Oumousouleym : une association caritative musulmane

1

Le Reporter Mag : Que fait votre association ?

 Mme Tambour Kadidja Diarra : Nous travaillons sur beaucoup de chose. Singulièrement, nous venons en aide aux personnes démunies. L’aide est surtout focalisée sur les femmes en détresse, les veuves, les nouveau-nés abandonnés par leurs mamans dont la plupart sont des bonnes de maisons. Nous nous occupons de ces enfants.

 

Avez-vous des partenaires qui vous aident ? Ou comment organisez-vous pour venir en aide aux autres ?

L’aide que nous faisons aux personnes qui sont dans le besoin vient de nous-mêmes, c’est-à-dire les membres de l’association. C’est le lieu pour nous de rendre un hommage à nos époux qui ne ménagent aucun effort pour nous aider. Nous leur en sommes très reconnaissantes. Toute notre aide vient des efforts de nos activités et de ceux consentis par nos maris ici à Bamako. Nous n’avons pas encore de partenaires, mais des intentions d’aide nous parviennent demandant comment nous joindre. Et nous sommes ouvertes à toutes les bonnes volontés pouvant nous permettre d’aider le maximum de personnes.

 

Vous avez souligné votre besoin d’aide. Comment vous la faire parvenir facilement ?

Les bonnes volontés qui veulent nous venir en aide peuvent venir à la Radio Niéta où travaille notre président d’honneur, Issa Coulibaly. Je suis moi-même à Magnambougou tout près de la mosquée sunnite appelée la mosquée de Diamoutènè, juste à côté du cimetière. La boutique-galerie Basin de Tamboura peut aussi recevoir l’aide.

 

Durant le mois béni de Ramadan, quelles sont vos préoccupations ?

Notre préoccupation en ce mois béni de Ramadan est comment venir en aide aux fidèles musulmans en jeûne et qui sont dans des difficultés pendant la rupture du jeûne. Comme vous pouvez le constater, nous avons acheté des sacs de riz et de sucre pour les distribuer aux personnes en besoin dans les voisinages et dans les quartiers. Depuis le début du Ramadan, nous faisons ce travail. Qu’Allah nous vienne en aide !

 

Quel appel avez-vous à l’endroit des croyants?

Mon message va à l’endroit de tous fidèles musulmans en ces moments de partage et de communion, à ceux qui ont les moyens de penser aux autres qui n’en ont pas. Beaucoup de gens sont dans les voisinages et manquent parfois même de l’essentiel, qu’ils acceptent de partager en ce mois béni de Ramadan. Ne nous limitons pas seulement à amener le repas dans les mosquées, voyons parfois le voisin, le tailleur, le blanchisseur, les apprentis-chauffeurs. Ils sont certainement à la recherche de l’argent, mais ils peuvent ne pas avoir les moyens pour tenir la rupture du jeûne tout au long du mois de Ramadan. Nous sommes dans un mois béni dans lequel nous croyons que le bien nous sauvera dans l’au-delà. J’implore la clémence des fidèles à toucher le maximum de cœurs en ce mois béni de Ramadan.

Je lance cependant un cri de cœur à l’endroit des femmes, des parents afin qu’ils n’exposent pas leurs enfants à la mendicité. J’invite ceux qui ont les moyens à prendre en charge les enfants défavorisés en leur redonnant la joie de vivre.

Gabriel TIENOU/Stagiaire  

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

1 commentaire

  1. people of Zarmaganda is a people whose life depends on climatic favor. whenever the climate give a good raining season,life shows good moud.otherwise no doby wish to build his home their.

Comments are closed.