Hôpital du Point G : Cinq malades cardiaques opérés avec succès

0

Le Centre hospitalier et universitaire du Point G, qui bénéficie de l’assistance du CHU d’Angers (France) depuis 40 ans dans le cadre d’une coopération sanitaire, a opéré avec succès cinq malades cardiaques.

 

En fin de séjour à Bamako après une semaine d’intenses activités pour soulager des malades souffrant du cœur et qui nécessitaient une opération chirurgicale, la mission d’Angers, conduite par Pr. Dominique Chabasse, a été félicitée par nos autorités sanitaires. C’était le samedi 25 octobre 2014 au cours d’une cérémonie présidée par le représentant du ministre de la Santé et de l’Hygiène publique, Salif Samaké, en présence du directeur général adjoint de l’hôpital du Point G, Dr. Moussa Sanogo.

Après avoir magnifié la coopération sanitaire entre Angers et l’hôpital du Point G, Dr. Moussa Sanogo a expliqué que l’objet de ce partenariat est de donner un coup d’accélérateur à l’opération de cœur. Il a remercié l’équipe du Point G pour le travail qu’elle ne cesse d’abattre pour soulager nos malades.

Le Pr. Dominique Chabasse, chef de la mission, a rappelé que la coopération sanitaire entre Angers et l’hôpital du Point G date de longtemps. Il a noté que tout doit être mis en œuvre pour que cette coopération puisse être pérennisée et prise au sérieux. Il a souhaité qu’elle s’étende aux laboratoires pour qu’ils retrouvent un niveau important dans le domaine de la santé.

En soulignant les difficultés que rencontre l’hôpital du Point G notamment dans la prise en charge de certains malades, Salif Samaké a, au nom du ministre de la Santé et de l’Hygiène publique, félicité l’excellente coopération qui existe entre le CHU d’Angers et le CHU du Point G avant de rappeler que le Mali dispose de deux chirurgiens.

Il a fait savoir que le département de la Santé est confronté à des difficultés dans l’évacuation de certains malades à l’étranger au regard du coût très élevé. Il a assuré que le département de la Santé accompagnera le processus en cours et compte donner un nouveau visage à ce projet à partir de 2015.

Auparavant, la délégation a visité 5 enfants qui ont bénéficié gratuitement d’une chirurgie cardiaque et qui se portent mieux après leur opération. Il s’agit de Mohamed Sow, âgé de 5 ans, et Djélika Coulibaly (7 ans) qui ont subi leur opération la semaine dernière. Les trois autres : Assitan Doucouré, Gaoussou Coulibaly (3 ans) et Alou Samaké (4 ans) avaient subi leur opération en décembre 2013.

Présentement, l’hôpital du Point G dispose de moyens techniques et humains pour faire face à des chirurgies cardiaques dont le premier noyau est dirigé par Dr. Coulibaly, chirurgien, en attendant la création de l’Institut national de cardiologie souvent évoquée.

 

VIRUS EBOLA

Le laboratoire Cerefo rassure les Maliens

 

La qualité du service rendu par le Centre de recherche et de formation (Cerefo) rassure les Maliens. La détection du cas d’Ebola de la fille de 2 ans à Kayes en passant par le test négatif du cas de la Commune V sont de parfaites illustrations de la prouesse de cette structure incontournable dans le combat pour la prévention de la fièvre hémorragique à virus Ebola.

 

Le Centre de recherche et de formation (Cerefo) de la Faculté de médecine et de pharmacie abat un boulot irréprochable dans le combat contre la propagation du virus Ebola. Son intervention rapide sur le cas de la fille de 2 ans, morte du virus Ebola, en passant par celui du cas testé négatif en Commune V sont des illustrations de son attachement à contenir la propagation d’Ebola et à rassurer une population quelque peu paniquée.

Le ministre de la Santé et de l’Hygiène publique, Ousmane Koné, s’était rendu le lundi 13 octobre 2014 dans ce Centre pour constater de visu le fonctionnement de ce laboratoire de niveau référentiel 3. Cerefo est spécialisé dans le test virologique et bactériologique notamment celui du virus Ebola, de la tuberculose et du VIH/Sida.

Le ministre avait eu toutes les assurances du Centre pour contenir cette épidémie. Il n’était plus question d’envoyer des échantillons à Atlanta aux USA. En seulement deux heures de temps, le Pr. Ousmane Koïta et ses poulains peuvent produire le résultat d’un cas suspect d’Ebola.

A l’heure actuelle, le laboratoire est à 28 cas testés négatifs et un positif, celui de la fille de 2 ans dont les parents seraient morts de virus Ebola. Cette information confirme le travail et les tests de Cerefo et coupent court aux rumeurs des sceptiques quant à la qualité du service de cette structure, qui travaille dans la transparence avec d’autres structures internationales via le web.

En tout cas, à l’heure actuelle, les Maliens ne peuvent qu’être fiers de ce laboratoire référentiel dans la sous-région.

Ousmane Daou

Commentaires via Facebook :

PARTAGER