Réduction progressive des trypanosomiases transmises par la mouche tsé-tsé : La 2ème phase de financement acquise !

0

Le document de l’accord de financement pour la deuxième phase du projet régional « Améliorer la sécurité alimentaire en Afrique Subsaharienne en soutenant la réduction progressive des trypanosomiases transmises par la mouche tsé-tsé » a été signé par le ministère de l’Élevage et de la Pêche, Nango Dembélé et la représentante résidente de l’organisation des Nations Unies pour l’alimentation (FAO) et l’agriculture Fatouma Seid.

Le financement de la FAO pour un montant de 1 million de dollars US, soit 500 millions F cfa, au bénéfice de 6 pays africains, à savoir : le Mali, le Burkina, le Ghana, l’Éthiopie, le Kenya et l’Ouganda. Le projet aura une durée de 2 ans (2016-2018) et fournira un appui technique aux pays africains affectés par la trypanosomiase.

En effet, la trypanosomiase animale et sa forme humaine, connue comme la maladie du sommeil chez l’homme, est la contrainte principale au développement rural durable dans les zones à fort potentiel agricole. En 2001, les chefs d’Etat et de gouvernement de l’Union africaine ont lancé la campagne d’éradication des glossines et de la trypanosomiase africaine. Ce programme qui constitue la première a été magistralement exécuté. Après cette réussite, il a été envisagé une deuxième phase.

La seconde phase en cours renforcera les capacités de la Cellule de lutte contre les mouches tsé-tsé et les trypanosomiases animales à travers la formation des cadres et un appui technique, en particulier la confection d’un atlas national.

Soulignons qu’à l’issue de cette seconde phase, le Mali doit être en mesure de confirmer sa capacité à évaluer le risque trypanosome, à formuler, suivre et évaluer les interventions sur le terrain avec un accent sur la gestion des données en vue d’appuyer l’aide à la décision.

En tout cas de l’avis général, le projet va renforcer l’appui à la santé animale qui est l’un des axes prioritaires du Ministère de l’Elevage et de la Pêche.

Agmour

Commentaires via Facebook :

PARTAGER