Lutte contre les stupéfiants : L’OCS présente son bilan 2019 : 196 trafiquants interpellés dont 176 maliens

0

Le Magistrat Colonel Adama Tounkara,  Directeur de l’Office Central de lutte contre les Stupéfiants (OCS) était face aux medias le jeudi 21 mai 2020 dans les locaux du ministère de la Sécurité et de la Protection Civile. L’objectif était de présenter à la presse, le bilan des activités menées en 2019, de même que les perspectives de la structure.

En 2019, l’Office Centrale des Stupéfiants n’a pas fait cadeau aux trafiquants et consommateurs de drogues et produits assimilés. Dans ses propos liminaires, le magistrat colonel Adama Tounkara a levé un coin de voile sur les prouesses de ses hommes à Bamako comme à l’intérieur du pays. Selon lui, 5 tonnes 175kg de Cannabis, 6kg d’Héroine, 5,03kg de Cocaïne, et 75kg de Haschis ont été saisis au cours de l’année écoulée. À cette quantité de stupéfiants s’ajoutent 170 372 comprimés de Tramadol, 15 701 comprimés de Diazépans, 3 844 comprimés d’Ephédrine et 112 comprimés de Métamphétamine.

Il poursuit que 196 trafiquants ont été interpellés. Sur ce nombre, 176 sont maliens et les autres 20 trafiquants sont d’autres nationalités. Parmi lesquelles des Angolais, des Béninois, des Burkinabés, des Cap verdiens et des Ghanéens. S’y ajoutent, des Guinéens, des Ivoiriens, des Tanzaniens. « Pour lutter efficacement contre le trafic international de drogue, l’OCS a intensifié la coopération sous régionale avec les pays limitrophes », a expliqué le Colonel Magistrat. Et de signaler que 2020 a été marquée par une amplification des activités de prévention et de sensibilisation en collaboration avec des organisations de la société civile.

En perspectives, le Directeur Tounkara a annoncé la construction du siège de l’OCS dont la pose de la première pierre est prévue pour bientôt. À cette bonne nouvelle s’ajoutent, la ratification de la convention MEDICRIME par le Mali et la réforme des textes, en l’occurrence, la loi 01-078 du juillet 2001 pour intégrer les questions de prise en charge sanitaire des toxicodépendants et l’opérationnalisation de la Mission Interministérielle de Lutte contre la Drogue.

Profitant de l’occasion, le DG a salué les partenaires qui n’ont ménagé aucun effort pour apporter leur soutien à l’OCS. Ce qui a d’ailleurs permit à sa structure d’organiser deux rencontres. Il dira que la première initiée par l’ambassade des USA, avait pour but d’évaluer l’état du partage de renseignement et définir les canaux appropriés pour des échanges efficaces. La Côte d’Ivoire, le Burkina Faso, le Ghana, le Maroc, le Niger, le Nigeria et les organismes spécialisés comme Interpol, Afripol, ONUDC et la DEA y ont participé.

Il a continué que la deuxième rencontre sous régionale a été organisée par l’Ambassade de France à travers la coopération Française pour renforcer le partage de renseignement entre les pays de la sous-région. « Ce climat de confiance avec les partenaires a permis à l’OCS de bénéficier au profit de son personnel des formations spécialisées sur les techniques d’enquêtes et de recherches en matière de lutte contre le trafic des stupéfiants, a ajouté le conférencier », a-t-il conclu.

Adama Coulibaly

 

 

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here