Soutien aux autorités de la transition : L’UNTM et des organisations de la société civile maintiennent la sentinelle !

0

Suite aux sanctions infligées à notre pays par la CEDEAO et l’UEMOA, certaines organisations syndicales et de la société civile dont l’UNTM, le CNSC, la CAFO, le CNJ-Mali ont organisé une conférence de presse le jeudi 13 janvier 2022 à la Bourse de Travail, pour manifester leur mécontentement. Un mécontentement contre ces sanctions et  l’expression de leur soutien aux autorités de la Transition. Cette conférence de presse était animée par le Secrétaire général de l’UNTM (Union Nationale des Travailleurs du Mali), Yacouba Katilé.

Face aux sanctions économiques et financières imposées par la CEDEAO et l’UEMOA au Mali, des Maliens se sont mobilisés comme un seul homme pour condamner et montrer leur soutien au Colonel Assimi Goita et à son gouvernement. Conscients de la sévérité et de l’illégalité de ces sanctions, des organisations syndicales comme l’UNTM décident de défendre ces autorités de la Transition qui sont sur la bonne voie.

Dans son intervention lors de la dite conférence de presse, le Secrétaire général de l’UNTM, Yacouba Katilé s’est prononcé devant la presse en ces termes : «  pourvu que les jeunes militaires agissent pour mettre  fin à la non-gouvernance, à la gabegie, à la corruption, à la braderie de nos ressources en faveur des  néocolonialistes occidentaux, soient avec les peuples, conscients de leurs responsabilités, de leurs devoirs vis-à-vis du peuple, tout leur agissement est plutôt salvateur, libérateur des emprises extra-africaines ». Voilà pourquoi, dit-il, son organisation soutient le président Assimi Goita et ses compagnons, les FAMA engagées tous dans une double rectification.

Le SG Katilé a nourrit l’espoir, qu’après cette transition, le Mali aura un régime plus vertueux en termes de bonne gouvernance politique, économique, sociale et culturelle en bannissant l’impunité et en établissant la justice sociale tout en prônant une démocratie irréprochable.

Pour lui, au plan international il s’agit de sortir des ornières imaginées par les occidentaux, la France en particulier pour construire le bonheur des populations, pour donner un sens à un couple démocratie-développement. « Tant que le serment des jeunes militaires, comporte ces orientations, nous les soutiendrons », a-t-il dit. Selon Katilé, leur ennemi est aujourd’hui la France qui est sans amis mais des intérêts.  Pour lui, l’Afrique des ancêtres nous enseigne des valeurs humaines comme la fraternité, l’amitié, l’amour, la solidarité, la justice, l’égalité, la liberté que ce pays ignore totalement quand il s’agit du peuple algérien, malien guinéen, burkinabé etc. Idem pour nos frères de la Martinique, de la Guyane, de la Guadeloupe soumis à un paternalisme d’un autre âge, privés de leur indépendance, a indiqué le patron de la principale centrale syndicale des travailleurs du Mali.

« Il ne faut rien laisser à la France et aux occidentaux qui nous tuent, nous mettent en prison au mépris des droits fondamentaux de la personne humaine comme les héros africains qui se sont illustrés dans l’histoire contemporaine », a-t-il indiqué.

Le Secrétaire général de l’UNTM a par la suite décrié la guerre par procuration que mènent l’UEMOA et la CEDEAO contre le Mali, parce que ce pays ne veut plus être géré par le Trésor Public de la France. De même, par ce qu’il veut exercer sa souveraineté sur son territoire et sur ces ressources.

Cette conférence de presse a été l’occasion pour le SG Katilé de remercier à travers le continent et en France, des hommes et des femmes épris de justice, de paix qui ont apporté leur soutien au Mali, se disant prêts à se battre pour le droit à la vie, à l’existence de notre peuple. Les mêmes remerciements ont été adressés à la Russie, à la Chine et au Parti Communiste français pour leur soutien envers le Mali et le peuple malien. Egalement à la presse, dans toute ses composantes, les associations avec lesquelles cette conférence de presse a été organisée, que sont le Conseil National de la Société Civile, la CAFO, le CNJ, le camarade Katilé a rendu un hommage mérité, tout en leur invitant à maintenir, à l’instar de nos ancêtres, le Mali dans la plénitude  de sa dignité et de son honneur.

Adama Tounkara

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here