Spécial supplément, Assises nationales de la refondation : Les recommandations des communes…

0

La prolongation de la durée de la transition, la relecture de l’Accord pour la paix et la réconciliation nationale, la révision de la Constitution de 1992, la création d’un organe unique de gestion des élections, la diminution ou la suppression du financement des partis politiques sont notamment des propsitions faites par les délégués qui ont participé aux Assises nationales de la Refondation (ANR) dans les communes

Les recommandations formulées par les communes de l’intérieur et du District de Bamako lors des travaux des Assises nationales de la refondation portent sur le redéploiement des forces de défense et de sécurité sur toute l’étendue du territoire ; la sécurisation des personnes et de leurs biens sur l’ensemble du territoire national avant la tenue des élections ; la prolongation de la durée de la Transition ; l’accélération du processus de Démobilisation, désarmement et réinsertion (DDR). Faire la relecture de l’Accord pour la paix et la réconciliation nationale, issu du processus d’Alger; diminuer le nombre des Institutions de la République; réviser la Constitution font aussi partie des points retenus par les participants.

D’autres propositions ont trait à la limitation du rôle de la Cour constitutionnelle dans la proclamation des résultats des élections , l’accélération de la création d’un organe unique de gestion des élections , la réduction du nombre des partis politiques à trois grands regroupements, la suppression du financement des partis politiques. Sans oublier la relecture de la Charte des partis politiques.

En outre, procéder par appel à candidature pour les postes de directeurs nationaux et assimilés; dépolitiser les postes des cadres de l’administration et instaurer un plan de carrière; revoir la qualité des recrutements et appliquer le licenciement après avis de conseil de discipline; réviser les salaires en fonction de ceux de la sous-région et revoir le système de création de statuts particuliers sont d’autres propositions formulées par des délégués dans les différentes communes du pays.

Ils ont également mentionné l’organisation d’un forum national sur l’éducation pour éplucher et solutionner tous les problèmes que rencontre notre système éducatif et la suppression de l’Association des élèves et étudiants du Mali (AEEM).
Aussi, des participants ont-ils demandé la mise en place d’une commission d’enquête morale avant la nomination des juges, la création d’un Haut conseil des légitimités coutumières et traditionnelles, dénommé «Dougoutiguiblon» en bamanankan; la prise en charge des soins de santé des autorités traditionnelles. S’y ajoute la mise en place d’un seul et unique organe unique de gestion des Maliens établis à l’extérieur.

…….LIRE LA SUITE SUR https://www.lessormali.com/

 

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here