RECOMSA: Les membres formés à la lutte contre la maladie

0
1

Du 27 au 29 décembre derniers, avec le concours de l’OMS, le Réseau des communicateurs en santé a formé ses membres sur le thème « La communication au service de la  lutte contre la maladie ».

Depuis le retour aux commandes de Issaka Sangaré, le Recomsa renaît de sa longue période d’hibernation due à la mutation de son ancien coordinateur (Siaka Konaté) à Kayes et de l’accident de la circulation dont avait été victime le vice coordinateur (votre serviteur). Rappelé aux affaires, Issaka Sangaré a bouclé l’année 2011 en beauté en organisant un atelier de formation à l’intention d’une trentaine d’animateurs de radio et de journalistes de la presse écrite et audiovisuelle sur « La communication au service de la  lutte contre la maladie ».

L’atelier avait pour but d’Amener les journalistes et animateurs de radio à contribuer à la lutte contre la maladie. Avec comme objectifs de renforcer les connaissances des journalistes et animateurs de radio dans le domaine de la communication pour la promotion de la santé ; et à les amener à s’engager davantage dans la lutte contre la maladie.

Ainsi, trois jours durant, les participants, venus de Bamako et des coordinations régionales, ont été familiarisés aux thèmes aussi importants et variés que  la communication comme outil de prévention des maladies ; la vaccination par immunisation ; les maladies tropicales négligées plus particulièrement le ver de Guinée ; la santé de la femme et de l’enfant ; la politique nationale de lutte contre les maladies non transmissibles ; la lutte anti vectorielle : impact dans la lutte contre le paludisme.

Convaincu de l’apport important des médias dans la promotion de la santé, le coordinateur du Recomsa, dira que le Réseau entend poursuivre ses efforts de renforcement des capacités des animateurs de radio et des journalistes afin qu’ils jouent pleinement leur rôle dans ce domaine.

Rappelons que l’initiative de cette formation est partie du constat que beaucoup d’efforts ont été consentis par les Etats africains et l’OMS dans le domaine de la lutte contre la maladie ; mais que beaucoup reste à faire, notamment dans le domaine de l’accès  des populations aux services de  prévention et de prise charge. Parmi les services de prévention, il y a forcement l’information, l’éducation et la communication.

Sékou Tamboura

NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.