EBOLA : Les griots et artistes mieux outillés

0

Lundi a eu lieu une journée d’orientation des griots et artistes dans la lutte contre la maladie à virus Ebola sur la thématique prévention et réponse communautaire face à la maladie à virus Ebola au Mali.

 

Lundi 22 décembre 2014 au CICB, l’Alliance de la société civile malienne contre la maladie à virus Ebola avec à sa tête Yaya Zan Konaré, président de l’Alliance et de la Fénascom, a réuni plusieurs Niamakala (griots) et artistes de la place autour d’une journée d’orientation dans le but de mieux les outiller dans leur œuvre de sensibilisation auprès de la population.

Cette rencontre organisée en collaboration avec Arche-Nova a été un véritable succès du fait de la qualité de la mobilisation. L’objectif de cette formation était de contribuer au renforcement des capacités des Niamakala en vue d’apporter une réponse adaptée à la maladie à virus Ebola de façon globale. Mais aussi d’informer et sensibiliser les Niamakala et artistes sur la maladie à virus Ebola (MVE) et aussi les amener à s’engager dans la lutte contre la maladie à virus Ebola auprès de la population.

Le représentant de la direction nationale de la santé, Mamadou Maïga, s’est appesanti sur la maîtrise de cette maladie en rappelant l’origine et les voies de transmission et des mesures de prévention de cette épidémie découverte pour la première fois en Afrique au Congo ex-Zaïre en 1979, tout près d’un fleuve nommé Ebola.

Le président de l’Alliance, Yaya Zan Konaré, a salué l’Arche-Nova pour son soutien à cette formation des griots et artistes dont le rôle est inestimable dans la sensibilisation de la population pour mieux lutter contre l’épidémie d’Ebola. Cependant, il a invité les griots et artistes à mieux cerner cette formation pour une meilleure restitution auprès de la population et également dans le but de soutenir de façon efficace les actions gouvernementales dans la lutte contre la MVE.

  1. Andrewas, représentant l’Arche Nova, dira qu’”en atteignant ces objectifs avec vous, nous sommes sûrs d’atteindre le maximum de personnes, car vous êtes écoutés”. Il a rappelé la place prépondérante de cette couche qui constitue un maillon important de la société pour ce qui concerne la lutte contre Ebola.

Il a ajouté que “tant que nos pays voisins sont déclarés pays infectés, on ne doit pas baisser les bras, mais rester surtout vigilant”. Il a dit compter sur cette rencontre pour renforcer les capacités de la société civile afin de la rendre plus utile au service de la nation.

Ousmane Daou

 

================================================

LUTTE CONTRE LE SIDA

Estheraid fait le bilan de ses activités

 

Lancé le 1er avril 2011 avec un début des activités en mars 2012, le Groupement d’intérêt public (GIP) Estheraid financé à hauteur de 2 116 481 d’euros vient de boucler ses activités au Mali. Ce projet a permis d’améliorer la performance de l’approvisionnement en ARV et de  l’assurance qualité de la centrale d’achat jusqu’aux points de dispensation, d’optimiser l’offre de soins destinée aux PVVIH afin de favoriser une consommation accrue et plus rationnelle des ARV pédiatriques et de seconde ligne dans les hôpitaux sélectionnés et de renforcer la capacité des établissements de soins à quantifier et à prévoir les besoins en traitement, notamment en ARV pédiatriques et en seconde ligne.

 

Hier, le GIP Estheraid, dirigé par Issouf Maïga, a organisé un atelier à l’hôtel Radisson pour présenter, aux termes de son intervention au Mali, le bilan de ses activités depuis son lancement en 2012. Financé à plus de 2 millions d’euros, le GIP Estheraid visait à faciliter et sécuriser la disponibilité des traitements antirétroviraux (ARV) et en particulier les ARV pédiatriques et ceux de seconde ligne et leur bonne administration.

Les axes stratégiques de ce projet, au nombre de trois, étaient d’améliorer la performance de l’approvisionnement en ARV et de l’assurance qualité de la centrale d’achat jusqu’aux points de dispensation, d’optimiser l’offre de soins destinée aux PVVIH afin de favoriser une consommation accrue et plus rationnelle des ARV pédiatriques et de seconde ligne dans les différents hôpitaux sélectionnés et de renforcer la capacité des établissements de soins à quantifier et à prévoir les besoins en traitement, notamment en ARV pédiatriques et en seconde ligne.

Les stratégies du projet s’articulaient principalement autour du financement de l’assistance technique Sud-Sud, Nord-Sud, le renforcement des compétences des prestataires de soins par la coalition des acteurs du domaine de la lutte contre le Sida, des formations, des stages en France ou dans les pays de la sous-région, des ateliers de formation, des ateliers techniques pour l’élaboration, la conception et la validation de document référentiel ; des séminaires et des supervisions formatives post formation.

Quelques résultats encourageants ont été obtenus. Il a permis la conception de manuels de formation en gestion et en dispensation des ARV, la formation de 35 personnes en gestion dispensation des ARV, la formation de 14 pharmaciens au diplôme interuniversitaire de gestion des approvisionnements pharmaceutiques.

Il faut ajouter à ceux-ci, le financement du stage de 6 pharmaciens en gestion dispensation au Burkina Faso et de 12 agents du Laboratoire nationale de la santé en AQ/CHMP et trois autres en en AQ en RCI, le renforcement des compétences de 3 personnes en assurance qualité des laboratoires en France, ainsi que la formation de 18 superviseurs de la direction de la pharmacie et du médicament (DPM) en assurance qualité des laboratoires.

Pour renforcer toujours le plateau technique, 5 biologistes ont été formés au diplôme universitaire de rétrovirologie de Dakar ainsi que le renforcement de la compétence de 7 pédiatres à travers des séminaires pédiatriques, la formation de 70 prestataires nationaux sur la résistance au traitement ARV et 9 médecins et pharmaciens au diplôme interuniversitaire de la Pec globale du VIH.

Le coordonnateur du Comité sectoriel de lutte contre le Sida (CSLS) du ministère de la Santé et de l’Hygiène publique, Dr. Bouyagui Traoré, a félicité l’Estheraid pour son soutien à notre pays dans la lutte contre le Sida.

Issouf Maïga, coordonnateur d’Estheraid, a rappelé les axes d’intervention du projet exécutés à hauteur de 92 % en 4 ans d’exercice. Il a indiqué également que le projet sera transformé en janvier 2015 en Agence française d’expertise internationale.

Ousmane Daou

Commentaires via Facebook :

PARTAGER