Présidentielles : Le vrai faux suspens du candidat ATT

0

Partira ? Partira pas ? Apparemment le président sortant Amadou Toumani Touré n”aime pas le poisson mais il rôde éternellement autour du marigot. Est-ce une autre façon de noyer le poisson dans l”eau en déroutant partisans et adversaires alors que chaque jour il est en campagne électorale dans le pays profond ?

Le Général président Amadou Toumani Touré sera-t-il candidat à sa propre succession ? C”est la question qui mérite d”être posée si l”on sait que malgré tous les tapages orchestrés par ses partisans et lui-même par ses incessants déplacements à l”allure de campagne, il n”a pas officialisé sa candidature pour un second mandant. Pourquoi alors continue-t-il de maintenir le suspens là où il ne devrait pas y en avoir ?

Manque de confiance en soi où peur de s”exposer aux diatribes de ses adversaires politiques ?A moins de deux mois du premier tour de la présidentielle prévu pour le 29 avril, le président sortant, élu en juin 2002 au terme d”un scrutin à controverse, ne s”est pas encore décidé, de façon formelle, à déclarer sa candidature.

Ce qui nous rappelle qu”il y a 5 ans le même ATT hésitait à démissionner à six mois de la date de dépôt des candidatures conformément à la loi. Il avait attendu la dernière minute pour prendre sa retraite. Cela veut dire que c”est un homme hésitant qui ne fonce que quand il est sûr de ne pas aller à Canossa.

ATT n”est plus ce mythe des casernes auquel le peuple faisait appel pour assurer une "nouvelle transition" pouvant permettre de réconcilier la classe politique avec elle-même. Aujourd”hui, le constat est tout autre. Le président a outrepassé ses missions. Même s”il règne une certaine accalmie, force est de reconnaître que cette "nouvelle transition" s”est manifestée par le musellement des partis politiques, acteurs incontournables du processus démocratique.

En effet, le président n”est plus perçu comme le sauveur de la démocratie mais comme le fossoyeur des partis politiques. Mais la bataille pour Koulouba s”annonce rude cette année. Pourtant, même en position de force en tant que président sortant ATT dissimule ses intentions sous une apparence de sérénité. En réalité il montre des signes de panique à chaque sortie sur le terrain. Alors que depuis son arrivée au pouvoir en 2002 l”homme est éternellement en campagne comme s”il s”agissait de vaincre la dracunculose. Ce sont des signes qui ne trompent pas. Le président sortant est loin d”être rassuré sur son sort malgré toutes les propagandes orchestrées par ses partisans. Sa récente visite à Sikasso a montré, une fois de plus, que la panique s”est installée dans le camp présidentiel. C”est le président qui a effectué le plus grand nombre de visites à l”intérieur du pays. En cinq ans, il a visité tous les cercles du Mali.

Mais quoiqu”il en soit ce faux suspens d”ATT ne trompe personne. Car la majorité des Maliens sont convaincus, qu”ayant pris goût aux délices du pouvoir il sera sur la ligne du départ le 29 avril. Tous les indices plaident pour cela. Les incessantes créations de soi-disant clubs de soutien, les multiples visites de terrain avec à la clé des promesses faramineuses, la présence inopportune de certains ministres dans les délégations, la mainmise sur les médias d”Etat, l”accointance avec les partis signataires de la plate-forme de l”ADP sont des preuves palpables de sa prochaine candidature.

Youssouf CAMARA

Commentaires via Facebook :

PARTAGER