Eric Sékou Chelle à la tête de la sélection nationale : Juste une aberration !

1

Il est certes admis que la FEMAFOOT n’est pas connue pour sa grande inspiration dans le choix des hommes, mais on pouvait s’attendre à une plus grande introspection en la matière, après les débâcles récentes de l’équipe nationale. Hélas !, grande nôtre sera la surprise d’apprendre que la Fédération malienne de foot a décidé, dans une logique singulière, de reposer le sort de notre sélection nationale sur les frêles épaules de l’ancien international malien Eric Sékou Chelle. Tri national, cet ancien pensionnaire de Ligue 1 Française en tant que joueur et fraîchement devenu sélectionneur de l’équipe nationale du Mali, semblait être pour la FEMAFOOT une option à la pincette pour la succession de Mohamed Magassouba, au regard en consistance des 57 dossiers reçus pour le poste de sélectionneur. Surtout qu’on pouvait compter parmi elles des notoriétés comme l’Allemand Winfried Schäfer ou encore le Franco-allemand Gernot Rohr, lequel affirmait même avoir été directement contacté par la fédération pour hériter du poste.

D’autre part, si ces deux coachs ne convenaient pas à la FEMAFOOT, pour des raisons officieuses et non pour non conformité aux conditions de l’appel à la candidature auxquelles ils répondaient, on reste ulcéré de voir vilipendé la candidature d’un certain Djibril Dramé alors que l’intéressé a plus que fait ses preuves (vainqueur de la coupe CAF et deux fois champions du Mali avec le stade Malien, finaliste du CHAN avec la sélection locale A ….). Un palmarès unique pour la sphère des entraineurs maliens et qui aurait valu sous d’autres cieux de grands honneurs comme en Guinée Conakry et en RD Congo où les fédérations ont ipso facto fait confiance respectivement à Lappe Bangoura et Florent Ibenge. Mais visiblement, au Mali, on préfère plutôt donner sa chance à un stagiaire qui n’a pu s’imposer en D3 Française. Là où le bât-blesse c’est que d’anciens internationaux influents cautionnent pleinement ce choix à l’augure suicidaire.

Par ailleurs, même le timing très tardif de la nomination hasardeuse de ce nouveau sélectionneur (moins de trois semaines du début des éliminatoires de la prochaine CAN) prouve à suffisance que la FEMAFOOT marche présentement sur les œufs, au regard de dissensions internes qui le minent  depuis sa création.

Somme toute, la fédération malienne de football, avec le choix d’Eric Sékou Chelle, s’est lancée dans une périlleuse aventure. Car si elle venait à se solder par un énième cuisant échec, ses vieux murs tomberont sur la tête de ceux qui veulent maintenir le monde footballistique malien dans sa sempiternelle médiocrité.

 

Ousmane Tiemoko Diakité

Commentaires via Facebook :

1 commentaire

  1. Votre article est mauvais, je sais pas comment le site peut embaucher une personne comme vous. Juste le fait que votre article sorte 10 après que la femafoot a annoncer le nouveau sélectionneur prouve votre incompétence

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here