Politiques, projets et programmes communautaires de l’UEMOA 2018 : Le Mali affiche un taux satisfaisant de réformes de 77 % contre 62 % en 2017, soit une progression de 15 points

0
4e revue annuelle des Reformes de l’UEMOA
Une vue du presidium, ce matin (photo maliweb.net)

La Commission de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (Uémoa) a procédé, hier jeudi 14 février, dans un hôtel de la place, à la Revue annuelle des réformes, politiques, projets et programmes communautaires de l’Union au Mali. La cérémonie d’ouverture était présidée par le président de la Commission de l’Uémoa, Abdallah Boureima, en présence du ministre de l’Economie et des Finances, Dr. Boubou Cissé, et plusieurs membres du gouvernement malien.

Selon le ministre Boubou Cissé, la présente revue est l’évaluation de la mise en œuvre des réformes, politiques, projets et programmes communautaires. Et de poursuivre qu’elle est organisée par la Commission de l’Uémoa en application de la décision des chefs d’Etat et de gouvernement de l’organisation monétaire d’approfondir l’intégration régionale. En effet, dira-t-il, depuis 2014, nos Etats sont soumis à une évaluation de leur niveau d’engagement sur les objectifs de l’intégration régionale à travers une revue annuelle de la mise en œuvre des réformes, politiques, programmes et projets communautaires. “C’est donc l’occasion, pour chaque Etat membre et la Commission de l’Uémoa, de se retrouver pour passer en revue l’ensemble de leurs engagements respectifs au niveau communautaires et singulièrement de s’assurer de la mise en œuvre, par l’Etat membre, des règlements, directives et de la bonne exécution des projets et programmes communautaires”, a-t-il précisé.

Il rappellera que pour satisfaire à cette exigence des hautes autorités de l’Union, le Mali a accueilli, du 15 au 19  novembre, une délégation de la Commission de l’Uémoa dans le cadre des travaux de la session technique de la présente revue au titre de l’année 2018. Et d’ajouter qu’au cours de la session, le Mali a été évalué sur ses capacités d’internalisation et de mise en œuvre de 116 réformes et 16 projets communautaires.

62% de taux d’indice moyen de performance des programmes et projets

A l’en croire, à la suite de la revue pour l’année 2017, le Mali a enregistré un taux moyen de mise œuvre des réformes de 62,04 % et celui de l’indice moyen de performance des programmes et projets s’établissait à 62 %. “Je puis, d’ores et déjà, vous rassurer que les résultats de la revue de 2018 qui nous seront présentés dans quelques instants, seront appréciés par les différents responsables et les dispositions seront prises, avec diligence, pour lever toutes contraintes et autres difficultés qui ont pu impacter la mise en œuvre d’une réforme ou d’un projet”, a poursuivi le ministre Boubou Cissé.

A sa suite, le président de la Commission de l’Uémoa a rendu un vibrant hommage aux plus hautes autorités maliennes pour avoir accepté la tenue de cette importante rencontre malgré les agendas des uns et des autres. Selon lui, la présente revue politique a été précédée d’une revue technique, sanctionnée par un mémorandum adopté par consensus.

“Au cours de la revue technique, les équipes du Mali et de la Commission de l’Uémoa ont travaillé dans une ambiance empreinte de franche collaboration, de professionnalisme et d’objectivités”, a apprécié le président de la Commission de l’Uémoa.

A ses dires, la revue au Mali a connu une bonne implication de tous les acteurs et en présence du représentant résident de la Commission au Mali pour faire le point des recommandations de la revue 2017. Et de poursuivre qu’aujourd’hui, la revue est à sa quatrième édition et des progrès significatifs ont été réalisés en termes de consolidation et de modernisation de l’exercice d’évaluation des réformes, politiques, programmes et projets communautaires.

Pour Abdallah Boureima, à l’issue de l’évaluation, il ressort qu’en 2018, le Mali affiche un taux de satisfaisant de mise œuvre des réformes de 77 % contre 62 % en 2017, soit une forte progression de 15 points. “Conformément aux dispositions de l’Acte additionnel, le ministre de l’Economie et des Finances et moi-même rendrons compte au Premier ministre Soumeylou Boubèye Maïga des résultats consignés dans le mémorandum consensuel”, a-t-il conclu.                                                                                    

Boubacar Païtao

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here