Lancement du PROLAC-GFP: Plus de 655 millions débloqués pour le projet.

0

Ils  étaient  des   acteurs   évoluant  dans   les  structures  étatiques  et  non étatiques,  des  enseignant-chercheurs, des   jeunes doctorants,   des  organisations internationales au Mali  y  compris   celles   de  la société civile,  à   prendre   part  au  lancement  du  projet  de  lutte  contre  la corruption  et pour la  bonne  gestion   des finances  publiques, ( PROLAC-GFP).

La  cérémonie, tenue le   15 mars  2023  au grand  Hôtel  a  marqué la  présence   du  représentant  résident  de  la  FES  au Mali,  Christian  Klartt,  le président  du  Centre  d’études  et de réflexion,  Sékou  Diarra,  l’ambassadeur   de l’UE  Mali,  Bart  Ouvry,  le  Coordinateur  du   PROLAC-GFP,  Gaoussou   Dagnoko  et de plusieurs  invités.

En effet,    l’objectif  général  du  projet  de  lutte  contre  la corruption  et  pour la  bonne  gestion   des finances  publiques,     est   de  contribuer  à  enrichir et améliorer les mécanismes de gestion participative et vertueuse des finances publiques et de lutte contre la corruption,  ainsi  que leur contrôle.   Par   ailleurs,   les   responsables   dudit  projet    entendent  organiser dans  les  prochains  jours,   une série de 50 séminaires de formation pour renforcer les capacités des  1500 étudiants,   élèves-fonctionnaires  et  membres de  la société civile  dans le but  de    renforcer  leurs compétences dans l’appropriation  du  module d’enseignement   dans   la lutte   contre la corruption.    Selon   eux,  il   faut   amplifier  la  prise  de  conscience  dans la société et auprès des décideurs politiques dans  une approche plus dynamique et inclusive  ajoutant    qu’il   est  “temps de changer de paradigmes dans la lutte contre la corruption et  la bonne gestion des finances publiques”.    Et  les  intervenants,   de   plaider  pour   l’amélioration   du  mécanisme  de gestion   et  de  faire  de  la promotion  de  la  transparence  impliquant   les  autres   couches  de  la  société  afin  d’éradiquer     le  phénomène  avant  d’inviter  toutes  les  sensibilités  du  pays,   à  un changement  de   comportement.    Rappelons  que  le  PROLAC-GFP  s’étendra   sur     36 mois   et   est  appuyé  financièrement    par  l’Union européenne  et  constituerait    une   opportunité   devant   contribuer à la fois,    à   réduire   les  impacts   de   la  corruption sur  la société   civile,  source  de son  sous-développement,  mais également    d’établir  une   forte  jonction  entre la corruption  et  la bonne gestion des finances  publiques.

                     Yacouba  COULIBALY 

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Leave the field below empty!