Grève de l’UNTM : La centrale syndicale paralyse le pays

1

L’Union nationale des travailleurs du Mali (UNTM) a observé un arrêt de travail de 3 jours, du 9 au 11 janvier afin de contraindre le gouvernement à satisfaire une série de revendications dont la principale est l’augmentation des salaires. La grève  a été  suivie sur l’ensemble du territoire. Et du coup le Mali est resté paralysé pendant trois jours…

A l’appel de l’UNTM, la principale centrale syndicale du pays, une grève générale a  été observée  du  mercredi 9 janvier jusqu’au 11 janvier, « dans tous les secteurs public, para public et privé », selon un communiqué de l’organisation syndicale. Cette grève de l’Union nationale des travailleurs du Mali intervient après léchec des négociations entre le gouvernement et les syndicats. Selon le secrétaire général de l’UNTM, Yacouba Katilé, c’est de la responsabilité du gouvernement. « Le gouvernement, en ouvrant les discussions seulement, le lundi 7 janvier 2019 à 15h, n’entendait pas négocier. Mais, de dilatoire à dilatoire, ces discussions ont traîné en longueur, sans aborder l’essentiel des discussions. D’hier à aujourd’hui, sur les 12 points à négocier, nous n’avons pas pu finir avec deux points. Pour nous permettre d’organiser, conformément au principe, nos militants, nous avons demandé de mettre fin aux discussions », a expliqué à la presse, le secrétaire général de l’UNTM, qui accuse le gouvernement de « faire preuve de mauvaise foi ».

Le mouvement a été largement observé. La circulation a été assez fluide dans les rues de Bamako et plusieurs services, notamment les administrations publiques, ont été paralysées par la grève des fonctionnaires. Les conséquences ont été  visibles sur les usagers. À l’hôpital Gabriel Touré, les blocs de consultation ont été fermés et certains patients se sont  trouvés  dans l’obligation de se rabattre sur les cliniques privées. Au niveau des administrations financières, les lieux  ont été aussi déserts.

 Les revendications des travailleurs

C’est la première grève générale  depuis le début du second mandat du président Ibrahim Boubacar Keita, les contestations sociales n’ont cessé de s’amplifier.

Les revendications de la centrale syndicale vont de l’amélioration de leurs conditions de travail (intégration à la fonction publique des contractuels, réforme des retraites et des grilles salariales, …) à celui du pouvoir d’achat, avec une augmentation de la cherté de la vie que dénoncent les syndicats.  En outre  l’Union nationale des travailleurs du Mali invite le gouvernement à relancer le chemin de fer Dakar-Bamako, l’extension de la prime de zone à des nouvelles zones à risque, l’adoption d’une politique de recrutement massif des jeunes. Ainsi  que l’extinction du protocole d’accord de 2014 : des droits des compressés, des partants volontaires à la retraite, des syndicalistes lésés ; l’intégration des contractuels dans la fonction publique ; la relecture des conventions collectives minières ;  l’extinction du dossier de l’UMPP ; la transposition de la valeur indiciaire de 2014 en termes de pourcentage d’augmentation de salaire dans le secteur privé ; l’amélioration des grilles salariales appliquées dans le secteur privé conformément aux pourcentages obtenus dans la nouvelle grille des fonctionnaires.

L’UNTM dénonce également la violation de la liberté syndicale dans les secteurs public et privé et prône l’établissement de passerelles fonction publique-collectivités vice-versa ; l’adoption d’une politique véritable assurant la garantie des emplois, notamment lors des recrutements par les bureaux de placement d’une part, et d’autre part par la protection des productions de nos unités industrielles.

La grève des travailleurs intervient également à quelques semaines de la tenue de la Conférence sociale, une initiative du Chef de l’Etat qui vise à apaiser le climat social dans le pays.

Climat social tendu

Avant la grève générale de l’UNTM, une coalition des syndicats du secteur éducatif a lancé une grève de cinq jours, du 7 au 11 janvier, pour faire pression sur le gouvernement à satisfaire leurs doléances.  Ces doléances des enseignants  sont entre autres : l’octroi d’une prime de documentation et d’une prime de logement ; l’adoption immédiate du projet de décret portant plan de carrière du personnel enseignant de l’enseignement secondaire, fondamental ; la création  des organes prévus par le décret N°2018-0067 P-RM du 26 janvier 2018 fixant les modalités d’application du statut du personnel enseignant de l’enseignement secondaire, de l’enseignement fondamental et de l’éducation préscolaire et spéciale. Aussi, il est question de l’adoption  du projet de décret, pris en conseil des ministres, portant plan de carrière du personnel enseignant de l’enseignement secondaire, fondamental ; de l’éducation préscolaire et spéciale  De même, les syndicalistes rappellent la signature de l’arrêté conjoint des ministres de l’éducation nationale et de la décentralisation, fixant les conditions et modalités d’organisation du concours d’agrégation au plus tard le 31 octobre 2018;  l’application effective et immédiate du décret N°2016-0001/P-RM du 15 janvier 2016, fixant les conditions et les modalités d’octroi de l’indemnité de déplacement et de mission.

En  plus de la fronde  des enseignants, le gouvernement fait face depuis le 18 décembre  2018 à une grève de la faim de la part de cheminots (travailleurs des chemins de fer).Ils réclament près de  dix mois d’arriérés de salaire. Le gouvernement  leur a proposé  le paiement  de deux mois, mais ils rejettent cette offre.  Ils nous avaient proposé deux mois. On leur a fait comprendre que ce n’est pas suffisant. Donc de ce jour-là jusqu’à l’heure où je vous parle, il n’y a pas eu de contact avec les autorités. On veut le paiement des neuf mois d’arriérés de salaire. A moins que l’Etat vienne nous proposer quelque chose d’autre », explique Mahamane Dienta, le secrétaire général du Syndicat des travailleurs du chemin de fer (Sytrail).

Mahamane Dienta dit que le mouvement de grève de la faim en cours est soutenu par près de 500 salariés, tous concernés. Un autre représentant syndical a gardé le contact avec les autorités : Modibo Fofana, secrétaire général de la section syndicale unique, UNTM Transrail. « A l’heure où je vous parle, il y a un chèque qui est sorti du Trésor pour nous payer les mois d’avril et mai 2018. Et les sept mois seront régularisés à partir de ce mois de janvier. Ils vont faire un calendrier pour éponger les sept mois ».

Mémé Sanogo

 

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

1 commentaire

  1. Après avoir montré les biceps, Katilé Yacouba iront impérativement au dialogue. A quoi a servi cette grève de 72 h de l’UNTM? Katilé yacouba a voulu montrer aux autorités qu’il a de la force pour une raison inavouée. Maintenant qu’on a vu de il est capable, qu’il aille négocier les intérêts des travailleurs et quitte dans sa démonstration de force inutile. C’est cela sa mission.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here