Du franc CFA à l’éco: l’avenir incertain de la future monnaie ouest-africaine

22

En théorie, la nouvelle monnaie de la Cédéao, baptisée éco, doit entrer en circulation en 2020. Mais c’est sans compter les difficultés inhérentes à sa mise en place, et aussi les réticences de certains pays de l’UEMOA à abandonner le franc CFA. Analyse.

L’avenir de la zone franc n’est plus un sujet tabou en Afrique de l’Ouest, où les opinions et les économistes débattent désormais publiquement de son futur. Ce ne fut pas toujours le cas.

Dans le sillage de l’année 1994 qui a vu Paris imposer de façon unilatérale, et sous la pression conjointe du FMI et de la Banque mondiale, une dévaluation du franc CFA (il a perdu la moitié de sa valeur), le mot dévaluation est longtemps resté tabou. Quant à la question de l’avenir de la zone franc, elle n’était abordée que dans les cercles restreints des économistes africains et des africanistes parisiens. Mais ces dernières années, les opinions ouest-africaines ont changé la donne, en même temps que la Cédéao relançait son vieux projet monétaire datant des années 1980.

Car ce qui n’était qu’une perspective lointaine est devenu une actualité brûlante fin 2017, lors du sommet de la Cédéao à Abuja. Le communiqué final du sommet précise ceci : « Les chefs d’État et de gouvernement ont réitéré leur ferme volonté à œuvrer à l’atteinte des objectifs des Pères fondateurs de la Cédéao de doter la région d’une union monétaire en vue d’accélérer la construction d’un espace de prospérité et de solidarité. À cet égard, ils ont exhorté les États membres à prendre les mesures nécessaires pour le respect des principaux critères de convergence nécessaire à la mise en place d’une union monétaire viable et crédible. » La task force mise en place pour définir les mécanismes et les modalités de cette future monnaie est priée d’accélérer la cadence, ce qu’elle fait depuis lors, jusqu’à l’adoption début juillet, du nom de la monnaie – ce sera l’éco – et de son taux de change, qui sera flexible.

Paris se défend

Parallèlement, en France, un discours apaisant voit le jour. Les officiels et les institutions comme la Banque de France, s’ingénient à répondre aux arguments d’une partie de l’opinion africaine qui taxe le franc CFA « d’impôt colonial ». Ils rappellent que le compte d’opération du Trésor français, où sont logées la moitié des réserves de change des huit pays de l’UEMOA, n’est qu’un pot commun qui sert à garantir la convertibilité du franc, et en aucun cas une ponction faite sur la richesse des pays concernés.

La démonstration a beau être facile – ce compte ne pèse que quelques milliards d’euros, il est rémunéré, et reste à disposition de leurs propriétaires, à savoir les pays de l’UEMOA –, elle n’arrive pas à convaincre tout le monde. Car le CFA est avant tout une affaire politique, notamment pour les nouvelles générations. C’est « une survivance du passé au relent colonialiste », avancent les partisans de la disparition du CFA, survivance qui n’a plus lieu d’être à l’heure où l’Afrique avance à marche forcée vers son intégration économique, plaident-ils.

Les débats sont si passionnés que certains acteurs perdent parfois leur sang-froid et leur retenue diplomatique. Ainsi, en juillet dernier, répondant aux questions des journalistes de Radio Omega à Ouagadougou, l’ambassadeur de France au Burkina Faso, Xavier Lapeyre de Cabanes, s’est emporté : « La France ne gagne pas d’argent avec le CFA. Le jour où il n’y aura plus de CFA, vous arrêterez de raconter n’importe quoi sur le sujet, et de nous accuser de tous les maux ! On arrêtera de fantasmer ! »

Critiquer le franc CFA depuis certains postes administratifs parisiens est parfois risqué. En janvier 2019, un incident a fait couler beaucoup d’encre. L’économiste togolais Kako Nubukpo, dont les positions sont hostiles à la monnaie de l’UEMOA, est suspendu de son poste de Directeur de la francophonie économique et numérique à l’Organisation internationale de la francophonie (OIF), officiellement pour son « incapacité » à n’avoir pas su respecter « son droit de réserve ». Il venait de publier une tribune incendiaire dans Le Monde Afrique.

La présidence française, quant à elle, adopte un discours public bien plus conciliant tout en rappelant son attachement à la zone franc. À la mi-juillet, le président français Emmanuel Macron appelait de ses vœux un débat serein sur la question. Pour lui, le franc CFA est « un sujet qu’on doit pouvoir ouvrir et qu’on a décidé d’ouvrir ensemble avec nos partenaires africains, de manière apaisée, sans culte du symbole, sans tabou ni totem ». Il répondait au président ghanéen, Nana Akufo-Ado, qui estimait nécessaires des transformations dans « l’arrangement monétaire de ces pays » (avec la France, NDLR).

Ambiguïtés ivoiriennes

Mais cette position ne reflète pas l’âpreté du débat qui se joue en coulisse. On peut la mesurer à travers les ambiguïtés de certains dirigeants comme l’Ivoirien Alassane Ouattara. Alors que la Cédéao a décidé que l’éco bénéficierait d’un taux de change flexible, par rapport à un panier de devises, le président ivoirien a affirmé le contraire à l’issue du dernier sommet de l’UEMOA, le 12 juillet dernier.

Pour Alassane Ouattara, le taux de change fixe entre le franc CFA et l’euro a « fait ses preuves » pour apporter de la stabilité et réduire l’inflation. « Il faut que cela soit maintenu. » À travers les propos du chef d’État ivoirien transparaît l’idée que la zone CFA pourrait devenir le noyau dur de la future zone monétaire ouest-africaine. Le CFA serait alors rebaptisé éco et conserverait sa parité fixe avec l’euro « dans l’immédiat », c’est-à-dire tant que la zone ne serait pas élargie à d’autres pays.

Alassane Ouattara avance d’autant plus aisément ses arguments que la Cédéao, reconnaissant que la convergence des économies de la région est encore insuffisante, préconise désormais une approche « graduée ». Ce qui revient à démarrer l’éco avec un petit nombre de pays. Sans doute à l’exclusion du Nigeria.

Reste qu’un simple tour de passe-passe consistant à débaptiser le franc CFA ne suffira sans doute pas à une partie des opinions publiques des pays concernés, bien déterminée à voir s’opérer un changement de paradigme. Les arguments techniques et économiques, si valables soient-ils, seront toujours plus faibles, aux yeux d’une frange de l’opinion, que les slogans politiques.

Par Olivier Rogez rfi.ft Publié le 04-08-2019

Commentaires via Facebook :

22 COMMENTAIRES

  1. …..LES POPULATIONS ET LES SOCIETEES CIVILES DOIVENT S IMPLIQUER PROFONDEMENT DANS CE DEBAT SUR LE CFA, NE PAS LE LAISSER AUX SEULS POLITICIENS ET SOI DISANT TECHNICIENS FORMES PAR LES MANIPULATEURS INTERNATIONAUX!….

    NOUS DEVONS FAIRE TOUT POUR SORTIR DE CETTE DOMINATION FRANCAISE QUI S EST DEJA CAMOUFLEE EN DOMINATION EUROPEENNE!…LA FRANCE ABRAHAMIQUE EN MUTATION SOUS LA FOURURE DE L UNION EUROPEENNE DES ABRAHAMIQUES

  2. WC, as-tu lu le post de boubou et celui de Coco?
    FAIRE LA GRANDE BOUCHE NE M’INTERESSE PAS! Je ne vis a’ Bronx!!!!
    IBBOLOKOUROUNI DA IDOUSSOU KAN. KANA DADJI TOU IN’KA! WALAY JE SUIS ENTRAIN DE RIRE! WC EST UN VRAI LAKALAKATO, TATIGNENE’ ANI TA BOUGOUBOUGOULEN!
    Kinguiranke’ est paye’ en dollars!!!! Ceux veulent l’echo ont des comptes a’ l’etranger remplis de devises etrangeres! AW BE’ KA TO ANKA TEME’!!! N’OUBLIEZ PAS QUE NOUS AVONS DES CASQUES BLEUS AU MALI PARCE QUE LES PAYS DE LA CEDEAO ONT DIT QU’ILS N’AVAIENT PLUS D’ARGENT POUR FINANCER LES OPERATIONS DE L’ECAMOG!
    WC, SABALI!!!!

  3. ….IL FAUT FAIRE ATTENTION A WHITE SHIT …
    IL A VRAIMENT ENVIE D ESSAYER DE DÉCOLLER …ET IL NE S EST TOUJOURS PAS RENDU COMPTE QUE CE N EST PAS LE BRUIT DE MOTEUR QU IL FAIT AVEC LA BOUCHE QUI LUI SUFFIT EN ECARTANT LES BRAS …POUR VOLER !
    WHITE SHIT …SOIS PRUDENT ….TU PEUX EN PARLER ..SI CA PEUT T OCCUPER …MAIS NE FAIS PAS !
    IL FAUT UN MOTEUR D ABORD POUR VOLER ..
    UN MOTEUR !
    AVEC LA BOUCHE …SEULEMENT …CA NE MARCHE PAS !

  4. Pourquoi même les cartes à jouer et les timbres sont fabriqués à l’extérieur?
    Il faut d’abord apprendre à travailler, sécuriser les recettes…en attendant les conteneurs d’Eco venant de Chine.

  5. Il faudrait aller avec prudence pour ne pas encore nous plomger dans une situation quasi incertaine.
    Bien sûr, la logique de l’honneur interesse les nostalgiques qui veulent se venger des anciens colonisateurs et qui restent focalisés sur les retroviseurs.
    La question de la parité ne se décrète pas, mais s’analyse avec beaucoup de réalismes.
    Beaucoup de pays voisins qui ont opté pou la parité flottante ont du mal à gérer leur monnaie et dès fois réfuse leur monnaie pour la notre.
    Il n’y a pas de crise monétaire dans l’espace UEMOA, il faudrait d’abord travailler à corriger les diparités entre nos économies, en soutenant le processus de l’intégration économique. Cessons de créer des problèmes là où il n’ya pas.

  6. Le dirham marocain fonctionnait il y quelques années avec une parité fixe avec l’Euro..Cela marchait bien et l’économie marocaine tournait bien..
    Depuis moins de 5 ans le dirham est évalué sur la base flottante d’un panier de monnaies la transformation n’est pas spectaculaire..
    La nouvelle monnaie a une valeur de symbole, mais ce qui compte le plus ce sont les implantations d’entreprises et d’entrepreneurs..et la quantité d’échanges commerciaux etntre pays Africains
    Ce qui est étonnant c’est que ce sont les Allemand qui ont fournis aux détracteurs africains les premiers arguments contre le CFA..
    Il faut mettre en place l’ECO avec toute la minutie et la quiétude que demande cet exercice difficile, avec le moins de partialité possible ..
    Ce sont les Chefs d’Etats, les gouverneurs des banques centrales et les économistes africains qui plancheront sur ce délicat travail

  7. Mamadou NOMOKO,

    Le rat d’Abidjan sortira par la petite porte arrière de l’histoire africaine, comme l’un de ces nombreux traîtres qui continuent à prostituer et soumettre leur pays à la domination blanche de la suBpremaSSy franSSaise …

  8. Seules un danganden comme le bouffon du Bx se compare au dernier de la classe pour dire qu’il fait mieux … Tu ne mérite même pas que je te crache dessus …

    Continue à lécher le bo da blenin des toubaboudens tu vas “black”
    Tu sais ce que ce mot signifie réellement , espèce d’inculte esclave francofou!

  9. Le Président ivoirien ADO est un traître . C’est lui qui est à la solde de l’imperialisme en Afrique de l’Ouest. C’est encore qui a avec la France sont a la base du coup d’Etat contre le Président GBAGBO. De toutes les façons il sortira par la fenêtre de l’histoire. Les Presidents africains sont des marionnettes de la France, pour se maintenir au pouvoir . ADO sait bien qu’il n’a pas gagné l’election présidentielle en 2010, GBAGBO est le vrai gagnant de ce scrutin. Malgré le complot contre ce grand patriote africain, panafricaniste, a été innocenté par le TIP. Le retour de GBAGBO annonce la fin du règne de ADO, qui a de quoi s’inquieter .

  10. ET PUIS ….ET PUIS ..
    VAS DONC DEMANDER A L ANCIEN PRESIDENT DE LA COUR D APPEL LA VALEUR QU IL A ACCORDEE A UNE LOI FAITE SUR MESURES …LA LOI PRIVILEGE …GROS COUILLON !
    VAS DONC DEMANDER A BA AWA TOUMAGON L ANCIENNE DIRECTRICE DU CONTROLE DE L ETAT … CE QU ELLE A FAIT …ET POURQUOI ELLE EST DANS UNE GROSSE “MERDOUILLE ” MAINTENANT …
    VAS DONC DEMANDER A TON ” VERIFICATEUR GENERAL , SIDI SOSSO DIARRA …POURQUOI ET COMMENT IL SE RETROUVE LUI AUSSI DANS LA ” MERDOUILLE ” …MAINTENANT .
    …..
    VAS DEMANDER A L EXCELLENT ALIOUNE , LE PATRON DE BMS …..CE QU IL A ENTENDU …A LA COMMISSION BANCAIRE A ABIDJAN ..
    ….LA SEMAINE DERNIERE …

    ET …N ECARTES PAS LES BRAS …HEIN !

  11. ….EH EH EH ….VOILA QUE LES COUILLONS VOUDRAIENT PAYER LEURS DETTES EN MONNAIE DE SINGES !
    SACRE WHITE SHIT ! TU NE CHANGERAS JAMAIS !
    …ET EN PLUS , GROS COUILLON , TU N AS AUCUNE IDEE DE CE QUE LE MALI DOIT A UNE ENTREPRISE IVOIRIENNE ….PARCE QUE CA A MIS 18 ANS A ARRIVER …MAIS C EST ARRIVE !
    VAS DONC DU COTE DE LA BMS ..TU COMPRENDRAS PEUT ETRE …
    ESSAYES DE COMPRENDRE COMMENT UNE BANQUE A FAIT POUR PRENDRE 298 MILLIONS DE COMMISSIONS SUR UNE VENTE TOTALEMENT REALISEE EN FIN 2002 …ET RACHETER LES HALLES DE BAMAKO 4 MILLIARDS EN 2010 … ET COMMENT BMS ANNONCE SUR MALIWEB , MAINTENANT “””Avis d’appel d’offres ouvert N°01/2019 “””AVOIR A VENDRE …7.388 MILLIARDS DE MAGASINS A VENDRE …https://www.maliweb.net/communique/avis-dappel-doffres-ouvert-n01-2019-2809396.html

    ALORS , CONTINUES DE BLABLATER …C EST UN RÔLE QUI TE CONVIENT !
    ..ET PUIS …PENDANT CE TEMPS LA , TU N ECARTES PAS LES BRAS …TU N ESSAIES PAS DE T ENVOLER ..EN TENTANT DE DEVENIR MINISTRE DE L AIR !
    PROMIS ?

  12. L’indépendance se gagne par le travail, la discipline et la gestion rigoureuse.
    Bien-sûr qu’il nous faut une monnaie. Une monnaie adossée à notre économie et au profit de notre économie.
    Le souci est que notre économie, au stade est actuelle, est une économie sans colonne vertébrale. Une économie de consommation et non de production. Une économie au profit d’une caste de prédateur au sommet des Etats. Une gestion fantaisiste. Des Etats incapable de collecter les recettes nécessaires. Un manque flagrant de réflexion et de prospective.
    Une économie basée sur l’aide. De L’aide, de l’Aide et de l’Aide tout le temps et toujours depuis 60 ans.
    De temps en temps, une horde de militaires faussement galonnés piétine tout par un coup d’Etat imbécile qui déstabilise l’ensemble du travail accompli.
    La corruption est devenue une institution qui ne choque personne et est pratiquée allègrement par tout le pays.
    L’impunité généralisée favorise et amplifie tous les jours cette corruption.
    Un véritable cancer qui tue ces pays à petit feu.
    une absence totale de notion de biens publics.
    Toutes les statistiques sont fausses. Tous les chiffres sont érronés ou approximatifs. L’administration, la justice et l’armée sont des noms.
    Des coquilles vides.
    Une monnaie est une affaire sérieuse. Elle ne se créée pas par un discours enflammé. Ou alors, ce sera une monnaie de singe.

  13. WC, la Banque Mondiale avait une mission noble. Elle a ete’ cree’e pour la reconstruction de l’Europe apres la Deuxieme Guerre Mondiale. ELLE S’EST ELOIGNE’E DE SA MISSION ORIGINALE, C’EST POUR CELA ELLE N’A PLUS PITIE’ DES PAYS PAUVRES QU’ELLE ECRASE QUOTIDIENNEMENT!
    kinguiranke’ et WC, vous pouvez retourner aux … CAURIS mais vous constaterez que nos pays africains connaitront plus de misere si vous abandonnez le FCFA avant d’avoir des bases bien solides!!!!!! Plusieurs pays africains avaient et/ou ont leurs monaies respectives mais nous savons que lesdites monaies n’ont pas eu de poids sur le marche’ international. ON PEUT FACILEMENT CREER SA PROPRE MONAIE MAIS EST-CE QU’ELLE AURA UNE GRANDE VALEUR SUR LE MARCHE’ DES DEVISES!
    Le Mali avait le Franc Malien, demandez au president Moussa Traore’ pourquoi il l’a abandonne’ pour retourner au FCFA?
    WC, la RCI etait tres solide! Elle etait le moteur economique des pays francophones de l’Afrique de l’ouest! Le defunt Felix Houphouet Boigny avait fait de son pays le paradis de l’Afrique de l’ouest! Le Ghana etait mine’ par la corruption et la mauvaise gouvernance! Demandez au capitaine Jerry Rawlings combien d’anciens presidents ghanaens il a fusille’ apres son coup d’etat! LE GHANA ETAIT BIEN A’ TERRE!!!!!!
    Je suis entrain de rire parce que j’imagine la soeur Koumba Sacko deposer un sac de…. 100 kg d’echo chez le boutiquier du coin pour acheter un kg du riz!!!!
    Le hasard a amene’ sur mon chemin une femme qui etait l’epouse d’un ancien president africain. Elle etait ma copine. Il y avait un coin de sa chambre a’ coucher qui etait rempli de billets de banque evalue’s a’ des centaines de millions et sur chaque billet de banque, il y avait l’image de son defunt epoux. QUE FAIRE? …………..
    AW BE’ KA SABALI!!!!! NOS PEUPLES NE VIVENT PAS DE VOS SLOGANS VIDES ET DE VOTRE PATRIOTISME DEPLACE’!!!!!

  14. Kinguiranke
    1. Il n ‘y a pas et il n’y a jamais eu de mere-patrie : c’était et c’est toujours juste du viol et de la prédation de la part de la franSS
    2. Si même on acceptait tes prémices, c’est quoi ce “support” d’une mère dont tous les enfants sont sales, minables, pauvres, en danger, incultes, incapables mettre en valeur leur propre langue, en plus de 50 ans incapables de se prendre en mains etc …

    Sache que dans les 70/80, pour ceux qui sont moins jeunes parmi nous et pour info au bouffon du Bx, en Côte d’Ivoire on parlait de “tomber comme Ghana”, pour dire que quelqu’un a échoué …
    En réalité le Ghana n’était pas tombé, le Ghana était en train de se prendre en mains, ne jamais compter sur les institutions de prédations oxydentales …
    Le ghana ne mendie comme le mali au fmi, banque oxydentale déguisée en mondiale etc …

    Aucun de nos pays ne se développera comme le Nigeria sous la domination de la suBpremaSSie blanche franSSaise !

    La seule solution au développement en finir avec la predaSSion franSSaise !!!

    • 100% d’accord avec toi, independants depuis 1960 notre monnaie et notre developpement c’est notre affaire et pas celle des autres!!!!

  15. Le bouffon de segou qui regarde les exemples qui marchent avec difficultés … (notamment le Zimbabwé qui a subit les sanctions predatrices oxydentales) au lieu de regarde ce qui marche : Kenya, Ghana, Rwanda, Angola, Maurice, Botswana, Tanzania …

    Le vieux nègre appeureux, qui ne veut pas la liberté ni pour lui ni pour les autres sera toujorus notre pire ennemi : c’est un fougariden danganden esclave des toubaboudens …
    D’après le bouffon du Bx l’esclava monaitaire et economique : c’est la voie du developpement !
    PA——————————————-TE———————————————TIK

  16. Siaka : “l’exemple du Nigeria et du Guana est palpable, ces pays sont un poids economique a cause de leur main mise sur leur monaie, donc leur economie:”

    Voilà un homme qui porte bien son nom !!! Si tu savais ce que ce beau et digne nom africain signifie …

  17. Je crois qu’il est temps que nous prenons notre reelle independance, l’exemple du Nigeria et du Guana est palpable, ces pays sont un poids economique a cause de leur main mise sur leur monaie, donc leur economie. Nous ne seront rien en restant attendre de l’aide a la France. Il n’y aura pas de reussite sans des sacrifices, je veux dire des dificultés, il y aurra surrement de l’inflation dans l’eco et d’autre difficultés sur le chemain de cette nouvelle monaie. Mais au finish, cette nouvelle monnaie nous servira de la plus belle manière. C’est même un passage obligé, une monaie dont les pays africains gèrent en toute liberté.

  18. KINGUIRANKE, LE CFA EST MEILLEUR QUE le papier sans valeur que certains veulent avoir! Mugabe’ aussi a cree’ sa monaie!!!!!!!!!!!!! La Mauritanie a l’OUGUIYA DEPUIS 1973 MAIS LES GRANDS COMMERCANTS MAURITANIENS PREFERENT LES DEVISES ETRANGERES DONT LE CFA! Allez-y savoir la raison!!!!!!!!!!!!!!

    • Le roi MAUDIT de segou, tu resteras un digne fils de wuruwaye sans ame ni coeur, un homme sans fierte et sans dignite.

  19. Un autre prophete de malheur! S’il vous plait, il faut laisser les Africains dela CEDEAO devenir des grands garcons pour se defendre maintenant, nous sommes fatigues du support incessant de la mere-patrie!

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here