Cérémonie d’adieu a la commission nationale chargée des refugiés : Plus de 300 réfugiés ivoiriens retournent au bercail

0

Apres plus 19 ans de séjours pour certains d’entre eux, 350 réfugiés ivoiriens s’apprêtent à regagner définitivement leur pays. Un retour normal et qui fait suite à un appel lancé par les autorités ivoiriennes à l’adresse de tous leurs ressortissants à travers le monde. Mais avant, ils ont tenu  rendre un vibrant hommage à la Commission Nationale Chargée des Réfugiés au Mali (CNCR) pour le soutien, l’appui et l’accompagnement constants de cette structure. Occasion pour eux de remercier les autorités maliennes à travers le ministère de l’Administration territoriale et de la Décentralisation pour l’hospitalité dont ils ont bénéficiée dans notre pays. 

Arrivés au Mali, il y a plus d’une décennie pour la plupart, à la suite de la crise ivoirienne, ces réfugiés ivoiriens ont bénéficié de la protection du HCR durant plus d’une décennie. Et selon leurs témoignages la solidarité et de l’hospitalité maliennes n’ont jamais fait defaut durant leur séjour à Bamako et l’intérieur du pays.

En se rendant au siège du CNCR à la tête d’une délégation, le président de l’Association ivoirienne des réfugiés, Mohamed Koné a voulu aux noms de tous les réfugiés ivoiriens témoigné sa reconnaissance aux autorités maliennes.  « Ce passage qui a duré plus de 19 ans pour la plupart d’entre nous s’est arrêté pour de bon. La guerre est terminée en Côte d’Ivoire, la paix a regagné les esprits et les cœurs, nous avons reçu une mission « COME AND TELL » en 2019 et effectué une mission « GO AND SEE » en 2021. La grande majorité des réfugiés Ivoiriens dans le monde sont rentrés et le 30 Juin dernier la clause de cessation a pris effet », a-t-il déclaré.

Dans son intervention M. Koné dira que la CNCR est la première actrice lors de la création de l’association à travers son apport, sans quoi ARIM n’aurais pas atteint ces 19 ans. « Vos encouragements pour l’initiative de la création d’une association, votre implication et vos témoignages pendant l’enquête de moralité montrent votre bonne volonté et votre bonne foi envers les autres. Si ARIM a un père, sans aucun doute c’est la CNCR. C’est aux pieds de la CNCR et aux bords du fleuve Niger que l’ARIM a vu le jour le 23 Décembre 2003 pour devenir l’AIORH le 15 Décembre 2021 aux bords de la lagune Ebriée. Cher père (la CNCR), le séjour des réfugiés Ivoiriens au mali a été satisfaisant grâce à Dieu, à travers la CNCR, et le gouvernement. Vous avez gardé l’association dans votre viseur et votre rétroviseur et avez fait sa promotion partout où c’était nécessaire. Nos lettres de recommandations, A qui de droit, tenant lieu d’extraits de naissance, et tout autres documents de protection n’ont jamais fait défaut ».

  1. Koné ajoute : « Cette cérémonie est pour nous l’occasion de vous exprimer toute notre gratitude pour la protection et la bonne collaboration. Nous rendons hommage à tous les Présidents de la CNCR particulièrement M. Bréhima Coulibaly qui nous a fait l’honneur lors de la mission « Go and see » le 15 Décembre dernier de prononcer le nom de l’Association Ivoirienne « On Revendique l’Humanitaire AIORH » devant les autorités de la Côte d’Ivoire une grande fierté pour nous…

Aussi, il a remercié tous le personnel du CNCR, l’UNHCR et ses partenaires (AMSODE, Stop Sahel, ACTED, AAVNU), pour leurs efforts conjugués. Aussi, il n’a pas manqué d’adressé ses remerciements à d’autres structures, notamment pour l’éducation des enfants, la formation professionnelle, la bourse DAFI, la mutuelle santé, et les AGR etc…». Dans son intervention le président de l’Association ivoirienne des refugiés, a cependant soumis certaines doléances au président du CNCR : « Nous souhaitons que la CNCR nous délivre une attestation de collaboration ; Nous souhaitons avoir une audience avec Monsieur le Ministre avant notre départ en Côte d’Ivoire ; Le 27 Décembre 2023 l’association auras les 20 ans, de façons symbolique nous souhaiterons venir la célébrer à la CNCR avec l’implication du Ministère de l’Administration Territoriale.

L’humanitaire est une maison à nous tous, ensemble habitons cette maison et préservons-la du feu de la guerre en y cultivant la paix ».

La cérémonie a été clôturée par une remise de la  clé symbolique, décoration de Mohamed Lamine Aboubacarine (Coordinateur protection-CNCR) pour son humanisme et une exposition d’un tableau signé par les partenaires.

Fait notable : En septembre 2021, une réunion régionale entre le Gouvernement de la Côte d’Ivoire et ceux des pays d’accueil des réfugiés ivoiriens, dont le Mali, a eu lieu pour souligner l’importance d’accélérer le rapatriement volontaire et de soutenir un statut légal alternatif pour ceux qui choisissent de rester dans leur pays d’asile. À l’issue de cette réunion, une déclaration conjointe a été signée afin de prononcer la clause de cessation du statut des réfugiés ivoiriens. Cette clause est entrée en vigueur le 1 juillet 2022.

Mohamed Sylla

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here