A retrouver dans les rayons de librairies : ‘’La Saga des Rois Maudits’’ ou ‘’le Cimetière des Illusions’’

0

L’ancien  ministre  de l’Artisanat et du Tourisme, N’Diaye Bah, a, semble-t-il troqué son statut contre celui d’un écrivain. Comme dirait l’autre, l’économiste retrouve le verbe probablement à cause des années de travail effectuées au milieu des artistes. Toute chose qui a réveillé en lui le réflexe d’homme de lettre. Il vient de mettre sur le marché, un roman de 317 pages, composé de 19 chapitres et épilogue qui boucle l’ouvrage. Préfacé par l’ancienne première dame, Adam Ba Konaré, « La Saga des rois maudits ou le cimetière des illusions » est un livre qui touche à plusieurs thèmes en même temps : politique, sociologique, historique et économique. C’est un ouvrage très critique de nos sociétés en pleine mutation en creusant les abcès pour mettre le doigt sur les maux dont elles souffrent, à savoir la corruption, le népotisme et le favoritisme. Dans ce roman, l’ancien ministre pose la problématique des pouvoirs en Afrique, ses enjeux complexes, ses multiples intrigues, les batailles feutrées de couloir entre différents clans pour la conquête du trône et le maintien au pouvoir.

Le roman est articulé autour d’un pays imaginaire qu’il a dénommé : « la République du Fasoba », géographiquement situé quelque part au sud du Sahara. Le roman met en scène des personnages imaginaires dans un décor  ‘’mixé’’. Le lecteur est emporté par une narration fortement imagée dans les méandres des villages et des brousses africaines. Il est tantôt emporté dans le décor glacial européen suivant le parcours scolaire et universitaire de l’auteur lui-même. Cette transposition tente de décrire les épreuves de la vie politique et sociale qui s’interpénètrent parfois en Afrique. Il ressort dès lors du roman que dans ce pays imaginaire, la démocratie apparaît comme une fiction, dont les lignes semblent suivre le mouvement de l’observateur. Aussi bouge-elle sans fin. Chaque fois, l’on l’approche, elle fuit à nouveau. C’est l’éternel recommencement, une quête permanente de l’idéal démocratique.

‘’La Saga des rois maudits’’ ou le cimetière des illusions qu’il faille avoir dans ses rayons, est un livre assez critique à l’égard des pouvoirs en Afrique qui ne tarissent pas de promesses pendant la phase de conquête du Pouvoir. Mais une fois qu’ils accèdent  au trône, ils oublient les engagements sous le poids étouffant de leurs clans, notamment les courtisans.

M. A. Diakité

PARTAGER