Conseil National de Transition : Le climat de suspicions va-t-il plomber l’avenir de l’institution ?

8

Le Conseil national de Transition (CNT) comblera-t-il les attentes du peuple malien, assoiffé d’un changement dans la gouvernance du pays ? Un scepticisme ambiant prédomine, eu égard aux conditions de mise en place de cet important organe de la période transitoire.

Maliweb.net Par le biais du décret du 3 décembre dernier portant liste des membres du CNT, l’organe législatif de la Transition est désormais en place. Mais le climat de suspicions dans lequel ce dernier organe de la période transitoire est créé semble jeter un certain discrédit sur son fonctionnement et ses missions.

D’abord, il faut relever les bruits ou critiques selon lesquels le décret susvisé n’a pas été dûment signé par le président de la Transition, Bah N’Daw. Si cette accusation est fondée, l’on s’interroge sur la validité de cet acte administratif que certains responsables politiques projettent d’attaquer devant les juridictions. Et si le défaut de signature du décret est avéré, il va de soi, qu’il sera déclaré nul et non avenu. Dans ce cas, c’est tout l’édifice de « cooptation » des membres du CNT qui s’écroulera.

En outre, l’on signale des cas de membres du CNT qui n’auraient pas déposé de dossier, comme exigé par l’un des décrets du 9 novembre 2020 portant modalité de désignation des membres de cet organe. D’autres membres désignés l’auraient été à titre individuel et non au nom d’une quelconque entité citée dans le décret portant clé de répartition des membres. C’est ainsi que des cadres comme Mamadou Diarrassouba, 1er secrétaire à l’organisation du Bureau politique national du RPM, l’ex-parti présidentiel, Assarid Ag Imbarcaouane (ADEMA-PASJ/EPM), Marimanthia Diarra (ADEMA-PASJ/EPM) Mme Diarra Racky Talla(UM-RDA/EPM), Housseini Saye (CODEM), l’imam Oumarou Diarra (M5-RFP), Assane Sidibé (Yelema) entre autres, n’ont mandat d’aucune organisation politique. Puisque leurs regroupements politiques respectifs ayant décidé de ne pas siéger au sein du CNT créé sur la base des 3 décrets précités. S’y ajoute des confusions et conflits d’identité entre certains membres homonymes du CNT. Certains homonymes ont été refusés au profit d’autres pour des arguments non convaincants… Quid des récriminations de la CMA, qui ne se reconnait pas dans les membres désignés en son nom ?

Tous ces cafouillages révèlent un manque de sérieux dans le travail de création de cet organe de la Transition chargé pourtant du contrôle de l’action gouvernementale et du vote des textes, dont certains seront la base du renouveau appelé de tous les vœux. Ce climat d’approximation et d’amateurisme met aussi en évidence de manque d’une base de légitimité au CNT. Car, à quoi sert-il à un organe de rassembler des cadres non au nom des regroupements ou des organisations les ayant mandatés mais en leur nom personnel ? De quelle assise populaire disposera le CNT pour s’en servir dans la perspective des textes réformateurs à adopter ?

En un mot, il est erroné d’affirmer aujourd’hui que le CNT est représentatif du peuple malien au nom duquel il est censé devoir siéger. Et dire que le pays est dans une crise profonde nécessitant un minimum de consensus pour aider à son relèvement. L’on ne peut douter sérieusement de l’avenir de cet organe, qui sera du reste dirigé par un membre du CNSP, le Colonel Malick Diaw.

Boubou SIDIBE/Maliweb.net

Commentaires via Facebook :

8 COMMENTAIRES

  1. La manière de mettre cette entité en place est à la base de ce climat de suspicions qui va sans équivoque plomber l’avenir de l’institution, cela est indéniable. la démarche n’était pas catholique, elle est nébuleuse, touffue, opaques et bancale sans aucune marque de confiance. C’est dommage de voir cette entité qui est déjà mort-née, avec ça comment faire naitre cette quatrième République qui même si elle est née, elle donnera une situation pire que le régime d’IBK, nous avons peur et nous tremblons très fortement.

  2. QUELQUE SOIT LA FORCE POLITIQUE QUI GAGNERA LES ELECTIONS IL FAUDRA PREVOIR UN ORGANE DE CONTROLE TRES FORT DE L EXECUTIF AFIN DE NE PAS RETOMBER DANS LES ERREURES DE PASSE

    J INVITE Bah et Assimi a mettre en place un systeme qui empeche les detournenments de fonds
    par exemple des audits réguliers et obligatoires rendus publics ainsi que de donner des pouvoirs plus fort
    au BVG en lui donnant la capacité de SAISIR LES TRIBUNAUX !!!!!!!!!!!!!!

    LES JUGES DOIVENT ETRE TRES TRES BIEN CONTROLES DANS TOUTES LEUR ACTIONS PAR UN COMITE D EXPERTS NATIONAUX ET INTERNATIONAUX DE PAYS EXEMLAIRES NEUTRE NON IMPERIALISTE (RWANDA KENYA MAURICE BENIN SUEDE FINLANDE RWANDA KENYA JAPON PAR EXEMPLE
    (GCHINOIS ET RUSSES DE PREFERENCES)

  3. Il est impossible pour la JUNTE de satisfaire les Membres du COMITE STRATEGIQUE du M5-RFP. A moins de leur remettre purement et simplement le POUVOIR. C’est à dire la Présidence de la TRANSITION, la Vice-Présidence, la Primature, la Présidence du CNT et le retour des Membres de la JUNTE dans les Casernes. Exactement ce que demandait la CEDEAO.
    C’est pas possible d’être à ce point intransigeant.
    Mais pourquoi ils ne se préoccupent pas de s’organiser, pour les prochaines élections générales… ??? Pourquoi ne pas chercher à gagner l’adhésion populaire et se mettre dans les conditions de gagner gagner ces prochaines élections… ?

    Vivement la Mali pour nous tous.

  4. Where President Bah N Daw approve plus support degree it should be minor impropriety that he have not signed it. We should have paid as much attention to massive amount of corruption plus withal to correct it in IBK government. If we had we would not be now undergoing transitional government. Of course following correct processes are very important plus we should require adherence to those procedures where total circumstance show it is by far in Mali short plus long term best interest to do so. Transitional Government is short term entity whose most important plus controlling element should be to have right leadership in right position taking right actions at right time.That by far outweigh following process to letter of its steps plus stages where to do so is costly in effort plus benefits.
    We need focus on having transitional government establish lasting one democratic political system base plus infrastructure that will cost efficiently plus inclusively upgrade living conditions plus security. In short mechanism that will put citizens plus government on same ” page” with all benefitting.
    Henry Author Price Jr aka Kankan

  5. Les membres du cnt ont été désigné cependant il y a beaucoup de polémique. Je regrette l absence de certains acteurs politique et de la cma .je pense que il faut toujours privilégié le dialogue pour que toutes acteurs de la scène politique, sociale et économique se retrouve pour s entendre sur un consensus.

  6. le consensus minimum était nécessaire. Le laxisme dans la gestion des affaires publiques qui nous a conduit à cette situation ne doit pas être le mode de fonctionnement. Cet organe n’aura aucune légitimité pour apporter des modifications quelconque aux textes fondamentaux issus de consultations populaires.Alors à quoi servira ce CNT ? Halte au saupoudrage et aux actions ” a la malienne’

  7. Du calme………….. je trouve qu’il y a trop d’agitation autour de cette structure éphémère…… Le CNSP a fait croire aux maliens qu’il s’agit d’un partage de gateau……………. Que ceux qui sont intéressés à siéger dans une telle instance attendent se préparent pour les électins législatives de 2021.

    • Tres bien vu Lastus, nous sommes dans une situation de transition et il faut comprendre ce parametre pour aller de l’avant. Toutes les couches socio-professionnelles, politiques et autres ont ete appelees a nommer des candidats et si elles refusent c’est un mauvais calcul car le bateau Mali va continuer sur les eaux! Au bout des 18 mois ceux qui seront elus par le peuple iront a Koulouba ou a Bagadadji!

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here