3ème édition du Festival de Woroni : Les vestiges du pays senoufo dévoilés

0

Cet événement culturel est le fruit d’une collaboration  franche entre le Club des Amis de Yacouba Traoré (CAYT)  et l’Association des Ressortissants et Sympathisants de Woroni (ARSW).

Le moins que l’on puisse dire, c’est que le FESCAWO qui  était une affaire des populations du cercle de Kadiolo est en train de prendre des dimensions régionales et nationales, puisque pour cette 3ème édition, les festivaliers sont venus de plusieurs régions et localités du pays. Objectif : prendre part à ce festival en visitant  les sites historiques de Woroni. Mais aussi, admirer les danses de cette localité essentiellement habitée par les Senoufo, les Samagos, les Korodouga…

Un évènement très attendu par les populations

Cet évènement culturel est aujourd’hui le plus grand rendez-vous culturel de cette localité. Un évènement que les populations attendent chaque année avec impatience.

Le président  du comité d’organisation, Souleymane Nafo Sangaré, indiquera  dans son intervention que bien avant d’être député, le parrain du festival, l’honorable Yacouba Traoré a toujours porté un amour profond pour Woroni. C’est pourquoi, dès la première édition, il est le parrain de cet évènement.

Ousmane Traoré, représentant du chef de village s’est réjoui de la tenue de cette 3ème édition. Avant de soumettre quelques préoccupations des populations aux autorités. Il s’agit, entre autres, du problème d’accès à l’eau potable, la nécessité d’un barrage ou d’un point de retenue d’eau pour l’abreuvage des animaux, un parc pour leur vaccination,  des problèmes d’infrastructures scolaires,  sanitaires, de matériels didactiques sans oublier l’achèvement des travaux du campement du village et le problème d‘emploi des jeunes ressortissants du village et la découverte du village par les touristes.

 

Les efforts de l’honorable Yacouba Traoré loués

L’ancien ministre Ousmane Ag Rhissa a remercié les populations de Woroni pour la qualité de l’accueil. Selon lui, sa présence à cet évènement  est une marque de solidarité à l’endroit de l’honorable Yacouba Traoré pour ses efforts à travers le Mali.

A l’en croire, son association (le Club des Amis de Yacouba Traoré) est très active sur le terrain et présente partout au Mali.

« J’ai accompagné l’honorable Yacouba Traoré dans plusieurs localités où la mobilisation n’a pas atteint celle de Woroni. », a-t-il laissé entendre aux populations de Woroni. Avant de promettre de continuer à soutenir les efforts de l’honorable Traoré dans la promotion de la culture à travers des évènements qu’il parraine.

Enfin, il a promis de plaider  auprès de ces relations et des ONG concernant les doléances formulées par les populations de Woroni.

Mme Berthé Aissata Bengaly qui se trouvait au festival de « Miniankala » a tenu à être présente à ce festival. Selon elle, sa présence est  aussi un acte de soutien  aux  efforts de Yacouba Traoré. A l’en croire, ses actions sont visibles  partout à Bamako et sur l’ensemble du territoire national. Une personne aussi engagée pour son pays  doit être soutenue, a-t-elle conclu.

L’honorable Yacouba Traoré dira qu’il a pris bonne note des préoccupations des populations. Avant de se réjouir de la grande mobilisation et de la bonne organisation de cet évènement. Selon, lui, ce festival est en train de prendre de l’ampleur. Toute chose qui dénote de l’importance que les populations lui accordent.

Pour lui, ce festival concerne les populations de la Côte-D’ivoire, du Burkina avec les quels cette zone fait frontière. Aussi, c’est un facteur de paix et de connaissance de soi-même. Toutes choses qui  constituent la base du développement.

Le préfet du cercle de Kadiolo, Lassana Camara dira pour sa part que cet évènement, depuis la première édition est très attendue toutes les années par les populations. A l’en croire, ces journées culturelles constituent des occasions pour magnifier la culture locale. Selon lui, le cercle de Kadiolo regorge de nombreux sites touristiques qui sont des pans importants de la culture et qui renferment l’histoire. Notamment, la porte du Soudan à Woroni, les chutes de Woroni, la mosquée en pierre….

Pour lui, le festival de Woroni  qui est à sa 3ème édition a pris une dimension régionale, nationale et sous régionale.

Ainsi, pendant toute la journée, les artistes locaux, au rythme du balafon, ont tenu en haleine les festivaliers.

Le festival a pris fin par un match de football opposant les résidants de Woroni et les ressortissants du village basés ailleurs. Un  match qui s’est terminé sur un score de  2 buts partout. Comme pour dire qu’il n’ya pas de gagnant, ni de perdant et que c’est le village de Woroni qui gagne.

A noter que des diplômes de reconnaissance ont été décernés aux députés et au Club  des Amis de Yacouba Traoré par les populations de Woroni

D.Diama, Envoyé spécial à Woroni

 

=============================

Colonel Bourama Diabaté, conseiller du président de l’Assemblée nationale :

L’une des chevilles ouvrières du festival de Woroni

Le colonel Bourama Diabaté en poste à l’Assemblée nationale en tant que conseiller du président Issaka Sdibé est l’une des chevilles ouvrières du Festival Artistique et Culturel de Woroni (FESCAWO) et de la réussite de la 3ème édition qui s’est déroulée du 27 au 28 mars derniers.

En marge de ses fonctions de conseiller du président de l’Assemblée nationale, le colonel Bourama Diabaté est un homme très engagé pour la promotion de la culture Senoufo. C’est pourquoi, il a décidé  de  mettre en place une activité à travers laquelle, il ferait connaitre la culture de sa localité. Mais aussi, faire fructifier aux bénéfices des populations, les nombreux sites touristiques que regorge son village, Woroni.

Ainsi, à travers l’Association des Ressortissants et Sympathisants de Woroni (ARSW), le colonel Bourama Diabaté va solliciter Yacouba Traoré pour être le parrain du Festival du Cicaara et du Balafon de Woroni. C’est ainsi que l’Association des Ressortissants et Sympathisants de Woroni (ARSW) et le Club des Amis de Yacouba Traoré (CAYT) vont se donner la  main pour l’organisation de ce festival, explique le colonel Bourama Diabaté.

Selon lui, bien avant ce festival, ils se rendaient au village de Woroni, chaque année, pour  disputer  une compétition de football.  C’est après cela, poursuit-il,  qu’ils ont décidé d’en faire un festival : celui du « Cicaara et du balafon de Woroni » qui était destiné à faire la promotion de la culture  Senoufo et le balafon de Woroni.

Après quoi, dira-t-il, ils ont décidé d’en faire le Festival Artistique et Culturel de Woroni (FESCAWO). Une manière pour eux d’étendre  l’évènement  à d’autres pans de la culture du cercle de Kadiolo.  Il s’agit entre autres de la mosquée de pierre de Woroni, les tombeaux des ancêtres des propriétaires des terres, les chutes de Woroni, la porte du Soudan ou encore le passage secret  à travers lequel les populations résistaient à la colonisation et à la traites des noirs.  Selon lui, ce festival permet de faire la promotion des sites touristiques du village afin que les villageois puissent  bénéficier des retombées à travers la visite des touristes. A l’en croire, ce festival était destiné au tout début à semer l’entente entre les villageois et un climat de convivialité entre les ressortissants des villages du cercle de Kadiolo. C’est fort de tout cela dit-il, qu’ils ont approché Yacouba Traoré qui n’était pas encore député et  qui a décidé de parrainer ce festival dont la première édition a eu lieu en 2013.

Pour la réussite de cette 3ème édition, le colonel Bourama Diabaté aura été l’une des chevilles ouvrières. Il promet de faire en sorte que ce festival soit pérenne et que les prochaines éditions soient encore plus réussies avec le soutien du parrain,  l’honorable Yacouba Traoré.

D. Diama

Commentaires via Facebook :

PARTAGER