Le bucher des inquisiteurs brûle à feu ardent

0

Le feu crépite, la fournaise est spectaculaire, les impies sont fin prêts à expier leurs péchés. Que le spectacle commence ; la foule médusée reste indicible devant ce cérémonial grandiose, cette liturgie sainte et noble : Dieu ne pourrait être plus comblé ; Car il faut exécuter celui qui, par sa turpitude hérétique, a provoqué la colère du tout « miséricordieux ». Ah ! Ils l’ont oublié ce mot, ces grands inquisiteurs de la morale divine. L’ont-ils seulement compris ce mot qui définit au superlatif le Dieu tout puissant.

Qu’empeche ils ont décidé du bien fait de cet ultime acte expiatoire de sacrilège, cette catharsis libératrice ; purifier le péché par le feu l’oxymore est parfait. Que brûle encore à feu ardent le bûcher des inquisiteurs ! Que la flamme brûle jusque aux cendres les pauvres impies !

Si les cérémonies d’exécution durant l’inquisition sont inscrites et à jamais oubliées dans les pages poussiéreuses de l’histoire du moyen Age, au Mali nous assistons à une rémanence malsaine d’un autre type .Ce n’est plus le Pape, organe suprême qui bénit du haut de la maison sainte du Vatican cette valeureuse sacerdoce, mais c’est le Chérif Mahmoud Dicko , du haut de son rang de président du Centre Islamique de Hamdallaye , qui , dissémine la bonne grâce salvatrice des pauvres âmes . Ce n’est plus d’une soutane qu’ils se drapent, mais c’est d’avec de grands Boubous épaulés d’un keffieh et coiffés d’un chéchia, que ces illustres imams passent pour apôtres de la foi. Les nouveaux inquisiteurs, ne s’adonnent certes pas à des scélératesses venues d’un autre âge. Pourtant, ils s’emploient avec une grande ferveur à vouer aux gémonies quiconque, malheureux outrecuidant osera proférer des insanités à sentir le fagot. Dès les aurores des élections présidentielles de 2013, ils se mirent aussitôt dans le rang de courtisans du futur vainqueur désigné sur la stèle des augures (la France), l’élu dont le nom fut susurré par la pythie. Fin bonimenteur, le futur président fort de son acronyme IBK, empilera plus de 70p. 100 de l’électorat malien à travers un discours chargé d’autorité et de grandiloquence , tout ce que ce peuple outré jusque dans sa chair par la guerre , voulait entendre ; qui ne se souvient pas de cette litanie débitée sans cesse en langue Bamanan l’index pointé vers le ciel et le regard austère : gnafo m’bakè incha Allah ( je le dis je le ferai par la grâce de dieu ) .Désormais installés au fronton du pouvoir politique , nos nouveaux  inquisiteurs useront à foison de leur influence pour instiller un discours rigoriste et dédaigneux de la laïcité , quid des 10p. 100 de chrétiens ? L’apothéose viendra par l’installation d’un ministère des affaires religieuses.

Oubliez le Mali démocratique, le mali laïque, faites place à la république des professeurs de foi éhontés de s’enrichir pendant que les pauvres fidèles croupissent dans la misère. Elle est bien loin cette dévotion pour la cause des plus démunis. Réjouissons-nous plutôt de cette cohorte d’idiots utiles pour cette nouvelle croisade wahhabite venue direct d’Arabie Saoudite, de ces autorités religieuses aliénées par l’argent de pétromonarchies atteintes de boulimies dépensières. Tambour battant, tous revigorés de zèle ils vitupéreront contre une société occidentalisée synonyme de débauche, de déliquescence. Ils clameront à qui veut l’entendre que la jeunesse malienne croupit sous l’emprise de Sodome et Gomorrhe (à entendre par là la référence biblique mais aussi le quatrième volet de A la recherche du temps perdu de Proust) ; ou l’alcool sert de beuverie, ou le sexe est abondant. Le discours est poignant, bien des maliens seront d’accords et avec raison pour reconnaître ce diagnostic ; cependant les solutions préconisées ne devraient guère enchanter quiconque porte à cœur la république malienne. Ne cachant plus leur desiderata profond d’installer au nom de Dieu une société wahhabite importée d’Arabie Saoudite, nos censeurs de liberté n’ont été guère outrés par la conquête djihadiste au nord du pays. Si ce fut le contraire, nous n’entendîmes point mot de condamnation ferme, lorsque, les barbus exaltés d’ansar dine ou du mujao coupaient les mains comme le veut la charia. Au lieu de cela nous verrons plutôt l’intérêt manifesté par notre cher imam Dicko de rencontrer le fameux Iyag Ag Ghali chef du mouvement Ansa Dine. Nous tomberons tous d’accords lorsqu’il s’agira d’émettre une critique constructive du rôle ambigu que joue la France dans ce conflit. Nous sommes même prêts à regretter l’affaissement de notre pays devant les injonctions venues du quai d’Orsay. Prêts à manifester dans toutes les rues de Bamako à Kayes contre la mission des nations unies : Minusma . Cependant vous ne nous trouverez pas dans vos rangs à soutenir votre nihilisme systématique de l’occident. C’est un truisme que de penser que tout n’est pas bon dans la société occidentale et notre jeunesse éclairée n’aura de cesse de le clamer haut et fort. Il serait tout aussi mal honnête de ne pas trouver de bonnes choses en occident. Il en va de même pour la civilisation confucéenne et même orthodoxe. Le désir ardant de nos nouveaux inquisiteurs, c’est de voir une société arabisée, dépouillée de tout ce qui a trait à l’occident. Nos ancêtres, les chantres de la négritude ont crié en horreur l’absurdité de la politique d’assimilation imposée par la France durant la colonisation. Il en va de même pour toute entreprise d’arabisation ; certes l’islam nous a apporté la culture arabe, nous ne devînmes pas pour autant arabes tout comme nous ne fumes guère gaulois. Nous nous sommes appropriés cette religion, elle est notre, nous l’appliquons jour et nuit en conformité avec les préceptes qui nous ont été enseignés par notre prophète, nous vivrons toujours notre foi en concordance avec notre culture. Entendez cher iman Dicko que islamisation ne signifie guère arabisation.

Ne comptez surtout pas sur notre président, pour entonner avec verve ces principes à cette toute puissante organisation, il lui en cuirait .Un procureur de la République aura cette outrecuidance. Ce fut à l’occasion d’une sortie malheureuse de l’imam Dicko suite à la prise d’otage perpétrée à l’hôtel Radisson. Nous nous souvenons tous avoir été éberlués par ces propos :

« Les terroristes nous ont été envoyés par Dieu pour nous punir de la promotion de l’homosexualité, importée d’Occident et qui prospère dans notre société ». Le procureur incriminera ces propos, les qualifiant d’apologie du terrorisme. IL ne fallut pas longtemps pour attendre la réaction. Elle aura lieu au sein de la grande mosquée de Bamako ; l’ensemble des composantes de la HCIM se réunira pour lancer une fatwa contre le procureur Daniel Tessougoué . Ce dernier sera acculé, mis à l’échafaud condamné d’hérésie, le bûcher est fin prêt , prêt à consumer ce ” simple procureur” , la sentence tomba , le procureur fut limogé . Que le bûcher des inquisiteurs brûle à feu ardent.

 

ISSA DIALLO

ETUDIANT MALIEN HABITANT A BORDEAUX

PARTAGER