Affaire Ras dial et Assétou Coulibaly contre Chouala Bayaya Haidara : « Les deux poursuivis ont été présentés au procureur entre 2 et 4 heures du matin sans leurs avocats »

10

Me Soumaré et Me Kanouté, les avocats de Gaoussou Diallo dit Ras Diall, journaliste à la Radio Nièta et à TabitalPulaku et de Assétou Coulibaly, étaient face à la presse le mercredi 13 mars 2019 à la maison de presse, pour échanger sur certaines réalités de l’affaire. C’était en présence de l’ancien ministre de la justice, Mohamed Ali Bathily, les responsables des radios Nièta et Tabitalpulaku ainsi que les membres de l’association la sentinelle du peuple.

Selon Me Soumaré et Me Kanouté, depuis le 28 février 2019, leurs clients sont sous mandat de dépôt pour une affaire qu’ils qualifient de « tempête dans un verre d’eau ».  Parlant du cas du journaliste Ras Dial, au dire de Me Soumaré, avant qu’il ne soit  placé sous mandat de dépôt, il a passé cinq jours de garde à vue à la Brigade d’investigation Judiciaire. Selon lui, le confrère a été interpellé à son domicile un dimanche, aux environs de 10 heures et présenté au procureur de la République le jeudi suivant entre 2 heures et 4 heures du matin. Selon lui, c’est à partir de ces moments-là qu’il a été déplacé de l’unité d’enquête pour  une autre unité d’enquête, qui certainement relève de la commune III et qui n’a rien n’à avoir avec les faits qui lui sont reprochés du fait que ce bureau s’appelle le « Bureau du Pôle Economique et Financier. » Concernant les faits qui sont reprochés à Gaoussou Diallo, l’avocat dira qu’il lui est reproché une « atteinte à l’impunité, dénonciation calomnieuse, chantage et provocation à des délits et des crimes ». Pour la dame Assétou Coulibaly, Me. Soumaré a fait savoir qu’elle a été poursuivie et placée sous mandat de dépôt pour « chantage, dénonciation calomnieuse, complicité d’atteinte à l’intimité ». Parlant de l’arrestation de Ras Dial, l’avocat a souligné qu’un journaliste placé sous mandat dépôt est révolu depuis l’an deux mille. « Ce temps est révolu », a-t-il insisté. « Il est écrit sur le procès-verbal d’enquête que Gaoussou Diallo est journaliste à la radio Nièta, théoriquement quel est le mode de saisine d’une procédure contre un journaliste ? », s’est interrogé l’avocat avant d’expliquer qu’il s’agit d’une citation directe à comparaitre devant le tribunal correctionnel. « C’est une procédure spéciale, puisque le journaliste est une personne spéciale pour le poursuivre en justice, il s’agit également d’une procédure spéciale. Ce n’est pas comme le droit commun. On n’a pris une brochette d’infractions uniquement pour pouvoir les accablés, les poursuivre et les mettre sous mandat dépôt le 28 février, programmé l’audience sur le fond pour le 14 mai, soit deux mois et quinze jours plus tard», a-t-il souligné. Avant d’ajouter qu’ils se sont dits que c’est le droit de celui qui a poursuivi de poursuivre mais que c’est le droit aussi pour ceux-là qui sont poursuivis de demander à la justice de leur pays les dispositions bienveillantes de la loi. A l’en croire, le maintien en détention de Rass Dial ne se justifie nullement du fait que la procédure appropriée n’a pas été utilisée. De son avis, leurs clients n’ont pas eu la chance d’être assisté. De même, il dira qu’ils n’ont pas compris le fait que les intéressés sont tous résidents de la commune IV et que les faits ont été  poursuivis dans cette commune IV se retrouvent  brusquement au tribunal de la commune III. « Ce n’est pas normal », a-t-il précisé. Pour Me Kanouté, ils n’ont pas été traités en citoyen ordinaire ou en tout cas que celui qui a porté plainte contre eux bénéficie peut- être de plus d’égard par rapport à eux. Plus loin, il dira que les mandats de dépôt avaient déjà été décernés contre eux, ce qui est une violation très grave de leur droit. « On leur a même pas donné le temps d’appeler leurs avocats. Dans ma petite carrière aussi, je n’ai pas vu des gens mis en cause à la police et transférés au niveau du procureur à 4 heures du matin », a déclaré Me Kanouté. Venu pour prendre part à cette rencontre d’échanges, l’ancien garde des sceaux  Me. Mohamed Ali Bathily, a indiqué que les enquêteurs ont violé la loi du fait qu’ils n’ont pas travaillé dans l’heure égale qui est de 6 heures à 10 heures du soir.

Ousmane Baba Dramé

Commentaires via Facebook :

10 COMMENTAIRES

  1. DJOLA WALAKI, tu veux être plus BOUDDHISTE que BUDDHA sinon le prêcheur lui-même n’a pas nié les faits. Il a essayé de justifier son geste comme quoi ce n’est pas le Prophète mais ABUBAKAR quit a interdit la MOUTAHA. Seulement voilà: si l’Islam l’autorise, pourquoi lui-même se cache pour le faire ?

    Dans un pays serieux on aurait castré ce ZOUL KAKALA.

  2. Yugu-yugu tu peux raconter ce que tu veux. Le jour où on racontera n’importe quoi sur toi, tu comprendras. Des faux journalistes à 10.000 FCFA et des putes prêtes à prendre 25.000fca et dire n’importe quoi au nom d’Allah.

  3. J’ai un réel sentiment que la justice se laisse devenir un instrument d’intimidation pour un réseau politique et de partisan , les affaires censées d’être poursuivis ne le sont pas. Que sont-ils devenus les nombreux scandales financiers liés au début du premier quinquennat d’ibk ? Les detentions arbitraires, disparition de journaliste et les enlèvements arbitraires ? Voilà les faits qui peuvent tout simplement vérifier le bon fonctionnement de notre système judiciaire et de surcroît la démocratie , mais on préfère surfer sur les banalités pour distraire les citoyens.

  4. POUR LE ROI BITON ….( qui sait de quoi je parle )……..
    ……UN MOMENT QUE J ATTENDS DEPUIS …17 ANS
    AUJOURD’HUI …..J AI GAGNE ! ….

    ……Et je pense aux PAUVRES CONS …MOSSAD ….et autres WSR …

  5. J’ai certainement dû rater un pan de l’histoire…………………. Qu’est-ce que la demoiselle a dit ou fait et qu’est-ce que le monsieur a rapporté à la radio????????

  6. Pas question de sabali. Personne n’aime la diffamation. Y a t-il eu rapport entre la dame et Chouala ? Quand elle partait au Rdv, elle s’est adressée à qui ? Comment ce ras machin peut-il utiliser sa radio avec une si grande banalité sans approfondir son enquête ? Voilà une autre affaire semblable à celle du président de l’AN qui a pardonné mais qui a été sali avec une mère de famille. Il y a des accusations et des diffamations qui ne doivent pas attendre Lahara.

  7. La justice malienne va précipiter la fin de ce régime en projetant le Mali dans sa nouvelle quatrième République tant demandée depuis plus de dix ans. Des hommes et des femmes pris comme juges se mettent à créer des injustices partout au lieu de dire la loi rien que la loi, ils sont diaboliques et sataniques, ils sont sans scrupule face à l’argent et rien que l’argent, ils vendrons leurs parents pour avoir l’argent en mentant, envolant, en trichant, en se prostituant de façon éhontée. Une race de fonctionnaires qui ont opté pour s’enrichir par tous les moyens même au prix de sa dignité et pour corriger cette insuffisance de cette espèce humaine malienne, il faut beaucoup d’intelligences, de savoir faire et de savoir faire, faire. La bataille pour rééduquer ces genres de fonctionnaires n’est pas gagnée d’avance, il faut des actions de très longue durée et très efficaces par les mains d’hommes et de femmes non cupides et mettent le pays au dessus de tout avec beaucoup de sacerdoces, et force de reconnaitre ces genres de personnes n’existent plus au Mali depuis belle lurette. Nous sommes dans l’oeil de cyclone car le malien d’aujourd’hui n’aime pas des personnes comme çà et c’est dommage pour notre pays qui directement vers la décadence totale.

  8. Article 118: "Aucune procédure de révision ne peut être engagée ou poursuivie lorsqu'il est porté atteinte à l'intégrité du territoire. "

    La Republique intimide pourque la debauche elitiste ne soit pas deballee a la place publique.

  9. Les juristes Français, Américains et autres doivent venir apprendre le droit auprès des juges Maliens. Comme ça les TRUMP, les HOLLANDE et les BERLUSCONI auront la paix. Au lieu de garder son ZOB dans son pantalon, un homme peut le présenter ou même le planter à toutes les femmes qui passent sous la main et quand elles en parlent, elles seront poursuivies pour « atteinte à l’intimité ». 😜😛

    Après avoir tenté de justifier l’adultère sans convaincre, le prêcheur-obsédé sexuel peut demander à la justice-prostituée du MALI de punir ses victimes. Si la justice Malienne n’existait pas, il fallait l’inventer pour qu’il y ait un peu de saleté dans ce monde.

    La même justice qui a superbement ignoré un assassinat dans l’enceinte même de la présidence !! Tant mieux s’il y a un procureur pour les autres ! Sinon un homme est venu trouver le fils du Président entrain de sauter son épouse, au lieu de tuer les deux, il a tué la femme seule pour s’assurer l’impunité……

  10. Ils seront libere’s!!!!!! Il s’agit seulement d’un avertissement des vieux bandits et des jeunes bandits qui savent que leurs voix et memes leurs videos entrain de faire de rapports sexuels sont tres probablement entre les mains de leurs anciennes et/ou actuelles copines!!! C’EST UNE INTIMIDATION POUR SE PROTEGER!!!!
    AW BE’ KA SABALI!!!
    ALLAH SAIT QUE JE N’AIME PAS VOIR UNE VIDEO DE KINGUIRANKE’ ENTRAIN DE FAIRE L’AFFAIRE! IL N’ Y A RIEN A’ VOIR! UN PETIT ….. MILLIMETRE JUSTE POUR URINER!!!
    PERSONNE NE VEUT VOIR CES VIEUX BANDITS, CORROMPUS, INCONSCIENTS ET IRRESPONSABLES ENTRAIN DE FAIRE L’AFFAIRE IN A missionary position!!!
    QUE MES AINE’S ME PARDONNENT!

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here