Tiébilé Dramé et Me Kassoum Tapo du FDR face à la presse : «Nous n’avons pas été consultés mais nous allons aider ce Gouvernement à réussir»

4

Les responsables du Front uni pour la sauvegarde de la démocratie et de la République (FDR), qui s’est opposé aux putschistes en réclamant le rétablissement de l’ordre constitutionnel, étaient en conférence de presse le vendredi 27 avril à la Maison de la presse. Pour Tiébilé Dramé, Conseiller spécial du président du Front, Me Kassoum Tapo, le porte-parole et Ibrahim Maïga, un des vice-présidents, le Gouvernement de transition qui vient d’être formé aurait dû l’être après consultation des forces politiques et sociales. Mais, du fait du contexte, ils ne vont pas entraver les actions de ce Gouvernement.

Tiéblé Dramé

Pour le président du Parti pour la renaissance nationale (PARENA), Tiébilé Dramé, les missions de cette transition sont largement partagées par toutes les forces vives du pays : défendre l’intégrité territoriale du pays en reconquérant le septentrion, pacifier le pays, retour des réfugiés, organisation des élections. Compte tenu de ce consensus dégagé autour des tâches à accomplir, Tiébilé Dramé a expliqué que même si les partis politiques n’ont pas été consultés, il ne sied pas de mener une fronde contre l’équipe gouvernementale du Dr Cheick Modibo Diarra. “Nous ne devons rien faire qui puisse compromettre la transition. Nous demandons à tous les autres acteurs politiques de ne pas fragiliser le calme précaire de la période transitoire. Nous ne nous opposerons pas à ce gouvernement. Nous allons au contraire l’aider à réussir “. Toutefois, Tiébilé Dramé a plaidé pour que le gouvernement ” ne continue pas de jouer solo. Il faut qu’il joue collectif, que le Premier ministre joue collectif en concertant les forces politiques et sociales du pays afin de mobiliser toutes les énergies pouvant faire face aux nombreux défis qui nous attendent. Il n’est pas bon que le Premier ministre joue solo”, a-t-il expliqué.

Il a aussi rappelé que le Front est résolument opposé au coup d’Etat, résolument engagé pour le retour des militaires dans les casernes.

Pour le porte-parole du FDR, Me Kassoum Tapo, l’Accord-cadre ayant été signé en solitaire, le Premier ministre nommé en solitaire, on ne devrait pas être surpris que le gouvernement soit formé sans consultation des partis politiques, comme le voudrait le processus de composition de tout gouvernement d’union nationale. Il a fait remarquer que l’équipe gouvernementale est, malgré cette remarque, composé de cadres maliens de valeurs. Notamment des Maliens qui ont fait leur preuve en termes de compétence ailleurs. Ce sont, a-t-il poursuivi, des gens valables qui ont même consenti d’importants sacrifices en abandonnant des postes de niveau international pour venir servir le Mali.

Commentant les décisions issues du sommet extraordinaire de la CEDEAO tenu à Abidjan, Me Kassoum Tapo a indiqué que la durée de la transition fixée à douze mois par les chefs d’Etats de l’organisation sous-régionale est raisonnable. C’est d’ailleurs la proposition faite par le Front. Il s’est félicité de la décision selon laquelle les autorités actuelles doivent diriger la transition.

Par rapport au déploiement des troupes militaires de la CEDEAO au Mali, l’ancien bâtonnier de l’Ordre des avocats du Mali a rappelé qu’à la conférence de Ouagadougou déjà, le président Blaise Compaoré annonçait qu’ “avec ou sans la volonté du Mali, l’organisation ouest-africaine allait envoyer des troupes militaires au Mali “.

Bruno D. SEGBEDJI

Commentaires via Facebook :

4 COMMENTAIRES

  1. Le FDR n’a pas d’autre choix, le peuple ne se laissera par faire desormais.

  2. tes militaires ont fuis non sinon on allait pas se trouver dans ce dilem aujourd’hui. Qu’est ce qu’ils attendent pour ne pas aller au nord. Les maliens ont vu maaintenant que le coup d’etat du 22mars n’etait pas fait pour le nord c’etait pour autres choses

  3. Ce sont c’est assoifer de pouvoir qui ont fait appele a la CEDEAO. Il risquerons de faire plonger la Mali dans les problemes plus graves que le nord et le coup d’etat. Si nos militaires acceptent que les force de la CEDEAO viennent a Bamako le Mali serait finit…

Comments are closed.