Commission Vérité, Justice Et Réconciliation (CVJR) : Les familles victimes du coup d’Etat du 19 novembre 1968 prennent la parole ce 18 septembre 2021

3

Les audiences publiques de la Commission vérité, justice et réconciliation (CVJR) continuent leur bonhomme de chemin depuis sa création en 2014. Le samedi 18 septembre 2021 aura lieu la 4e du genre au Centre international de conférence de Bamako (CICB). Pour la première fois au Mali, le coup d’Etat militaire mené par le lieutenant Moussa Traoré et une bande incontrôlée des membres des Forces armées maliennes ont mis à terre le régime de feu Modibo Kéita le 19 novembre 1968. Cet événement majeur sera au centre des débats.

En prélude de cette journée, dans une logique d’organisation, sous la direction d’Aguibou Diarrah, un Collectif des familles victimes du coup d’Etat militaire du 19 novembre a vu le jour. Aujourd’hui, le temps des témoignages est venu. A cette occasion, les héritiers des victimes dérouleront de vive voix dans un franc parlé le tapis de l’histoire des dures souffrances vécues au sein des foyers familiaux pendant l’absence de leur père en détention arbitraire dans les geôles du Nord désertique dans la région de Kidal dans des conditions inhumaines. Pour ceux d’entre eux qui ont pu avoir la chance d’être libéré 7 ans voire 10ans ils furent affectés sur des postes à rabais avec des mesures d’éloignement au fin fond des zones reculées du pays. Certains y ont malheureusement laissé leur vie en prison.

Les héritiers du régime de feu Modibo Kéïta s’expriment

Pour Ibrahim Coulibaly dit Sori, fils de feu David Coulibaly, inspecteur de la jeunesse sous le régime de feu Modibo Kéïta, “le coup d’Etat du 19 novembre 1968 aura contribué à la dislocation des familles des victimes, la perte de repères, une  souffrance et un deuil impossible pour ceux qui n’ont pas réussi à voir le corps de leur défunt père”.

D’après Seynabou Traoré dite Nabou, fille de feu Amadou Seydou Traoré dit Amadou Djicoroni, directeur général de la Librairie populaire du Mali (LPM) sous le régime de feu Modibo Kéïta, “le coup d’Etat du 19 novembre 1968 aura été une véritable catastrophe au Mali. Elle ne retient que des souvenirs de brimades et d’atrocités pour les familles des victimes n’ayant essuyé que des atrocités à travers le régime militaire de l’époque”. 

Selon Fatoumata Sissoko dite Fanta Damba, fille de feu Birama Sissoko inspecteur de la jeunesse sous le régime de feu Modibo Kéita, “le coup d’Etat du 19 novembre 1968 a grandement participé à la reculade et l’effondrement du Mali debout. Jusqu’à nos jours, le pays tarde à se redresser. Ses conséquences furent terribles et désastreuses pour les familles victimes. Les enfants ont été psychologiquement  détruits. Singulièrement, la nôtre a été dispersée. Il a fallu le soutien des membres de la fratrie de mon père pour nous aider à nous reconstruire. A défaut nous étions des proies à l’échec scolaire”.

Abdoulaye dit Diala Diawara fils de feu Gabou Diawara, responsable de la Jeunesse de l’US-RDA, député à l’Assemblée nationale du Mali avoue que “le coup d’Etat militaire du 19 novembre 1968 aura été un échec et un recul pour tous les projets de développement du Mali”.

Aguibou Diarrah ancien ambassadeur du Mali au Ghana, président du Collectif des familles victimes du coup d’Etat du 19 novembre 1968, fils de Mamadou Diarrah, député à l’Assemblée Nationale, commissaire politique sous le régime de feu Modibo Kéita : “Le 19 novembre 1968 représente la journée la plus sombre de l’Histoire du Mali indépendant. Ce jour-là, de vrais patriotes ayant fait de ce pays une nation debout ont été arrêtés et jetés en prison dans les bagnes mouroirs de notre pays. Depuis cette date fatidique, la nation malienne a perdu toutes les valeurs qui faisaient d’elle une nation prospère et enviée, respectée dans le concert des nations. Le retour à ces valeurs nécessitera l’émergence d’une nouvelle race de Maliens à l’image de Modibo Kéita et de ses compagnons qui ont accepté le sacrifice suprême pour que le Mali indépendant soit…”

 Propos recueillis par Aboubacar Eros Sissoko

Commentaires via Facebook :

3 COMMENTAIRES

  1. Sauf que Moussa Traoré est sorti major de sa promotion de l’académie militaire de Fréjus et Filifing Sissoko a été formé aux USA. Moussa Traoré enseignait toutes les matières sauf l’anglais à l’école inter-arme de Kati. Dire qu’ils n’ont pas été éduqués n’est pas vrais. Yoro Diakité a fomentée un coup et il a payé pour ses actions non mûris.

  2. C’est vrai tout ce qui est dit ici, car le coup d’etat du 19 Novembre 1968 a ete le depart de la descente du Mali dans les enfers, tout notre systeme de developpement a ete detruit, nos societes et entreprises d’etat vendues a vil prix pour une privatisation sans vergogne et la dictature militaire sans mesure avec un regime sanguinaire et feroce jamais egale dans nore histoire a pris place. Le CMLN a detruit le socle du developpement du Mali: l’enseignement et le tres solide systeme educatif du Mali car ses leaders comme Lieutenant Moussa Traore, Filifing Sissoko, Missa Kone, Mamadou Sanogo, etc..n’etaient pas eduques et ceux qui parmi eux savaient lire et ecrire comme le Capitaine Yoro Diakite ont ete tres vite arretes, emprisonnes, tortures et tues ce fut le cas des Maliens qui contestaient et qui demandaient de la liberte et de la democratie. Plus jamais encore!

    • Sauf que Moussa Traoré est sorti major de sa promotion de l’académie militaire de Fréjus et Filifing Sissoko a été formé aux USA. Moussa Traoré enseignait toutes les matières sauf l’anglais à l’école inter-arme de Kati. Dire qu’ils n’ont pas été éduqués n’est pas vrais. Yoro Diakité a fomentée un coup et il a payé pour ses actions non mûris.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here