296 refugiés du camp de M’Berra sont de retour à Tombouctou

1
Les refugiés ont étté accueillis hier dans la commune de Ber (Crédit photo Yehya Tandina)
Les refugiés ont étté accueillis dans la commune de Ber (Crédit photo Yehya Tandina)

296 refugiés Maliens vivant dans le camp de M’Berra en Mauritanie ont décidé de rentrer volontairement au pays. Originaires de la région de Tombouctou, ces refugiés ont été accueillis à Teherdjé dans la commune de Ber par les autorités régionales. Des vivres, kits scolaires et moustiquaires leur ont été remis.

Ces 296 refugiés sont repartis entre 76 ménages. Depuis l’éclatement de la crise au Nord en 2012, ces familles vivaient dans le camp de M’Berra en Mauritanie. Le retour volontaire de ces refugiés a été organisé en partenariat avec les organisations humanitaires. Ils ont été accueillis hier les autorités de Tombouctou, dont le nouveau président de l’autorité intérimaire de la localité.

Depuis leur arrivée, la prise en charge s’organise : plusieurs tonnes de vivres (riz, mil, sucre et huile) ont été mises à leur disposition. 400 moustiquaires, des couvertures et kits scolaires ont été aussi remis aux 76 ménages.

Le président de l’autorité intérimaire de Tombouctou, qui a salué ce retour des Maliens dans leur pays, a souhaité d’autres retours volontaires.

Le retour volontaire de ces refugiés s’inscrit dans le cadre du processus de mise en œuvre de l’accord pour la paix et la réconciliation. Il intervient alors que le processus de mise en place des autorités intérimaires s’est achevé à Tombouctou la semaine dernière.

Pour les responsables chargés de l’organisation de ce retour des refugiés, les conditions sécuritaires rassurent malgré le contexte tendu. Ils se réjouissent des conditions du voyage et l’accueil par les autorités de la région de Tombouctou.

……lire la suite sur studiotamani.org

PARTAGER

1 commentaire

  1. ça me fait tellement mal au cœur…
    Pendant ce temps, les vieux vautours voleurs vicieux ventrus se partagent des primes d’installation avec les enturbannés des sables, pour renouveler leurs gardes robe…

    J’ai de la peine pour ces pauvres femmes!

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here