Présidentielle du 29 juillet: Les Gros bras invitent à l’apaisement du climat politique

1
Lors des élections communales de novembre 2016 (ici à Bamako), certaines localités n'avaient pas pu élire leurs conseillers municipaux (photo d'illustration).
Lors des élections communales de novembre 2016 (ici à Bamako), certaines localités n'avaient pas pu élire leurs conseillers municipaux (photo d'illustration). © REUTERS/Adama Diarra

L’Association des gros bras du Mali (AGBM)  a animée une conférence de presse ce mercredi 6 juin 2018 dans la cours de la radio Séwa sis à Boulkassoumbougou.  Elle en a profité pour transmettre un message de paix en vue de prévenir  toute forme de violence pré ou post électorale.

Créé depuis 1997, L’Association des gros bras du Mali (AGBM) se fixe comme objectif, entre autres, de combattre l’injustice,  la discrimination,  la brutalité et de favoriser  le respect de la diversité et des droits de l’Homme. Pour jouer sa partition à l’orée des échéances électorales, l’organisation a organisé mercredi dernier une conférence de presse pour prêcher l’apaisement du climat politique.

Le porte-parole de l’AGBM, Beni Dagno, a d’entrée de jeu invité les différents acteurs politiques à renoncer à la violence pour le bien être du pays déjà meurtri par une crise sans précédent.  « Nous sommes à la veille des campagnes. Nous ne voulons pas être les boucliers de quelconques politiciens qu’ils soient. Nous disons non à toute forme de violence. Il est grand temps pour le peuple malien de se donner la main, de s’unir et de dire non à la violence aux élections. Nous devons éviter un climat de déstabilisation pour notre pays. Nous devons mettre fin à toute forme de  violences pré ou postélectorale ».

Il a aussi  invité l’ensemble des Maliens  à œuvrer pour un Mali uni et fort  avec comme socle le vivre ensemble.

Pour le président de l’AGBM,  Kékouta Sissoko, les gros bras sont là pour protéger les personnes et leurs biens. « Nous nous sommes donnés la main depuis fort longtemps. Nous voulons construire le Mali… Il est vraiment temps que les politiciens cessent de nous utiliser comme acteurs des violences. Nous allons combattre toute forme de violence afin de sortir notre pays de cette crise ».

Toutefois, il a tenu à interpeller les autorités à penser aux gros bras lors des différents recrutements dans les corps des forces armées et de sécurité  afin de diminuer le chômage dans leur rang.

Adama Diabaté    

Commentaires via Facebook :

1 commentaire

  1. Ils n’ont qu’a competir comme les autres citoyens pour se faire recruter dans les diferents corps au moment venu si non il n’y aura de cota pour eux si cela se produit alors apel a l’injustice de la part des autorites

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here