Location des avions militaires : La hiérarchie militaire fait le point

6

La pratique de l’affrètement des avions militaires remonte à la période d’acquisition d’aéronefs de transport militaire, dans le Mali indépendant. Il s’agit tout simplement d’une assistance militaire en faveur des populations et des partenaires, selon le chef d’état-major de l’armée de l’air (CEM-AA), le général de brigade Daouda Dembélé.

Face aux nombreuses rumeurs concernant la location des avions militaires par des tiers, le chef d’état-major de l’armée de l’air (CEM-AA), le général de brigade Daouda Dembélé, était face à la presse vendredi 3 janvier 2020, dans la salle de conférence de la direction de l’information et des relations publiques des armées (DIRPA). Durant cette rencontre avec les hommes de médias, le général Dembélé a fourni toutes les informations nécessaires sur l’affrètement des avions militaires.

Pour le chef d’état-major, l’utilisation des avions militaires pour transporter des civils fait partie des missions assignées à l’armée de l’air. «Oui il est normal que les aéronefs de transport militaire soient utilisés par des civils, des associations, des organisations, des institutions en dehors du ministère de la Défense et des Anciens combattants», a-t-il déclaré.

Autrement dit, toute personne physique ou morale peut bénéficier du service des aéronefs militaires de transport maliens. Quand cela arrive, il s’agit d’un affrètement.

Selon lui, l’affrètement n’est ni une location ni un service gracieux. L’affrètement consiste à assurer le service au prix coûtant sans aucun bénéfice pour l’armée de l’air. Dans l’affrètement, le demandeur assure les frais inhérents à la mission, l’armée de l’air ne paie rien, elle ne demande pas non plus un quelconque bénéfice. Mais il s’agit uniquement des avions de transport et non des avions de combat.

«Il s’agit tout simplement d’une assistance militaire en faveur de nos populations et de nos partenaires. Depuis l’avènement de l’aviation militaire, la pratique de l’affrètement des avions militaires remonte à la période d’acquisition d’aéronefs de transport militaire, dans le Mali indépendant», a précisé le général Dembélé.

Pour  ce faire,  4 conditions doivent être remplies, à savoir : état opérationnel de l’aéronef (si l’avion est apte à effectuer la mission) ; la disponibilité de l’avion (priorité aux missions militaires. Il n’est affrété aux civils que si les militaires n’ont pas de mission à faire avec l’aéronef) ; que le point de destination soit équipé pour recevoir l’avion dans les meilleures conditions et que la hiérarchie militaire donne son accord.

Pour le général Dembélé, tout Malien qui en a les moyens peut affréter l’avion de transport de l’armée de l’air : «C’est un fait et l’armée de l’air le fait dans le souci de mieux s’approcher de la population».

Y. Doumbia

Commentaires via Facebook :

6 COMMENTAIRES

  1. si l’etat major a donner son accord et les militaires alors ca veut dire que c’etiat bien… je fais confiance aux hommes et femmes qui se battent pour notre pays

    • Tu n’as pas honte car tu devrais dire que tu as confiance aux hommes et femmes qui louent les avions militaires Maliens pour des marriages!!!

  2. franchement ces gens la on payer l’essence, le transport, le passager volant etc… ca juste permis de rendre service a l’armee et en meme temps d’aider des civils… tout le monde est gagnant dans cette histoire

  3. au contraire moi je trouve ca inteliggent ce que l’armee a fait ca permet de continuer a former les pilotes

  4. Si le président de la commission défense de l’assemblée nationale et fils du président n’avait pas dit que l’État n’a pas les moyens de transporter les corps des GUERRIERS tombés, personne ne ferait de cette histoire d ‘affreter l’avion militaire un problème puisque ça a toujours existé.
    La conférence de presse devrait porter aussi bien sur les raisons pour lesquelles les corps sont enterrés sur place que la non possibilité de les amener dans les camps militaires.
    UNE EXPLICATION SUR CE POINT AURAIT SUFFIT À CALMER LES CONTESTATIONS.
    Les explications des chefs militaires prouvent qu’on n’a pas compris les remontrances de la population.
    En réalité, c’est l’autorité politique qui devrait donner des explications, non un responsable technique du ministère de la défense.
    C’est le traitement réservé aux soldats qui est dénoncé, pas l’utilisation que fait l’ARMEE de l’air des avions à sa disposition.
    IBK, homme politique élu pour améliorer les conditions de travail du personnel militaire, a t’il donné des instructions pour que les soldats soient enterrés dignement?
    Cette explication doit être donnée par le service de communication du chef SUPRÊME des ARMÉES.
    Les maliens ne veulent plus voir le chef de gouvernement prié sur les corps des GUERRIERS sur le champ de bataille, mais dans un CIMETIÈRE RÉSERVÉ.
    OSER LUTTER,C’EST OSER VAINCRE!
    La lutte continue.

  5. La honte a déserté ce pays ! Même si les textes permettaient la location des avions militaires, l’éthique voudrait que dans le contexte actuel l’on se passe de cela. Nous sommes nombreux à avoir bénéficié des services de l’armée à un moment ou un autre, mais cela n’a rien à voir avec ce que ce Général raconte. De tout les temps, quand quelqu’un va à la même destination que l’avion militaire, il peut demander service et l’armée le transporte gratuitement. Cela n’a rien à voir avec le fait que des riches fortunés réquisitionnent l’équipement militaire pour célébrer leurs noces pendant que l’armée n’a même pas les moyens de transporter le corps de ses martyrs. 😎😎😎

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here