Présidentielle 2018 et ses dessous inavoués : Pourquoi les bandits armés de Kidal étaient favorables à la réélection d’IBK

5

Les révélations terrifiantes relatives aux dessous de la présidentielle, n’ont pas encore fini de stupéfier l’opinion. Pour ce qui concerne les bandits armés de Kidal, de grands seraient passés entre ceux-ci et le président sortant, Ibrahim Boubacar Kéita au seul avantage de sa réélection. Ces deals, honteusement passés entre la CMA et le Gouvernement en vue de la tenue du scrutin, coûteront, non seulement, d’inestimables ressources au Trésor national, mais aussi, continueront à laminer notre souveraineté politique et institutionnelle jusqu’à mettre l’Etat du Mali totalement à genou face à l’ultime exigence des séparatistes qu’est la reconnaissance de l’«Azawad », consacrant définitivement la partition du pays.

L’Accord d’Alger, officiellement signé depuis mars 2015 entre le Gouvernement et la rébellion kidaloise, est ce pacte politique, à la fois, fantaisiste et aplaventriste, qui aura déjà fait le plus saigner le budget national pour de si infimes résultats. Mais pour des observateurs avertis, cela ne saurait faire l’ombre d’aucune surprise, vu à quel point, l’Etat du Mali a manqué d’autorité pour s’affirmer, non seulement, face aux revendications capricieuses d’une ultra-minorité sans projet politique sérieux, mais aussi, face à la mafia structurée d’une communauté dite internationale, dont l’objectif n’a véritablement jamais été la stabilisation du territoire malien.

Jusque-là, la CMA a eu tous les droits sur le Gouvernement de la République du Mali, y compris, des avantages et autres privilèges délictueux sans qu’en contrepartie, celui-ci n’ait eu la moindre autorité politique et administrative sur la ville de Kidal. C’est en cela que l’on comprendra fort aisément, que tous les déplacements d’officiels maliens en terre kidaloise, aient été âprement négociés avec les rebelles, notamment, la visite politique du Premier ministre, Souméilou Boubeye Maïga en début d’année et la visite électorale d’IBK juste à la veille du scrutin présidentiel, après cependant, 5 longues années sans y avoir pour autant mis pieds. Par ailleurs, pour la sécurisation par la CMA, des seules journées électorales dans les zones formellement interdites à l’armée malienne, il y a fallu injecter des centaines de millions pour permettre la tenue du scrutin.

Tout ce rabais, en effet, n’était qu’à l’avantage des bandits armés qui peuvent toujours profiter pour renforcer leur base politique et militaire en vue de mieux s’imposer face au Gouvernement. Et pour continuer à amener l’Etat du Mali à courber l’échine devant leur capricieuse filouterie, les  rebelles de Kidal se sont visiblement montrés favorables à la réélection d’IBK qui, jusque-là, leur aura accordé les faveurs les plus démentielles au péril de la souveraineté nationale et au mépris de la volonté des maliens, pour qui, les mêmes traitements n’ont jamais été administrés. Aussi, la France qui désigne le parrain moral et financier de ces bandits armés à l’origine de la déstabilisation, s’est curieusement montrée favorable à la réélection d’IBK après que l’Elysée eût pourtant manifesté son désir de le voir partir. Cette soudaine sympathie n’a autre motif que « l’accélération » de la mise en œuvre de l’Accord, un monstre qu’elle a fabriqué contre le Mali.

C’est pourquoi, pour faciliter sa réélection, le boulevard de la fraude a été ouvert dans les zones sous contrôle narcotrafiquant où IBK a réalisé les scores les plus « absurdes ». Plusieurs observateurs surplace, ont bel et bien confirmé cette mascarade organisée. Mais en fin de compte, les apatrides de la CMA n’auront eu que ce qu’ils désiraient le plus : la réélection d’IBK.

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

5 COMMENTAIRES

  1. Wait end see.
    En tout cas l’opposition systematique qui frize l’aversion, la delation ,fragilise le president dans ses negociations avec l’occident alias CMA.

  2. comrades this is another comment from Julu Mandingo to Julu Ubuntu. In Kind treatment obligate citizens of Mali to treat IBK government as IBK government governs. If it governs well with transparency plus accountability then citizens should show good conduct. If IBK government governs bad then citizens should show unpredictable plus bad conduct. In regards to AZAWAD IBK have no suitable option but to renegotiate whatever off record deal he have made. For IBK to turn over portions of Mali to be governed without Bamako legally having master control is unpredictable plus bad condition. With ultimate goal of to create conditions where Ubuntu are on survival level equal to that of caucasians plus mongoloid races to make unnecessary concessions is dangerous to Ubuntu long term survival plus creation of nationwide world class modern living in Mali. Even if violence must be undertaken to keep Mali as one with Bamako having master controls then so it should be. With world becoming more overcrowded plus racist by day Ubuntu of Mali are not able to afford to retreat. Only by achieving self-sufficiency plus self-sustainment will we create world cooperation plus peace that must exist to duly manage overcrowding plus humane population control that must be timely invoked.
    Very much sincere,
    Henry Author(people of books) Price Jr. aka Obediah Ubuntu IL-Khan aka Kankan aka Gue.
    translationbuddy.com

  3. Si il existe d’autres solutions proposez les pour que la paix revienne une fois pour toute dans ce pays tant cher à tous.Il ne s’agit pas de faire des critiques seulement.

    • Ce n’est pas en bourrant des urnes et en faisant de la fraude en collaboration avec les Bandits Armes et la CMA que l’on va ramener la paix au Mali, tout le contraire. Boua a choisi le chemin de la sale solution, la bassesse et serrer des mains souillees du sang des Maliens. Baccus, la solution ce n’est pas les accords negoties a Alger apres la grande defaite de IBK et Mousssa Joseph a Kidal devant les attaques militaires de la CMA. Boua doit partir car il n’est pas legitime ou legal, donc lui ne peut faire la paix ou negotier pour la paix. La solution c’est le depart de Boua IBK et immediatement! Si Boua aime ce pays il doit partir car il a echoue partout depuis 2013.

  4. La CMA=IBK et IBK=la CMA, le bourrage et le fraude electorale est nee ici et que vive le Malizawad. Nous les patriotes Maliens, levons-nous pour dire NON a Boua, NON au Malizawad et NON a la fraude electorale

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here