Extrémisme violent au Mali : les jeunes partagés entre patriotisme et l’appât des terroristes

2

Depuis 2012, le Mali connaît une crise multidimensionnelle. L’extrémisme violent et le terrorisme constituent les éléments déclencheurs de cette crise et les violences sont désormais permanentes au nord et au centre du pays. Le Mali vit donc une guerre asymétrique qui méprise les règles fondamentales du droit international humanitaire. Les femmes et les enfants sont pour la plupart les principales victimes. Et il est important de savoir que les jeunes sont victimes d’une part parce qu’ils subissent des actes d’extrémisme violent et, d’autre part, ils sont acteurs de ces violences dans la mesure où ils sont enrôlés pour commettre des actes de terrorisme et de violence envers les populations et les forces de l’ordre.   

Généralement, l’extrémisme violent est perçu comme des actes de personnes de par leurs actions ou croyances, qui soutiennent ou utilisent la violence pour prôner une idéologie, une religion ou encore une politique. Ainsi, nous avons assisté au Mali  à l’avènement de groupes extrémistes violents comme AQMI, Boko Haram ou le groupe état islamique, au lendemain du conflit armé opposant la coalition des mouvements séparatistes de l’(Azawade), les groupes terroriste et le gouvernement National. A titre de rappel, la cible de recrutement et d’endoctrinement des groupes extrémistes au Mali demeure majoritairement la jeunesse, des personnes financièrement démunies. Les statistiques de la banque mondiale, à travers l’indice du développement humain de l’ONU 2019, classe le Mali 182e sur 188 pays. D’autant plus que la pauvreté est beaucoup plus dense dans les zones rurales, sans compter la forte densité démographique qui s’y ajoute. Ainsi, selon le rapport de la banque mondiale 2016 sur le Mali (année de la recrudescence des actes terroristes et d’extrémisme violent) le revenu mensuel par personne/mois était d’environ 38.000f cfa contre environ 92.000f cfa pour le reste de l’Afrique.

On comprendra aisément alors pourquoi les groupes extrémistes violents et terroristes arrivent à enrôler autant de jeunes au Mali. En effet, il est facile pour eux d’endoctriner un jeune vivant avec moins de 40.000f/mois et n’ayant pas de meilleures perspectives, en lui proposant par exemple le triple de cette somme pour une prestation d’une heure de temps. Et de façon permanente, ceux-ci finissent par être cerner par le cercle vicieux de la violence et de l’argent facile. Malgré la politique nationale de prévention et de lutte contre l’extrémisme violent et le terrorisme au Mali, la résolution 2250 du conseil de sécurité de l’ONU relative à la jeunesse et la paix, et les nombreux versets religieux prônant la tolérance et la non-violence, les jeunes sont de plus en plus enrôlés. Par conséquent, les actions nationales et internationales se trouvent limitées.

Selon l’envoyé spécial de l’ONU (sur ONU info) dans la région, les victimes d’attaques terroristes dans les pays du sahel se sont multipliées par 5 ces 3 dernières années avec plus de 4.000 décès en 2019 contre 770 en 2016. Le Mali n’est pas en marge de cette réalité. En effet, le rapport S/2018/1174 de décembre 2019 du secrétaire générale de l’ONU sur le Mali fait état de 64 attaques menées, dont 35 contre les Forces de défense et de sécurité maliennes, et 7 contre la MINUSMA.  Elle a aussi recensé 90 cas de violation des droits de l’homme, qui ont fait au moins 163 victimes, dont 12 femmes et 18 enfants.

Néanmoins, les organisations de jeunes travaillent  quotidiennement pour sensibiliser et cultiver l’esprit de résilience au sein des communautés, malgré qu’elles soient souvent bloquées par le manque de ressource. Dans la même dynamique, le PNUD travaille à développer une compréhension plus profonde de l’extrémisme violent. Les actions du PNUD sont axées sur une approche de développement et de consolidation de la paix ancrée dans les principes des droits de l’homme,  mais également sur la nécessité  d’une bonne gouvernance comme moyen palliatif à l’extrémisme violent.

Outre les efforts de l’Etat, et face aux fléaux de terrorisme et d’extrémisme où une frange de la jeunesse est instrumentalisée contre sa propre nation, il est pertinent de se poser la question suivante : Quelles mesures de prise en charge des victimes de terrorisme et d’extrémisme violent au Mali, et quel plan pour la déradicalisation et la réinsertion des jeunes enrôlés ?

MAHAMADOU A TRAORE

Commentaires via Facebook :

2 COMMENTAIRES

  1. L’association pour la promotion de la citiyenneté numérique a tout un plan de déradicalisation pour tout le sahel. Nous avons conçu des modules et le projet peut être déployé immédiatement. On veut faire des choses mais malheureusement quand on a des initiatives dans ce pays ce n’est pas facile si on n’est pas dans un parti politique.
    Nous mettons en avant la citoyenneté d’abord.

  2. allow me to make correct often unmade point. Youth is working from a base full of fault. We all want development plus our bloodline have desired it for centuries. However, we have fail to pursue it in correct manner. To do so we need go back to point when we were clearly among world leaders in building developed communities that possessed security. Among clearest moments was when we were members at every level of world greatest empire, Mongol Empire. Leader of that empire was known as Kankan as definition show with Kankan meaning leader of leaders of Asia Africa empire. Mansa Kankan Musa was in search of more territories to conquer when overcame by hurricanes of Atlantic Ocean that destroyed his armada plus to this date have left me as Kankan in north america. In Kankan Musa absence his senior Kankan who likely died in Kankan Guinea died thereafter having empire fall apart without Kankan leadership due to traitors. Kankan then as I do now possessed world superior “hunt would would you you” spiritual speech covers. Moreover Kankan are able to see as Islam refer to them jinns. Only as many as two KANKAN SIMULTANEOUSLY LIVE. IT IS MYSTERY AS TO WHY WE ARE UNABLE TO RERPRODUCE ABOVE TWO LIVING BEINGS AT ONE TIME.
    What we need do is return to religion that was that of Ubuntu. It is Julu. Mansa was not Muslim. Title Kankan itself is not muslim title thus clearly show Mansa was not muslim. Mansa was Julu. Being Julu was a negroid religion superior to all we allowed others of foreign religion to set beside Julu. Upon senior Kankan death plus Mansa failure to return from his Atlantic Ocean expedition lie was contrived plus maintained to this date that Mansa was muslim. That lie will not hold being this year of 2020 I will return home again having Julu religion stake plus hold claim of being world superior religion of Negroids. Thereof we will continue to draft plus fulfill feasible steps plus stages plans of development plus security for Ubuntu people as Julu. Julu will not tolerate violent opposition plus will step all those who willingly carry out violence against innocent Ubuntu.
    Now you know.
    Henry Author Price Jr aka Kankan

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here