Pour son implication dans la mutinerie du 30 septembre 2013 : Le collectif des épouses des militaires réclame l’interpellation du premier ministre Soumeylou Boubèye Maïga

7

La mise en liberté provisoire du Général Yamoussa Camara et la levée du contrôle judiciaire du Général Ibrahim Dahirou Dembélé ne semblent pas faiblir le mouvement de contestation du collectif des épouses des militaires et paramilitaires poursuivis dans l’affaire des bérets rouges disparus. Au contraire elles ont permis aux membres dudit collectif de se requinqués pour faire face aux méthodes dilatoires des pouvoirs publics. Ce, au regard de la teneur d’un manifeste rendu public.

En effet, dans ledit manifeste signé de sa présidente, Dembélé Madina Sissoko, le collectif exprime sa détermination à poursuivre le combat jusqu’à la mise en liberté provisoire de tous les détenus ou la tenue rapide d’un vrai procès, la seule et l’unique exigence du collectif.

À l’entame, le collectif se réjouit de la mise en liberté provisoire du Général Yamoussa Camara et de la levée du contrôle judiciaire du Général Ibrahim Dahirou Dembélé par la Chambre d’accusation de la Cour d’appel de Bamako, au cours de son audience du vendredi 26 dernier.

Aussi, les épouses de militaires inculpés se sont dites convaincues du vide juridique du dossier du 30 avril 2012, communément appelé dossier des bérets rouges. « Nous constatons que les autorités politiques tentent vainement de faire trainer le procès du Général Amadou Aya  Sanogo et ses coaccusés en les maintenant injustement en prison. Ceci, afin de distraire le peuple malien à travers l’ouverture d’une autre procédure en l’occurrence l’instruction du dossier du 30 septembre 2013 », peut-on lire dans le document.

De la lecture des membres du collectif, toutes ces démarches de la part des nos autorités visent à chercher désespérément un motif pour continuer à garder injustement en prison le Général Sanogo et sa suite. Pour preuve, précise le manifeste, tous les auteurs des évènements du 30 septembre ont été libérés par les autorités politiques de l’époque.

Selon le collectif, l’implication de l’actuel Chef du gouvernement Soumeylou Boubéye Maïga alors ministre de la défense dans les évènements du 30 septembre ne fait plus l’ombre d’aucun doute. « Le citoyen lambda sait l’implication de l’actuel premier Soumeylou Boubèye Maïga, ministre de la Défense au moment des faits. Dans ces conditions si on veut réellement que la vérité éclate dans cet autre dossier, nous pensons que les autorités judiciaires  doivent l’interpeller », soutient le collectif.

Le collectif a saisi l’occasion pour informer tous ses militants et sympathisants qu’une pétition a été initiée en faveur de la liberté des militaires et paramilitaires poursuivis dans l’affaire des bérets rouges.

Pour finir, le collectif invite ses militants et sympathisants à rester mobilisés jusqu’à la victoire finale, la libération de tous les militaires « injustement détenus ».

Mama PAGA

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

7 COMMENTAIRES

  1. Il faut que SBM fasse plus que matée ces femmes qui sont aussi nocives que leurs assassins de Maris. Elles pensent que l’impunité est leur droit. Il faut leur montré que non. L’impunité ne saurait prospérer dans ce pays. Ceux à qui des crimes sont imputés doivent le payer. Et la justice doit faire son travail. Qu’est ce qu’elles pensent ces dames? Que leurs maris peuvent privés d’autres femmes de maris sans répondre de leurs actes?

    • FB,
      Qu’est ce que tu veux dire par ” … Il faut que SBM fasse plus que matée ces femmes… ” ? Que tu défendes le régime. Je peux te comprendre, nous sommes censés être en démocratie. Chacun a le droit de défendre ses opinions. Mais cela ne devrait pas empêcher quelqu’un de garder la tête froide. Ce que tu dis là, est un appel à la violence contre ces Dames, pour ne pas dire plus. Pour prouver ta loyauté à IBK, tu n’as pas besoin de jouer à ” plus royaliste que le Roi “. Ou alors, moi à la place du Roi, je me méfierais de quelqu’un qui se fait plus royaliste que le ROI.
      En plus leurs manifestations sont pacifiques. Pourquoi tu veux appeler à la violence contre elles… ?

  2. Si je comprends bien, tant pis alors pour ceux dont les pères ont été nuitamment assassinés froidement et enterrés à Diago? Oh Maliba mon pays à ne rien comprendre en fait féréké gnagamibougou wayi hihihihihihihihi c’esttout simplement pathetique!!!!!

    • Non ” coupfranc “, ce n’est pas tant pis pour qui que ce soit. Les marcheurs demandent à ce que les présumés coupables soient jugés. Ou si on ne les juge pas, qu’on le libère et ça c’est d’après la loi. Parce que on n’a pas le droit de détenir quelqu’un en prison indéfiniment sans jugement…

  3. Allez, courage mesdames, c’est seulement par la force que Ibk et ses sbires se plient. Ils essaient de vous diviser en libérant certains alors qu’il en est rien. Sincèrement, j’avais crû qu’après la levée du contrôle judiciaire de son mari, madame Dembélé allait changer. Mais, aujourd’hui, je me rends compte que c’était mal la connaître.

  4. 1- M Gal I.D. Dembélé: placé sous contrôle judiciaire dans le cade de l’enquête sur les 21 bérets rouges dits disparus après le contre coup d’Etat de 2012 ayant opposé les bérets verts (clan favorable à l’ex Junte) et les bérets rouges, dirigés par l’ex garde rapproché de l’ancien président ATT, M le Col A. GUINDO à la solde de politiciens dont M B. MAIGA à leur tête…!!!!!!

    2- M O. MARIKO: défie directement ce même B. MAIGA à deux reprises sur des chaînes de TV sur son implication avérée dans bien de crimes dans ce pays dont cette affaire dite de bérets rouges!!SILENCE RADIO…!!! Sauf qu’il est nommé plus tard 1er Ministre…

    3- Aujourd’hui: les femmes des béres Verts s’organisent contre ce déni de justice du régime, il ne trouve pas mieux à faire que de nommer M Gal I. D. Dembélé comme Inspecteur Général des Armées et Services, histoire de faire d’une pierre deux coups: compenser le départ du M SINKO et puis casser cet élan de mobilisation des femmes dans le but de diviser comme d’habitude ceux qui ont toujours fait causes communes ensemble…

    4- On dira: chapeau à ces femmes qui ont compris qu’une certaine verité autour de l’armée Malienne se trouve entre les bras politique et militaire de la Junte autour des Gal D.DEMBELE, A.H.SANOGO et M SINKO ) et la bande de rénégats militaro-politicards autour du Col A. GUINDO et de M B. MAIGA…

  5. Je suis absolument d’accord avec vous toutes les politiciens qui était à la manœuvre de cette faire dite béret rouge eux doit répondre leurs complicité devant à la justice Maliens eux son tous des criminals legal

Comments are closed.