MDAC: Les ministres changent, le résultat reste

3

Le ministère de la Défense et des Anciens Combattants bat le record de l’instabilité ministérielle avec 4 ministres en moins des trois dernières. Le dernier qui vient de quitter, le Pr. Tiémoko Sangaré, n’aura travaillé que pendant six petits mois avant de céder sa place à l’actuel détenteur du portefeuille, le général Ibrahim Dahirou Dembélé. Du coup, beaucoup s’interrogent si cet ancien camarade des putschistes de 2012 pourra sauver les meubles.

Sous la transition débutée par le fameux capitaine Amadou Aya Sanogo, qui est devenu plus tard général, Ibrahim Dahirou Dembélé était chef d’Etat-major général des armées. C’est à la même époque qu’il y a eu un chamboulement dans l’organigramme de l’armée ayant commencé par la mise en retrait d’officiers supérieurs fidèles à l’ancien président ATT.

C’est à  la suite de ce désordre que la coalition de djihadistes et de combattants du Mouvement national de libération de l’Azawad (MNLA) a fait une percée fulgurante au cœur du pays. Tour à tour, ils ont rapidement pris villes et hameaux dans les régions de Kidal, Tombouctou, Gao et même partie de Mopti.

Les nouveaux maîtres du pays, la junte, était trop occupée à régler ses comptes avec les hommes politiques et l’argent des contribuables. Ils n’ont pas eu le temps et l’énergie nécessaire pour botter la horde d’envahisseurs djihadistes et leurs complices rebelles. C’est à savoir s’ils avaient un plan fiable pour le faire.

La junte a quitté le pouvoir et les autorités de la transition aussi après une année d’exercice difficile, mais la poussée djihadiste ne s’est pas arrêtée. Même l’intervention de l’armée française en janvier 2013 n’a pas apporté la stabilité escomptée par le Mali. La pauvre armée malienne s’est vue interdire la ville de Kidal où se sont repliés plusieurs combattants djihadistes se faisant passer pour des indépendantistes du MNLA.

L’élection d’IBK en 2013 va donner lieu à de nouveaux changements à la tête de la Défense avec l’arrivée de Soumeylou Boubèye Maïga comme ministre de la Défense et des Anciens combattants. La suite n’est pas fameuse: il y aura le scandale des équipements militaires surfacturés, il y aura également le remplacement des hommes de la bande à Amadou Aya Sanogo. D’ailleurs, le président s’était amusé à déclarer que Kati ne ferait plus peur à Bamako.

Rien ne permis de donner les résultats attendus de la Défense malienne, elle-même prise au piège des subtilités géostratégiques de l’heure. Ni les habitudes « pragmatiques » du vieux colonel Ba Daou, ni les passages de Tiéman Hubert Coulibaly, encore moins la rigueur d’Abdoulaye Idrissa Maïga ou le génie du Pr. Tiémoko Sangaré. La logique derrière la nomination de tous ces hommes comme ministres de la Défense était l’atteinte du résultat cherché. Où est-il ? En tout ce ne sont pas les familles des militaires Dioura ou d’Ogossagou qui pourront nous montrer ce résultat.

Dougoufana Kéita

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

3 COMMENTAIRES

  1. Le Général Dahirou Ibrahima Dembele est un Officier Général de renom, qui a fait ses preuves sur le terrain. Il fut d’abord militaire avant d’etre putschiste . Même ce coup d’Etat que certains diabolisent, a été salué en son temps. Vraiment laissons ce militaire patriote faire son travail pour sauver le Mali en danger. Ces critiques sans objet empêchent les meilleurs de travailler . Depuis plus de 5 ans que cette affaire de bérets rouges est entre les mains de la justice sans aucune avancée . Même ceux qui sont détenus le sont arbitrairement . Sinon comment comprendre qu’une détention préventive va au delà de 5 ans ? Aussi dans cette affaire dont il est question, la justice est partiale, elle enquête seulement dans le camp des agresses , mais pas dans celui des agresseurs . Laissez nous respirer .

  2. Moi, je pense plutôt que le Pays a beaucoup donné à l’armée qui est gangrenée par les maux qui minent la société malienne. Ce sont: le faible patriotisme, l’appât du gaint, l’incivisme. Les hommes fuient pour laisser les équipements de grande valeur, c’est honteux et inacceptable pour celui qui librement opté pour protéger ses concitoyens.
    Il faut radier de l’armée tous les fuyards et honorer les vrais hommes. Donnons le commandement des troupes aux femmes, elles vont montrer l’exemple.

  3. “… Les nouveaux maîtres du pays, la junte, était trop occupée à régler ses comptes avec les hommes politiques et l’argent des contribuables. Ils n’ont pas eu le temps et l’énergie nécessaire pour botter la horde d’envahisseurs djihadistes et leurs complices rebelles. C’est à savoir s’ils avaient un plan fiable pour le faire… ” … /// …
    :
    Même s’ils avaient un plan fiable pour faire… Ils n’étaient pas occupés à régler leurs comptes avec l’argent des contribuables. Mais avec la Classe politique Malienne qui leur mettait des bâtons dans les roues. Cette classe politique a réussi, en jouant les victimes (… d’une barbarie militaire… ? ), à isoler la junte vis-à-vis de la Communauté internationale qui, a rendu les Membres de la Junte totalement inopérants sur le terrain politique et sur le terrain militaire. Les Chefs de la Junte se battaient pour être reconnus et pour convaincre de leur légitimité en vain.
    La Junte et la Transition on cédé le pouvoir à une Classe politique légitimée après des élections présidentielles et législatives. Le nouveau Régime civile légitimé s’installe avec la crise et le conflit armé qui a pris le nord du pays en otage. Le Régime civile s’installe avec la prise en otage du nord du pays par des séparatistes qui font même des émules au Centre du pays au grand dam d’une Classe politique civile légitimée… L’on pensait qu’il suffirait de chasser la Junte du Pouvoir et remercier la Transition… Organiser de nouvelles élections présidentielles et législatives… Installer un Régime civile légitimé, pour mettre fin à la crise politique et le conflit armé qui ont pris en otages les Populations du Nord du pays et celles du Centre du pays…
    La situation du pays est-elle meilleure aujourd’hui par rapport à la période où la Junte était aux commandes du pays malgré le passage de 4 ministres en moins de trois ans au Ministère de la Défense… ???

    Vivement le Mali en paix.

    Vivement le Mali démocratique.

    Vivement le Mali émergent.

    Vivement notre Mali plus égalitaire.

    Vivement le Mali pour nous tous.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here