SANTE DE LA POPULATION AU MALI: Le CREPA lance l'assainissement écologique

0
Afin d’améliorer l’état de santé des populations menacées par des maladies liées à l’environnement le Centre Régional pour l’Eau Potable et l’Assainissement (CREPA) a lancé, hier mardi 3 octobre, à la maison du partenariat l’ECOSAN. Une approche qui considère les déchets humains et les eaux usées rejetées comme ressource réutilisable et non pas comme des déchets dont il faut se débarrasser.
Placée sous l’égide de Malick Alhousseini, Directeur national de l’hydraulique avec à ses côtés Mme Maïga Fatoumata Sokona, représentant de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) et Youssouf Cissé, Directeur résident du CREPA, la cérémonie de lancement de l’ECOSAN a été essentiellement marquée par une seule intervention. Il s’agit de celle de M. Malick Alhousseini.
Selon lui, le combat contre la pauvreté dans lequel le Mali s’est engagé, à l’instar de la communauté internationale toute entière, requiert une démarche globale, polyvalente et intégrée. "La gestion saine des excréta est une stratégie incontournable pour améliorer l’état de santé de la population" a-t-il souligné.
En effet, il convient de souligner que, dans notre pays la pathologie est dominée par des maladies liées à l’environnement, parmi lesquelles on peut citer la fièvre typhoïde, les dysenteries, le choléra.
Dans un tel contexte, l’assainissement écologique est une option a exploiter pour le bien être des populations. Il est sans nul doute l’une des options appropriées pour atteindre les objectifs du millénaire pour le développement, eu égard aux nombreux avantages qu’il procure. 
Le CREPA est une institution sous-régionale. Le Mali en est membre. Il a pour mission de contribuer à l’amélioration de l’efficacité des investissements dans le secteur de l’alimentation en eau potable et de l’assainissement.
Le CREPA avec ses partenaires, la coopération suédoise, la coopération suisse et ECOSAN RES, se sont engagés dans un programme de recherche sur l’assainissement écologique.

Commentaires via Facebook :

PARTAGER