’organisation d’une large concertation nationale sur les grands maux qui minent actuellement la vie de la nation, dont notamment l’Accord issu du processus d’Alger.

S’agissant de l’hivernage, l’ancien Premier ministre se réjouit de l’importante production céréalière. « Les importantes productions céréalières dont le riz, 2.451 millions de tonnes faisant de notre pays, le 2ème producteur de l’Afrique de l’Ouest (Agence Ecofin) s’inscrivent dans l’élan imprimé par l’initiative riz. Une initiative qui, en subventionnant les intrants, a boosté la production de plus de 50% lors de la campagne 2008 – 2009, d’1.082.384 tonnes à 1.624.246 tonnes, production qui avait atteint en 2010 – 2011, 2.308.233 tonnes. C’est dire que le dispositif de subvention des intrants était une action pertinente et structurelle », a déclaré Modibo Sidibé.

Pour lui, le manque de vision du gouvernement dans le domaine des équipements et des infrastructures constitue l’une des menaces graves pour l’année 2016. Le pays baigne, selon lui, dans une absence de perspectives d’amélioration de l’environnement économique et de ses retombées sociales. « L’année qui s’achève a montré à quel point notre peuple est confronté à la précarité. Et particulièrement notre jeunesse. Le pouvoir se contente d’exhiber un taux de croissance de 7% en 2014 et de 6% en 2015, mais le coût de la vie demeure toujours bien au-dessus du pouvoir d’achat des Maliens, de plus en plus nombreux à vivre dans la précarité… », a souligné le Président des FARE.

   Drissa Togola

PARTAGER

23 COMMENTAIRES

  1. Mieux vaut aux maliens de ne pas apporter attention a ses politiciens comme celui-ci, nous savons tous que dans une année nous pouvons être confrontés à des biens ainsi qu’à des mauvaises choses.
    Mais en ce qui concerne la gestion du président IBK de 2015 est loin d’être une année de mauvaise gouvernance, à chaque année ses réalités…

  2. nous sommes avec le développement de ce pays, je peux même dire que 2015 est à apprécier car c’est dans cet année que le Mali a connu beaucoup des avancés surtout sur le plan de son économie, de la paix de sa stabilisation et de sa réconciliation. 2015 nous à annoncer un grand espoir sur 2016.
    Bonne et heureuse année à tous…

  3. je pense que nous ne devons pas encourager, ses hommes politique affameur qui a un, deux mouvement ils se mettent à critiqué notre autorité en utilisant la liberté d’expression comme protection. La gestion d’un Etat n’est pas facile, surtout celle qu’on vient trouver dans des complications. Il faut que nous ayons confiance en notre gouvernement et gardons espoir à un avenir meilleur.
    Vive le Mali…

  4. Parlant de la mise en application de l’accord, Certes la mise en application de l’accord de paix et de réconciliation prend retard, mais restons confiant sur sa réussite, nous sommes conscient que cet accord de paix et de réconciliation représente une grande chose pour le Mali.
    Gardons espoir,,,
    IBK est bien apprécier de tous, les maliens sont fiers de son exploit,
    C’est petit à petit que l’oiseau fait son nid, ainsi vont les choses au Mali.

  5. Maliennes et maliens, il faut que nous faisons état des hommes civiliser et ayons de l’espoir pour l’avancement de ce pays, nous sommes sur la bonne voie.
    Nous sommes des hommes et des femmes qui voulons un avenir meilleur pour ce pays, cela ne peut être trouvé qu’avec le président IBK, on se rappel de ce que nous avait fait son prédécesseur. Mais comme on le dit, tous ce qu’un homme est capable d’attacher un autre est capable de le détacher.
    Prions qu’IBK nous détache de ce problème.
    2015 a été une année de grand relance pour ce pays et espérons que 2016 soit l’année de réalisation.
    Vive le Mali.

  6. La participation de l’opposition malienne à la gestion du pays est nécessaire. Le Mali traverse une situation très difficile, seule l’union peut le sortir dans ce trou. Œuvrons tous ensemble pour rebâtir notre pays.

  7. La participation de l’opposition malienne à la gestion du pays est nécessaire. Le Mali traverse une situation très difficile, seule l’union peut le sortir dans ce trou. Œuvrons tous ensemble pour rebâtir notre pays.

  8. 😉 😉 😉 😉 😉 Modibo, ce pays est le vôtre tout comme le chef de l’Etat actuel. Cela étant, vous devez contribuer à la convalescence de ce pays en laissant de côté vos différends. Notre pays a besoin de vous tous. 😆 😆 😆 😆 😆

  9. Le Mali est à nous tous, et non au chef de l’Etat et son gouvernement. De ce fait, il est normal que nous unissions nos forces pour la sauvegarde de notre pays. Certes, nos dirigeants jouent leurs rôles, mais à nous aussi de contribuer à la reconstruction de notre pays.

  10. Le Mali est à nous tous, et non au chef de l’Etat et son gouvernement. De ce fait, il est normal que nous unissions nos forces pour la sauvegarde de notre pays. Certes, nos dirigeants jouent leurs rôles, mais à nous aussi de contribuer à la reconstruction de notre pays.

  11. 😉 😉 😉 😉 En tant qu’un membre de l’opposition malienne, votre participation est nécessaire dans la quête d’un Mali meilleur. Chers compatriotes comprenons juste que chaque chose à son temps, on ne peut pas forcer le destin. Pour des précisions, je dirais juste que nos dirigeants ont fournis des efforts, mais le moment que nous attendons tous n’est pas encore venu. 😉 😉 😉 😉

  12. Je convie les maliens à la patience, en tout cas si nous voyons constatons ces dernières années passées par IBK au pouvoir ont porté fruit d’une part. Sur le plan économique il y’a eu une croissance. De toutes les façons, le Fond Monétaire Internationale ne présenterait pas des félicitations fictives.

  13. Ce sont les Modibo Sidibé et Soumaïla et consorts qui ont fait venir des mercenaires lors de la transition pour faire un contre coup d’Etat contre le général Amadou Haya Sanogo. Mais heureusement pour le Mali et malheureusement pour ces hommes politiques inconscients de la situation du pays que ce coup n’a pas marché. 😳 😳

  14. La paix que doit apporter l’accord de paix issu du processus d’Alger est la seule chose qu’attendent actuellement tous les citoyens maliens. Nous sommes sans doute rassurés d’une paix. Cela grâce à la signature de l’accord d’Alger en 2015. Donc 2015 n’est une année noire.

  15. Modibo Sidibé est un politique sans dignité et sans vergogne. S’il savait qu’on a des informations vitales sur sa personnes il n’allait pas se permettre de parler ainsi. Son projet de société est vide. Car n’offre rien de bien à la population. Raison pour laquelle il n’a pas été admis à l’élection présidentielle de 2013.

  16. Je pense aussi que beaucoup de signaux sont ouverts en 2015. Cela augure quand même de bonnes choses. Donc je pense que le président de la République a eu un bilan assez satisfaisant courant 2015. Je vois aussi que sur le plan économique, beaucoup de choses ont été faites. La confiance retrouvée des bailleurs de fonds, des partenaires techniques et financiers sont aussi des signaux qui ne trompent pas. Je sais que le peuple a beaucoup d’espoir, et je sais que c’est logique. Vous savez, rien ne peut aller sans la sécurité. Je me réjouis d’ailleurs que le gouvernement ait proposé et que l’Assemblée ait adopté la loi de programmation et d’orientation militaire. L’économie et tout ce qui s’en suit sont liés à la sécurité. Et aussi l’octroi de 15 % du budget à l’agriculture, ce sont des signes encourageants qui feront que 2016 augure bien”.

  17. La situation dans laquelle Ibrahim Boubacar Keïta a pris en fonction après les élections présidentielles de 2013 ne laisse pas la chance à une quelconque création d’emploi. Un pays dans lequel l’insécurité issue de la rébellion bat son plein ne peut pas prétendre à la réalisation de certaines promesses sauf celles de la paix et de la réconciliation nationale. Mais heureusement que le ministre Baby a été à la hauteur de ce que le peuple voulait. Plus de 81 869 emplois ont été créés pour la jeunesse, Modibo Sidibé. .

  18. En moins de deux (2) ans, Le chef de l’Etat Ibrahim Boubacar Keïta a créé plus de 81 600 emplois dans le cadre de la lutte contre le chômage et de la délinquance. Le taux de la chômage sera diminué d’ici la fin du quinquennat d’IBK.

  19. Oui IBK a gagné son pari d’une manière général. Malgré, qu’il ait hérité d’un pays qui persiste depuis fort longtemps dans une crise multidimensionnelle, il n’était très évident qu’IBK en résulte, ainsi. Sa gouvernance est salutaire car il est actif dans plusieurs domaines.

  20. “2015 était une année de charnière qui a vu la signature de l’accord de paix, issu du processus d’Alger, la rehausse de l’économie, l’éducation sur de bonne raille, une diplomatie remarquable partout dans le monde, le redressement de la justice et la lutte contre le terrorisme et la corruption crédible et objectif. L’année 2015 a été vraiment une année très salutaire.

  21. Modibo Sidibé est mal placé pour parler de mauvaise gouvernance au régime au pouvoir. Lors du régime d’ATT, Modibo Sidibé était l’un des nombreux dirigeants qui ont plongés le Mali d’aujourd’hui dans une crise sans précédent et ses mêmes leaders se disent détenteurs de la solution.

  22. Dans les milieux politiques, les avis sont divergents sur le bilan 2015 du président de la République Ibrahim Boubacar Kéita. Pour la majorité, ce bilan est “positif”. Elle cite, entre autres comme acquis, “l’adoption d’une loi de programmation militaire, le retour des bailleurs de fonds et l’octroi de 15 % du budget à l’agriculture”. La majorité se dit optimiste quant à la mise œuvre de l’accord de paix d’Alger, malgré les difficultés.

  23. Merci mon président pour cette brillante intervention!
    Bon courage car le meilleur est à venir!!!!

Comments are closed.