Nouveau gouvernement : Une équipe de 38 membres dont 9 femmes

5

La nouvelle équipe gouvernementale  de Dr Boubou Cissé est connue depuis hier. Elle compte 38 membres dont 9 femmes. Ce nouveau gouvernement qui contient toutes les sensibilités politiques, aura la lourde tâche de conduire les réformes institutionnelles et la mise en œuvre de l’Accord pour la paix et la réconciliation.

Le nouveau gouvernement a du pain sur la planche pour résoudre les nombreux défis notamment  l’organisation, dans les meilleurs délais, d’un dialogue politique inclusif avec toutes les forces politiques et sociales significatives du Mali ; la poursuite de la mise en œuvre de l’Accord pour la paix et la réconciliation issu du processus d’Alger dans le cadre d’une appropriation nationale du processus de paix.

Le gouvernement  sera aussi chargé de  la conduite dans le consensus, des reformes politiques, institutionnelles, économiques et sociales ;  la stabilisation du centre du pays et la lutte contre le terrorisme; l’organisation des prochaines élections législatives et tous autres scrutins qui s’imposent,  l’assainissement et la gestion rigoureuse des finances publiques le tout soutenu par une lutte implacable contre la gabegie, la corruption et l’enrichissement illicite, la lutte contre l’impunité, le népotisme et toutes les formes d’injustice ; la mise en œuvre de mesures urgentes pour sauver l’année scolaire 2019.

Après la publication de la liste de la nouvelle équipe gouvernementale, un certain nombre de  constats se dégagent. D’abord le nombre de ministres passe de 32 à 38, l’entrée remarquée de l’opposition avec deux départements clés (affaires étrangères et fonction publique), le nombre de femmes passe de 11 à 9 (le quota  de 30%  n’est pas respecté), l’entrée d’un membre de l’ex-junte (Ibrahima Dahirou Dembélé), les groupes armés ne sont pas représentés. Il nous revient également de constater des permutations notamment le ministre Arouna Modibo Touré quitte la Communication pour le département des Sports et Yaya Sangaré laisse le département des Maliens de l’extérieur pour la Communication, Mohamed Ag Erlaf, Amadou Koïta. Il y aussi de nouvelles têtes notamment Michel Hamala Sidibé, Hama Ould Sidy Mohamed Arby Alioune Badara Berthé. Dans ce nouveau gouvernement, il aussi certains qui signent leur retour. Il s’agit de Me Baber Gano, Housseini Amion Guindo dit Poulo. Nous notons également des départs à savoir : Diarra Raky Talla, Pr Assetou Founè Migan, Pr Tiémoko Sangaré, Pr Samba Ousmane Sow.

La Rédaction

Nous vous proposons ici la liste complète du nouveau gouvernement

  1. Premier ministre, Chef du Gouvernement, ministre de l’Economie et des Finances :

Docteur Boubou CISSE

  1. Ministre de la Santé et des Affaires sociales :

Monsieur Michel Hamala SIDIBE

  1. Ministre de la Justice et des Droits de l’Homme, Garde des Sceaux :

Monsieur Malick COULIBALY

  1. Ministre de la Défense et des anciens Combattants :

Général de Division Ibrahim Dahirou DEMBELE

  1. Ministre de l’Administration territoriale et de la Décentralisation :

Monsieur Boubacar Alpha BAH

  1. Ministre de la Sécurité et de la Protection civile :

Général de Division Salif TRAORE

  1. Ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale :

Monsieur Tiébilé DRAME

  1. Ministre de l’Intégration africaine :

Maître Baber GANO

  1. Ministre de la Solidarité et de la Lutte contre la Pauvreté :

Monsieur Hamadou KONATE

  1. Ministre de la Cohésion sociale, de la Paix et de la Réconciliation nationale :

Monsieur Lassine BOUARE

  1. Ministre de l’Industrie et du Commerce :

Monsieur Mohamed AG ERLAF

  1. Ministre de l’Aménagement du Territoire et de la Population :

Monsieur Adama Tiémoko DIARRA

  1. Ministre du Dialogue social, du Travail et de la Fonction publique :

Monsieur Oumar Hamadoun DICKO

  1. Ministre des Infrastructures et de l’Equipement :

Madame TRAORE Seynabou DIOP

  1. Ministre de l’Energie et de l’Eau :

Monsieur Sambou WAGUE

  1. Ministre des Transports et de la Mobilité urbaine :

Monsieur Ibrahima Abdoul LY

  1. Ministre de la Culture :

Madame N’DIAYE Ramatoulaye DIALLO

  1. Ministre des Mines et du Pétrole :

Madame LELENTA Hawa Baba BAH

  1. Ministre de la Communication, chargé des Relations avec les Institutions, Porte-parole du Gouvernement :

Monsieur Yaya SANGARE

  1. Ministre de l’Economie numérique et de la Prospective :

Madame Kamissa CAMARA

  1. Ministre de la Promotion de l’Investissement privé, des Petites et Moyennes Entreprises et de l’Entreprenariat national :

Madame Safia BOLY

  1. Ministre chargé des Réformes institutionnelles et des Relations avec la Société civile :

Monsieur Amadou THIAM

  1. Ministre des Maliens de l’Extérieur :

Monsieur Amadou KOITA

  1. Ministre des Affaires religieuses et du Culte :

Monsieur Thierno Amadou Omar Hass DIALLO

  1. Ministre de l’Agriculture :

Monsieur Moulaye Ahmed BOUBACAR

  1. Ministre de la Jeunesse et des Sports :

Monsieur Arouna Modibo TOURE

  1. Ministre de l’Environnement, de l’Assainissement et du Développement durable :

Monsieur Housseini Amion GUINDO

  1. Ministre de l’Education nationale :

Docteur Témoré TIOULENTA

  1. Ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique :

Professeur Mahamadou FAMANTA

  1. Ministre de l’Elevage et de la Pêche :

Docteur KANÉ Rokia MAGUIRAGA

  1. Ministre de l’Artisanat et du Tourisme :

Madame Nina WALET INTALLOU

  1. Ministre de la Promotion de la Femme, de l’Enfant et de la Famille :

Docteur DIAKITE Aïssata Kassa TRAORE

  1. Ministre des Domaines et des Affaires foncières :

Monsieur Alioune Badara BERTHE

  1. Ministre de l’Habitat, de l’Urbanisme et du Logement social :

Monsieur Hama Ould Sidi Mohamed ARBI

  1. Ministre de l’Emploi et de la Formation professionnelle :

Maître Jean Claude SIDIBE

  1. Ministre délégué auprès du Premier ministre, Chef du Gouvernement, ministre de l’Economie et des Finances, chargé du Budget :

Madame BARRY Aoua SYLLA

  1. Secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Education nationale, chargé de la Promotion et de l’Intégration de l’Enseignement bilingue :

Monsieur Moussa Boubacar BAH

  1. Secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Agriculture, chargé de l’Aménagement et de l’Equipement rural :

Monsieur Adama SANGARE

Article 2 : Le présent décret sera enregistré et publié au Journal officiel.

Bamako, le  05 mai 2019

Le Président de la République,

Ibrahim Boubacar KEITA

Le Premier ministre, et ministre de l’Economie et des Finances

Docteur Boubou CISSE

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

5 COMMENTAIRES

  1. Un gouvernement de 36 membres, inutile, le Mali en crise n’a pas besoin de tous ces gens. A l’heure ou nou sommes il fallait des ministre qui connaissent leur dossier, qui sont competent et une competence reconnue et vus a l’oeuvre. Il fallait des personnes avec de l’experience qui n’ont pas besoin de perdre du temps pour maitriser les dossiers

  2. Attention!Attention!Attention! Et la part des islamistes? Pourtant ils sont à la base de la des soubresauts qui nous ont conduit là où nous sommes aujourd’hui. Certainement qu’ils ont bénéficié de trop de non-dis. Si c’est cela, le calme regnereait mais jusqu’où?

  3. mon inquiétude se situe dans la durée du mandat qui sera alloué à ces nouveaux aux guerriers face aux réalités du quotidien.
    un nouveau venu doit évaluer le milieux pour repérer les défis et les ajustements à faire chose qui ne peut se faire en deux ou trois mois alors que; nous maliens trois mois seulement de prise de fonction les murmures, critiques de tout bord surtout quand les assoiffés ne trouvent le moyens d’assoupir leur soif.
    Que Dieu accompagne le Dr Boubou et son équipe pour le bien national!

  4. @Babou il y a trop de ministères à supprimer, en réalité le Mali n’a pas besoin de plus de 18 ministres. On peut apporter sa touche à la construction du pays sans être ministre, qui n’est qu’un poste politique et hautement budgétivore au Mali comme ailleurs. tous les partis politiques au Mali (sauf un ou deux) ont été crées juste dans l’objectif d’avoir un poste politique pour le leader, aucun chauvinisme.
    En réalité pour décanter cette situation tous les partis qui ne participent à toutes les élections doivent être dissouts, puis ceux qui n’obtiennent pas de députés ainsi la situation sera déjà assez claire et on évitera ces partages de gâteau sempiternel!
    pour finir le problème du Mali est connu de tous c’est la tête ibk qui est pourrie les ministres n’y changeront rien mais le peuple reste passif je ne sais jusqu’à quand les maliens se réveilleront pour changer ce régime par la rue comme ailleurs?

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here