Sale temps pour le jeune opérateur économique frimeur : La BCI-Mali réclame près de 10 milliards Fcfa à Mama Lah

3

Aujourd’hui, le jeune opérateur économique, Mama Lah, est dans le collimateur de la Banque pour le Commerce et l’Industrie (BCI-Mali) pour “crédits impayés” et dépôt de “fausses garanties”.  Le Patron de Lah et Fils doit plusieurs milliards de Fcfa à cette banque.

Le jeune opérateur économique, Mama Lah, considéré comme le plus riche de sa génération, traverse aujourd’hui une période très difficile, qui ne dit pas son nom. En d’autres termes, il est en perte de vitesse puisque ses affaires ne marchent plus comme auparavant.

Selon nos informations, Mama Lah se trouve aujourd’hui dans le collimateur d’une banque de la place. Il s’agit de la Banque pour le Commerce et l’Industrie (BCI-Mali) qui lui réclame plusieurs milliards de nos francs, suite au non-remboursement de crédits, puisque le jeune opérateur économique n’a pas pu honorer ses engagements auprès de la Banque. Et le montant est estimé, selon nos sources, à près de 10 milliards de nos francs.

Pour recouper les informations, nous avons tenté de joindre en vain le jeune opérateur économique d’abord par téléphone puis par SMS. Malheureusement, il n’a jamais voulu nous répondre. Tout comme la nouvelle directrice générale de la BCI-Mali, Mme Haïdara Zeynabou Kouréchy. Des deux côtés, c’est donc le silence radio, malgré nos multiples tentatives de contact.

En tout cas, cela prouve à suffisance qu’il y a une part de vérité dans ce scandale financier au niveau de la BCI-Mali. C’est un secret de Polichinelle car cette affaire avait défrayé la chronique il y a quelques temps et alimente actuellement les conversations des milieux d’affaires.

En effet, on se rappelle l’affaire des crédits impayés de plusieurs milliards de Fcfa datant de plusieurs années où les noms de plusieurs jeunes opérateurs évoluant dans le secteur des hydrocarbures étaient cités. Il s’agit du même Mama Lah (Pdg de Lah et Fils), en plus de N’Fa Lah (Patron de Petro Gio) et Samba Djigué (Pdg de Kajel Pretoleum).

Dans cette affaire, ils auraient même déposé de fausses garanties entre les mains des responsables de la Banque. Peut-être que certains opérateurs économiques se sont débrouillés pour honorer leurs engagements, notamment en procédant au remboursement des sommes dues à la Banque. Nous n’en sommes pas si sûrs !

Aujourd’hui, la situation que vit Mama Lah n’a surpris personne. Puisqu’il a beaucoup contribué dans la campagne pour la présidentielle de 2018 pour la réélection du Président Ibrahim Boubacar Kéïta, tout en espérant que les choses allaient changer une fois ce dernier réélu. Pendant cette campagne, beaucoup d’associations étaient financées par Mama Lah dans le but de faire gagner IBK.

“En réalité, Mama Lah n’a jamais hésité à soutenir la candidature d’IBK. C’est pourquoi, il était au four et au moulin pendant la campagne et il a déboursé beaucoup de sous lors du lancement de la campagne d’IBK au Stade du 26 Mars. Ce que beaucoup de gens ne savaient pas, Mama Lah était derrière l’initiative des artistes pour soutenir IBK. Là aussi, beaucoup d’argent a été distribué” précise notre source.

El Hadj A.B. HAIDARA

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

3 COMMENTAIRES

  1. Un bilakoro, il est de mèche avec des ex-directeurs commerciaux de cette banque. En effet, il est facile de vérifier si un titre foncier est vrai ou faux pour une banque.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here