Le Mali et le péril islamique

80

Il est des sujets qui fĂąchent. Parler de l’islam aujourd’hui au Mali  ou se permettre la moindre allusion critique n’est pas sans risque. L’islam, cette belle religion de tolĂ©rance et de paix dĂ©fraie la chronique et pas souvent dans le sens souhaitĂ©. Aujourd’hui un peu partout dans le monde, nous assistons impuissants, Ă  une forme d’intĂ©grisme et de radicalisation dans la pratique de l’islam. Il faut le dire, le problĂšme n’est pas l’islam en tant que tel, mais cette forme d’extrĂ©misme qui reprĂ©sente Ă  la fois une vĂ©ritable menace et un vrai dĂ©fi Ă  la communautĂ© des hommes. Le phĂ©nomĂšne inquiĂšte. Le pĂ©ril islamique est une rĂ©alitĂ© Ă©pousant çà et lĂ  diverses formes : violences, intimidations, menaces, terrorisme, guerres etc.

Le Mali, pour sa part, a subi en 2012 une invasion djihadiste dans sa partie nord. Un Ă©pisode dramatique qui a Ă©mu toute la communautĂ© internationale et restera certainement une des pĂ©riodes les plus sombres de son existence. Certes, les envahisseurs ont Ă©tĂ© mis hors d’état de nuire, le pays n’est plus occupĂ©, on ne coupe plus de mains, on ne fouette plus, on ne lapide plus et les populations ne sont plus embastillĂ©es etc. Mais le Mali a-t-il pour autant fini avec l’islamisme ? Pas sĂ»r avec ce qui se passe entre nous  Maliens au Mali. Ne sommes-nous pas entrain de glisser lentement mais surement vers un dictat de l’islam malgrĂ© la forme laĂŻque et rĂ©publicaine de l’Etat du Mali? Un pays Ă  forte majoritĂ© musulmane mais qui consacre dans sa loi fondamentale la laĂŻcitĂ©, c’est-Ă -dire le principe de sĂ©paration entre l’Etat et la religion et donc l’impartialitĂ© ou la neutralitĂ© de l’Etat Ă  l’égard des confessions religieuses. Ce principe est mis Ă  mal aujourd’hui au Mali avec un islamisme rampant qui sape dangereusement les fondements de la rĂ©publique.

Un Etat entre compromissions et faiblesse

Les musulmans ne s’en cachent plus et le disent Ă  qui veut l’entendre que l’actuel prĂ©sident leur doit en partie son pouvoir. Ce qui n’est pas totalement faux pour ceux qui ont suivi le processus Ă©lectoral de 2013. La course effrĂ©nĂ©e aux voix Ă©tait telle que, les diffĂ©rents candidats ne reculaient devant rien. Ils investissent les mosquĂ©es, ils courtisent les leaders religieux, les associations islamiques, ayant compris que ces lobbys constituent un vĂ©ritable vivier Ă©lectoral bon marchĂ©. Les musulmans Ă©taient ouvertement draguĂ©s et ont pris une part active dans la campagne. C’est un secret de polichinelle, IBK Ă©tait le candidat des musulmans et il fut Ă©lu haut les mains, comme pour dire que ces derniers  ont du monde derriĂšre et sont des faiseurs de roi.  Conscients de leur force de frappe et aurĂ©olĂ©s de la victoire de leur candidat, les musulmans et surtout leurs leaders n’hĂ©sitent plus Ă  occuper l’espace public, font entendre leur voix Ă  tout bout de champ sans se dĂ©partir de leur manteau  de religieux au grand dam de la constitution. La porte qui Ă©tait entrouverte un moment donnĂ© (le rĂ©gime prĂ©cĂ©dent flirtait Ă©galement avec les religieux musulmans) se trouve  à prĂ©sent dĂ©foncĂ©e et on s’engouffre sans gĂȘne aucune !

A prĂ©sent doit-on en vouloir aux musulmans qui ont toujours servi aux politiques ?  Leur compagnonnage Ă©goĂŻste et malsain est un coup sĂ©rieux Ă  la rĂ©publique. Il est connu que la religion et la politique ne font pas bon mĂ©nage. L’Etat du Mali est faible aujourd’hui. Visiblement les autoritĂ©s du pays sont incapables de rĂ©sorber le phĂ©nomĂšne qui est entrain de saper dangereusement les fondements de notre rĂ©publique. Le Malien doit « se rĂ©inventer » pour plus d’intelligence et d’harmonie dans notre vivre ensemble.

Le « yes we can » des leaders religieux

Nul doute, les musulmans ont compris qu’eux aussi sont capables. Ils sont convaincus qu’ils peuvent rĂ©ussir lĂ  oĂč ceux en qui ils ont cru Ă  un moment donnĂ© ont lamentablement Ă©chouĂ© ou Ă©chouent. Seulement, ce qui est inadmissible  dans leur dĂ©marche, c’est faire de la politique sous le manteau religieux. A ce niveau, les choses sont trĂšs claires. L’exercice du pouvoir ne saurait s’accommoder de la religion, 1905 est passĂ© par lĂ , et notre organisation socio-politique en est digne hĂ©ritiĂšre.

Aujourd’hui, la confusion est totale entre politique et religion. Le jeu est assez trouble et il appartient surtout aux leaders religieux de par leur autoritĂ© morale, leur sens Ă©levĂ© de la rĂ©publique de rester en marge de la politique, de se cantonner dans leur mission sacerdotale en accompagnant par leurs propositions, leurs conseils, leurs orientations avisĂ©s l’action publique. Dans une rĂ©publique dĂ©mocratique et laĂŻque, la religion n’a pas sa place dans l’espace politique. Au Mali, les religieux musulmans rivalisent d’ardeur et supplantent  souvent les politiques dans leurs missions.

Le religieux doit rester dans la limite de son sacerdoce, et c’est en cela qu’il justifie tout le respect dĂ» Ă  son rang. La majoritĂ© des Maliens sont de confession musulmane et respectent les leaders religieux, mais il y a une ligne rouge Ă  ne pas franchir. A ce que nous sachons, le Mali n’est pas encore une RĂ©publique islamique.

Les dĂ©fis sont nombreux pour en rajouter davantage. Le pĂ©ril islamique est lĂ , et il faut le circonscrire pendant qu’il est encore temps au risque de voir toute cette construction humaine, sociale et solidaire que nous avons bĂątie ensemble, s’écrouler lamentablement, la faute Ă  quelques prĂ©somptueux qui n’ont pas su Ă  un moment donnĂ©, faire taire leur ego au profit de la collectivitĂ© et du mieux vivre ensemble.

Makan DIALLO

Docteur en Droit

Avocat inscrit aux Barreaux de Paris et du Mali.

PARTAGER

80 COMMENTAIRES

  1. Encore un autre docteur en promotion 😀 😀 😀 😀 😀 bla bla bla

    Le rĂ©veil risque d’ĂȘtre trĂšs brutal

  2. detre musulman n’a jamais Ă©tĂ© un pĂ©chĂ© de la meme façon que d’etre catholique ou juif . C’est cette islamisation radicale qu’on voit se dĂ©velopper depuis quelques annĂ©es qui est dangereuse ,surtout quand vous avez des imams qui n’ont jamais lu le Coran et quide ce fait l’interpretent Ă  leur façon et qui balancent rĂ©guliĂšrement des preches pleins de violences Ă  des gens analphabĂštes ou illetrĂ©s et qui prennent tout au pied de la lettre 👿 👿 👿 👿 👿 et c’est de lĂ  que vient le danger qu’il soit pour le Mali ,le Burkina et de nombreux pays dans le monde ou les attentats s’enchainent les uns aprĂ©s les autres ❗ ❗ ❗ ❗ ❗ ❗

  3. ""A prĂ©sent doit-on en vouloir aux musulmans qui ont toujours servi aux politiques ? Leur compagnonnage Ă©goĂŻste et malsain est un coup sĂ©rieux Ă  la rĂ©publique. Il est connu que la religion et la politique ne font pas bon mĂ©nage. L’Etat du Mali est faible aujourd’hui. Visiblement les autoritĂ©s du pays sont incapables de rĂ©sorber le phĂ©nomĂšne qui est entrain de saper dangereusement les fondements de notre rĂ©publique. Le Malien doit « se rĂ©inventer » pour plus d’intelligence et d’harmonie dans notre vivre ensemble"".

    Ici, face à la deception du corps religieux et du monde politique, votre espoir se répose sur le "peuple"?

    "Le jeu est assez trouble et il appartient surtout aux leaders religieux de par leur autoritĂ© morale, leur sens Ă©levĂ© de la rĂ©publique de rester en marge de la politique, de se cantonner dans leur mission sacerdotale en accompagnant par leurs propositions, leurs conseils, leurs orientations avisĂ©s l’action publique."

    Ici, vous faites appel à la responsabilité du corps religieux. Une responsabilité qui déborde la sphÚre morale; l'action publique.

    """ Leaders religieux, autorité morale""": est-ce une société civile?

    ""Les dĂ©fis sont nombreux pour en rajouter davantage. Le pĂ©ril islamique est lĂ , et il faut le circonscrire pendant qu’il est encore temps au risque de voir toute cette construction humaine, sociale et solidaire que nous avons bĂątie ensemble, s’écrouler lamentablement, la faute Ă  quelques prĂ©somptueux qui n’ont pas su Ă  un moment donnĂ©, faire taire leur ego au profit de la collectivitĂ© et du mieux vivre ensemble""".

    Comment le circonscrire à un domaine spécifique aprÚs tant de reconnaissance sociale?

    Qu'est ce que vous entendez par "islamisme"?

    Paradoxe de la poule et de l'oeuf?

  4. ""A prĂ©sent doit-on en vouloir aux musulmans qui ont toujours servi aux politiques ? Leur compagnonnage Ă©goĂŻste et malsain est un coup sĂ©rieux Ă  la rĂ©publique. Il est connu que la religion et la politique ne font pas bon mĂ©nage. L’Etat du Mali est faible aujourd’hui. Visiblement les autoritĂ©s du pays sont incapables de rĂ©sorber le phĂ©nomĂšne qui est entrain de saper dangereusement les fondements de notre rĂ©publique. Le Malien doit « se rĂ©inventer » pour plus d’intelligence et d’harmonie dans notre vivre ensemble"".

    Ici, face à la deception du corps religieux et du monde politique, votre espoir se répose sur le "peuple"?

    "Le jeu est assez trouble et il appartient surtout aux leaders religieux de par leur autoritĂ© morale, leur sens Ă©levĂ© de la rĂ©publique de rester en marge de la politique, de se cantonner dans leur mission sacerdotale en accompagnant par leurs propositions, leurs conseils, leurs orientations avisĂ©s l’action publique."

    Ici, vous faites appel à la responsabilité du corps religieux. Une responsabilité qui déborde la sphÚre morale; l'action publique.

    """ Leaders religieux, autorité morale""": est-ce une société civile?

    ""Les dĂ©fis sont nombreux pour en rajouter davantage. Le pĂ©ril islamique est lĂ , et il faut le circonscrire pendant qu’il est encore temps au risque de voir toute cette construction humaine, sociale et solidaire que nous avons bĂątie ensemble, s’écrouler lamentablement, la faute Ă  quelques prĂ©somptueux qui n’ont pas su Ă  un moment donnĂ©, faire taire leur ego au profit de la collectivitĂ© et du mieux vivre ensemble""".

    Comment le circonscrire à un domaine spécifique aprÚs tant de reconnaissance sociale?

    Qu'est ce que vous entendez par "islamisme"?

    Paradoxe de la poule et de l'oeuf?

  5. Ceux qui posent ces actes n’ont encore rien compris Ă  L’Islam. Cette belle religion qui respecte la vie humaine ne va jamais autoriser de telles choses. La vraie Islam recommande la tolĂ©rance mĂȘme dans la diffĂ©rence. Tous les bons musulmans condamnent cet acte et soutiennent notre Mali. 😳 😳 😳

  6. Ces jeunes qui commettent ces attentats sont des personnes qui ont un niveau trĂšs bas de connaissance de la religion musulmane et de ses fondements.
    Il y’a mĂȘme certains cas oĂč ils ne sont mĂȘme pas musulmans du tout.
    Alors,Ă©vitons d’attribuer leurs actes Ă  l’islam.
    CondolĂ©ances aux familles des familles des victimes. 😳 😳 😳

  7. Tous ceux qui connaissent les textes coraniques et qui savent bien les interprĂ©ter,savent que l’Islam est une belle religion qui prĂŽne la paix et l’amour du prochain.
    La preuve la plus plausible est lorsqu’un musulman veut saluer il dit “Assalam AlĂ©ykoum”qui signifie:Que la paix soit sut toi.On ne peut parler de paix que lorsqu’il y a l’amour.
    Alors vous conviendrez avec moi que cette religion ne peut pas autoriser de telles barbaries!!!

  8. La religion ne transforme pas les hommes en criminels, mais ce sont les criminels qui utilisent la religion comme alibi de leur soif de pouvoir

  9. Terrorisme : Ensemble d’actes de violence commis par une organisation pour crĂ©er un climat d’insĂ©curitĂ©, pour exercer un chantage sur un gouvernement, pour satisfaire une haine Ă  l’Ă©gard d’une communautĂ©, d’un pays, d’un systĂšme.
    Quelle est leur réelle motivation en tuant de simples innocents.

  10. Nos guides sont des Ă©claireurs et ne pensent pas s’ingĂ©rer dans la gestion Ă©tatique de notre pays. Sinon on ne peut pas remplir un stade de fidĂšle et prĂ©tendre Ă  un poste prĂ©sidentiel de notre pays. C’est une utopie

  11. Tout le monde sait que les terroristes ne sont pas musulmans. Ils cherchent plutĂŽt Ă  ternir l’image de notre noble religion. Je porte Ă  votre connaissance que le BOKO HARAM a assassinĂ© plus 145 musulmans dans une mosquĂ©e alors que dire de cela

    • Vous trompez lourdement. Il faut lire un peu l’histoire pour trĂšs vite decouvrir les musulmans se sont toujours combattus entre-entre. Un systĂšme qui a besoin d’enemis pour survivre en dĂ©couvre toujours en son sein. L’Europe n’a eu son salut que dans la naissance de la secte Fatima dans le golf persique, les turcs Ă©taient dĂ©jĂ  au centre de ce continent. Quand y a t-il eu une vĂ©ritable paix dans le monde arabo-musulman?

  12. C’est une incomprĂ©hension de la part de nos guides et cela a pu rentrer en ordre mais toutefois il faut reconnaĂźtre les politiques doivent Ă©carter nos guides de leur activitĂ© pour n’Ă©viter de telle dĂ©rive Ă  l’avenir

  13. Il a aussi racontĂ© qu’un homme ayant donnĂ© Ă  boire Ă  un chien assoiffĂ©, Dieu lui pardonna ses pĂ©chĂ©s pour cette action. On demanda au prophĂšte : “Ô messager de Dieu, sommes-nous rĂ©compensĂ©s pour le bien que nous faisons aux animaux?” Il rĂ©pondit: “Pour toute crĂ©ature vivante, il y a une rĂ©compense Ă  qui leur fait du bien.”

  14. Les musulmans sont mĂȘme encouragĂ©s Ă  ĂȘtre bons envers les animaux et il leur est interdit de leur faire du mal. Une fois, le prophĂšte Mohammed a racontĂ©: “Une femme a Ă©tĂ© punie pour avoir emprisonnĂ© un chat jusqu’à ce qu’il meure. À cause de cela, elle a Ă©tĂ© condamnĂ©e Ă  l’Enfer. Elle l’avait emprisonnĂ© sans lui donner Ă  manger ni Ă  boire, et sans le libĂ©rer pour qu’il puisse manger les insectes de la terre.”

  15. Le prophĂšte Mohammed a aussi interdit de punir les gens par le feu.

    Une fois, il a classĂ© le meurtre comme deuxiĂšme pĂ©chĂ© majeur, et il a mĂȘme averti les gens que: “Les premiers cas Ă  ĂȘtre jugĂ©s entre les gens au Jour du Jugement seront les cas d’effusions de sang

  16. Dans une sociĂ©tĂ© comme la notre oĂč la majeure partie de la population est de confession musulmane; il est beaucoup difficile de dissocier le religieux du politique. Les sorties des religieux ne nous rĂ©jouissent guĂšre. C’est pourquoi il faut que le ministĂšre des cultes du ministre Thierno puisse engager des campagnes de sensibilisations auprĂšs de nos leaders afin de leur expliquer le bien fondĂ© de rester Ă  l’Ă©cart de la chose politique et d’ĂȘtre avisĂ© pour des questions ayant attrait Ă  la religion.

  17. Le prophĂšte Mohammed interdisait aux soldats de tuer des femmes et des enfants, et il leur conseillait: “… Ne trahissez pas, ne soyez pas excessifs, ne tuez pas un nouveau-nĂ©.” Et il a aussi dit: “Quiconque a tuĂ© une personne qui avait fait un pacte (de non-agression) avec les musulmans ne sentira pas l’odeur du Paradis, mĂȘme si son parfum peut ĂȘtre senti Ă  une distance Ă©quivalant Ă  quarante ans.

  18. L’islam, qui est une religion de misĂ©ricorde, ne permet pas le terrorisme. Dans le Coran, Dieu a dit:

    “Dieu ne vous dĂ©fend pas d’ĂȘtre bienfaisants et Ă©quitables envers ceux qui ne vous ont pas combattus pour la religion et ne vous ont pas chassĂ©s de vos demeures. Car Dieu aime les Ă©quitables.” (Coran 60:8)

  19. Le pĂ©ril islamique est lĂ , et il faut le circonscrire pendant qu’il est encore temps au risque de voir toute cette construction humaine, sociale et solidaire que nous avons bĂątie ensemble, s’écrouler lamentablement, la faute Ă  quelques prĂ©somptueux qui n’ont pas su Ă  un moment donnĂ©, faire taire leur ego au profit de la collectivitĂ© et du mieux vivre ensemble. 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄
    Quand on dĂ©cide d’informer le peuple on doit pouvoir le faire avec prĂ©cisions et responsabilitĂ©.
    Il faut donc que tu sois claire dans tes propos et donner des arguments qui corroborent tes dires c’est aussi simple que ça. Mais des insinuations qui nous laisse dans le flou je crois que tu ferais mieux de les garder pour toi car on en est dĂ©jĂ  assez gavĂ©. :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen:

  20. Encore un terroriste qui parle nous Mali nous somme indépendants.
    Il faut combattre le terrorisme comme s’il n’y avait pas de nĂ©gociations, et nĂ©gocier comme s’il n’y avait pas de terrorisme.
    La pauvretĂ© et bas niveau d’éducation favoriseraient le terrorisme. Ce type de raisonnement est particuliĂšrement contestable car, comme nous l’avons vu, le terrorisme n’est vu que dans sa dimension criminelle et son objectif politique est transformĂ© en un objectif purement Ă©conomique

  21. Les actes de terrorisme ne peuvent jamais se justifier, quelque raison que l’on puisse faire valoir.
    QUELLES SONT LES CAUSES DU « TERRORISME INTERNATIONAL » ?C’est la question que tous le monde se pose.
    Pour savoir comment lutter contre le « terrorisme », il faudrait d’abord se poser la question de comment naĂźt le « terrorisme », quelles en sont ses causes profondes. Faut-il en chercher l’origine dans la religion, dans l’écart de richesse entre le Nord et le Sud de la planĂšte, dans le conflit israĂ©lo-palestinien, dans l’opposition entre civilisations occidentale et islamique, ou dans d’autres facteurs socio-politiques ? Si tous les auteurs ne sont pas d’accord entre eux sur la rĂ©ponse Ă  cette question, il est intĂ©ressant de prendre du recul et de voir le « phĂ©nomĂšne terroriste » dans son Ă©volution historique. Le « terrorisme international » ressurgit chaque fois qu’un monde en Ă©volution (trop) rapide donne l’impression – subjective ou objective – Ă  de trop grands groupes de gens qu’ils sont marginalisĂ©s », explique le professeur belge Rik Coolsaet. « Un monde oĂč trop de dimensions paraissent Ă©voluer trop vite et qui donne ainsi l’impression Ă  trop de gens qu’ils n’en font pas partie, qu’ils restent Ă  la limite de ce monde, qu’on ne tient pas compte d’eux. C’est prĂ©cisĂ©ment ce qui forme le terreau sur lequel de petits groupes extrĂ©mistes -sorte d’avant-garde autoproclamĂ©e- essaient de justifier leurs « actes terroristes » pour se doter eux-mĂȘmes d’une aurĂ©ole de combattants de l’injustice. Il en fut ainsi il y a 70 ans. Il en fut ainsi il y a 100 ans. Il en est ainsi aujourd’hui. »

  22. Je crois que nos leaders politiques doivent dĂ©sormais Ă©viter de suivre les religieux dans les lieux de culte pour une quelconque rencontre qui sort du cadre de la religion. Il arrive souvent aussi que des fidĂšles convient des leaders politiques Ă  des manifestations religieuses. Toutes ces pratiques doivent cesser pour Ă©viter des sorties qui mettent tout le monde mal Ă  l’aise.

  23. C’est un secret de polichinelle, IBK Ă©tait le candidat des musulmans et il fut Ă©lu haut les mains 8) 8) 8) 8) 8) 8) 8) 8) 8) 8) 8) 8) 8)
    Tout porte Ă  croire que toutes les annĂ©es qu’il a fallu Ă  cet homme pour obtenir son doctorat ne lui ont servi Ă  rien en fait. Sinon un intellectuel de son rang ne s’engagerait pas dans une telle polĂ©mique.
    Dans un premier temps il faut savoir pour rester modĂ©rĂ© que la population malienne est Ă  80% musulmane mais ce n’est pas forcement toutes ces personnes qui ont accordĂ©es leurs voix au prĂ©sident IBK. Et donc pour que le prĂ©sident de la rĂ©publique soit Ă  cette fonction ; d’autres personnes d’autres confessions religieuses ont forcement votĂ©es pour lui.
    Ensuite, notre pays jusqu’Ă  preuve du contraire Ă  une constitution laĂŻque et donc le prĂ©sident IBK n’est pas le prĂ©sident des musulmans comme tu veux le faire croire mais de tous les maliens musulmans, chrĂ©tiens et autres.

  24. Je pense qu’il ne faut pas faire d’amalgame entre la religion et la politique. En ce sens que le religieux doit ĂȘtre Ă  cheval c’est-Ă -dire entre le politique et les citoyens et jouer un rĂŽle d’apaisement et non d’ingĂ©rence politique. Certes les religieux Maliens ont influence sur la sociĂ©tĂ© Malienne que les politiques comme l’indique certains chercheurs, mais chacun doit jouer son rĂŽle convenablement.

  25. Effectivement dans notre pays les dignitaires religieux sont plus Ă©coutĂ©s que les politiques car les citoyens dans leurs pratiques religieux diffĂ©rents doivent respect et considĂ©rations Ă  ceux-ci Ă  causes des paroles prĂȘchĂ©es. En plus, ces religieux doivent accompagner les politiques dans leurs missions. Il faut que chacun connaisse le rĂŽle qui est le sien dans la sociĂ©tĂ©.

  26. Une sociĂ©tĂ© sans religion est comme un vaisseau sans boussole. Effet, la religion a pour rĂŽle d’éclairer l’homme sur ses origines et de lui assurer la protection divine et la bĂ©atitude. C’est Ă©vident que notre pays n’est pas en marge de cette pratique.
    AssurĂ©ment si les hommes politiques sont plus Ă©coutĂ©s que les politiques le tĂ©moignage qu’ont les citoyens pour leurs diffĂ©rentes religions et les lois prescrites par celles-ci. Et dĂ©sobĂ©ir Ă  ses dignitaires c’est dĂ©sobĂ©ir Ă  DIEU. Par consĂ©quent, je souhaiterais que la politique soit aux politiciens et la religion aux religieux.

  27. La politique est avant tout un service rendu Ă  la personne humaine, en tant qu’elle est garante du bien commun. Ce qui signifie qu’il n’appartient pas Ă  la politique de dĂ©cider si l’homme est religieux ou non ; elle doit garantir la vĂ©ritĂ© sur ce point. En effet dans le cadre du Mali, certes les hommes religieux sont trĂšs influents mais ceux-ci doivent accompagner les hommes politiques par des propositions, des conseils et des orientations dans leurs tĂąches.

  28. La religion est trĂšs importante dans la vie d’une nation voire primordiale. Evidemment que la sociĂ©tĂ© Malienne n’est pas en marge de cette rĂ©alitĂ©. Cependant, il est intĂ©ressant que chacun reste dans sa loge afin d’éviter les piĂ©tinements. Et comme ça, chacun saura reconnaĂźtre la place qui est la sienne.

  29. Je pense humblement que les religieux doivent ĂȘtre Ă  cheval entre les politiques et le peuple. Ils auront pour rĂŽle d’inciter Ă  l’apaisement en cas d’un conflit et de mĂ©diation si possible.

  30. Pour ma part, le politique ne doit pas se mĂȘler des activitĂ©s religieuses et vice versa. Pour un pays comme le nĂŽtre oĂč parfois il arriverait que les religieux se mĂȘlent un peu dans la politique, mais c’est dans le but d’interpeller ceux-ci sur certaines situations. Donc, je pense que chacun devrait jouer son rĂŽle.

  31. Il faut que nos leaders religieux sachent qu’ils peuvent ĂȘtre Ă©coutĂ©s, grandi, honorĂ© parce qu’ils sont nos guides et par respect pour l’ĂȘtre suprĂȘme. Mais ils doivent savoir que ce n’est pas qu’ils bĂ©nĂ©ficient de ses privilĂšges qu’ils doivent considĂ©rer que tout leur est permis. Et c’est Ă  nos autoritĂ©s chargĂ©es des cultes de faire cette distinction.

  32. Je crois que dans cette situation qui oppose nos politiques aux musulmans, l’accent doit ĂȘtre mis sur les principes de laĂŻcitĂ© qui caractĂ©rise la vie de notre pays car jusqu’à preuve de contraire notre constitution est basĂ©e sur ce principe et en aucun cas elle ne devrait ĂȘtre violĂ©e. Il faut que le champ d’action de la religion soit clairement dĂ©fini et celui de la politique aussi.

  33. Les derniĂšres sorties de nos religieux ne sont pas du tout apprĂ©ciable vu le message qu’ils vĂ©hiculent qui sont de nature Ă  mettre Ă  mal notre constitution, notre Ă©tat et ses principes de laĂŻcitĂ©. Il faut donc qu’on sache qu’avant de pratiquer telle ou telle religion; nous appartenons Ă  une sociĂ©tĂ© rĂ©git par des lois que nous devons respecter. La religion doit avoir son champ d’action inclut dans celui de la sociĂ©tĂ© sans pour autant mettre Ă  mal son existence.

  34. Pour ma part, l’analyse de ce docteur est trĂšs pertinente. Par contre, lĂ  oĂč je ne suis pas tout Ă  fait d’accord avec lui est le fait qu’il dise que ce sont les musulmans qui ont portĂ© le prĂ©sident IBK Ă  la magistrature suprĂȘme. Je dis NON car le prĂ©sident a Ă©tĂ© Ă©lu par le peuple Malien. Et dans la composition de ce peuple, il y a toutes sortes de confession.

  35. L’Arabie saoudite est le pays oĂč il y a les plus de grands Imams du monde.
    Le Vatican est la plus grande entitĂ© l’Eglise mondiale.
    Mais en Arabie saoudite c’est le Roi qui prend ces dĂ©cisions et aussi en Italie ce n’est pas le pape qui dĂ©cide mais le prĂ©sident.
    Juste pour dire que certes les leaders religieux doivent ĂȘtre consultĂ©s pour des questions concernant la religion mais pas pour les questions qui ne sont pas de leur ressort.
    Tant qu’ils ne sont pas menacĂ©s dans l’exercice de leur foi ils doivent rester dans leurs coins.

  36. Les leaders religieux doivent se contenter de leur mission principale qui est d’offrir la nourriture spirituelle aux fidĂšles et s’écarter de la chose politique tant que celle-ci n’enfreint pas leur pratique. Ils ont un ministĂšre qui leur est dĂ©diĂ© en vue d’y exposer leurs prĂ©occupations et les accompagner dans leur procession de foi et je crois qu’ils devraient s’en contenter.

  37. Les questions religieuses sont des choses que nous devons prendre avec beaucoup de prĂ©cautions car nous sommes prĂȘts Ă  tout pour dĂ©fendre nos divinitĂ©s respectives selon nos croyances. C’est pourquoi nous devons modĂ©rer nos dires . *Allons-y voir de plus prĂšs les rĂ©alitĂ©s centrafriquaines pour savoir le mal que peut faire un conflit religieux. Alors faisons attention Ă  nos agissements.

  38. “Les musulmans ne s’en cachent plus et le disent Ă  qui veut l’entendre que l’actuel prĂ©sident leur doit en partie son pouvoir”

    Ce monsieur Makan Diallo s’exprime comme s’il s’adressait Ă  la communautĂ© musulmane française .
    Il est claire que ce monsieur n’est plus dans la rĂ©alitĂ© malienne .

    Ce que je ne comprends pas , ce monsieur reconnait lui mĂȘme que plus de 90/100 de maliens sont musulmans et en mĂȘme temps il s’Ă©tonne de l’influence des musulmans dans la vie politique du pays .

    Parler de pĂ©ril islamique au Mali est non seulement une grosse bĂȘtise mais aussi une absurditĂ© sans aucun fondement . “C’est pĂ©ter dans du cendre” pour attirer l’attention et se rendre important .

    Les maliens sont en grande majoritĂ© des musulmans , tous les prĂ©sidents maliens qui se sont succĂ©dĂ©s au pouvoirs sont musulmans . L’actuel prĂ©sident malien est musulmans . avant d’ĂȘtre prĂ©sident il frĂ©quentait les mosquĂ©es et les leaders religieux . Maintenant il est prĂ©sident de la rĂ©publique il continu Ă  frĂ©quenter les mosquĂ©es oĂč est le problĂšme ?.

    Qu’un prĂ©sident soit Ă©lu Ă  plus de 77/100 dans un pays oĂč plus de 90/100 sont musulmans , quoi de choquant Ă  ce qu’il soit Ă©lu par des musulmans .

    Dans tous les pays du monde , l’influence de la religion majoritaire se remarque dans la vie politique .
    Prenez l’exemple sur la France oĂč vous vivez . La France est un pays de culture judĂ©o-chrĂ©tienne , parmi les nombreux jours fĂ©riĂ©s en France combien sont religieux ?

    MĂȘme les jours de repos hebdomadaire sont religieux : Samedi et dimanche

    Samedi Ă©tant jour de priĂšre dans les synagoques pour les juifs
    Dimanche étant jour de priÚre dans les églises pour les chrétiens.
    Curieusement Vendredi jour de priĂšre dans les mosquĂ©es pour les musulmans est un jour de travaille , il n’est pas concernĂ© au mĂȘme titre que Samedi et dimanche comme jour de repos mĂȘme dans un pays Ă  plus de 90/100 musulmans comme le Mali . C’est la preuve que la colonisation des esprits continu .
    La colonisation continu avec le déracinement total ou partiel des intellectuels africains .

    La laĂźcitĂ© ne veut dire renoncer Ă  sa religion . La laicitĂ© n’interdit pas de pratiquer sa religion .
    La laĂŻcitĂ© c’est juste le principe de sĂ©paration de l’Etat et de la religion .
    Moins vous agitez “un faux chiffon rouge” contre un prĂ©tendu pĂ©ril imaginaire mieux le pays se porterait .

    • Mynti: “Ce monsieur Makan Diallo s’exprime comme s’il s’adressait Ă  la communautĂ© musulmane française .Il est claire que ce monsieur n’est plus dans la rĂ©alitĂ© malienne”… Je n’ai plus rien a ajouter mynti.

      “La colonisation continu avec le dĂ©racinement total ou partiel des intellectuels africains”…absolument!

  39. En toute franchise, ces terroristes ne combattent pas au nom de l’islam mais plutĂŽt en leurs propres guises. Sinon, ils ont dĂ©passĂ©s plusieurs pays avant d’accĂ©der au territoire malien.

  40. Trop de sang ont coulĂ©, il n’y a eu que des dĂ©gĂąts ces trois derniĂšres annĂ©es. Maintenant que la flamme de la paix a commencĂ© Ă  reluire le Mali, l’Etat malien ne baissera pas les bras. Vous pouvez en ĂȘtre sur. 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆

  41. La religion occupe un grand rÎle dans la gestion du Mali, mais au Mali il y a une grande différence entre la religion et la politique se sont deux mondes différents.
    La gestion du pays ne peut pas aller sans des accompagnement de nos religieux, les religieux sont lĂ  dans un cadre de l’apaisement. ceux-ci doivent se mettre sur un terrain d’entente, notre pays n’est pas prĂȘt pour des conflits inter groupe religieux
    Ses religieux doivent faire preuve de responsabilité.
    Qu’Allah BĂ©nis la rĂ©publique

  42. Le prĂ©sident de la rĂ©publique sait oĂč intervenir, ses personnes n’ont pas fait preuve de responsabilitĂ©.
    Mais c’est certainement des conflits politiques. Ses leaders religieux ne doivent en aucun cas se mĂȘler de la politique, ceci est deux mondes diffĂ©rents.

  43. Au Mali il faut surtout comprendre que ses leaders religieux ont toujours Ă©tĂ© l’emblĂšme pour la paix, ils interviennent dans des moments compliquĂ© et sont considĂ©rer comme des piliers de ce pays.
    Au Mali tout le monde à un rîle important à jouer et nul ne peut aller sans l’autre.

  44. Nous ne devons nullement mĂ©langer la religion Ă  la politique. Au Mali chacun de ses domaines jouent leurs rĂŽles. GĂ©nĂ©ralement la religion intervient lorsque la politique apporte le déçu, et qu’il n’y a pas d’autre choix que la priĂšre et le chemin de Dieu.
    Les religieux doivent bien garder leurs positions et ne pas se mĂȘler de la politique car cette politique peut ĂȘtre trĂšs vaste.
    Les religieux doive faire preuve des hommes et des femmes civiliser et se donner les mains afin d’évitĂ© le regrĂ©es.

  45. Au Mali nous avons toujours sue que la religion intervient dans le sens de l’apaisement, quand il y a des mal ententes et des conflits, quand il y a des guerres et autre indĂ©sirable situation, mais la religion n’agit en aucun cas sur le vois de la politique. Si ses mĂȘme religieux se trouvent en des conflits la cause est certainement autre que du bon
.

  46. Dans une nation oĂč la majeur partie de la population sont religieux et que ses populations apportent du respect et de la considĂ©ration Ă  cette religion il est important de considĂ©rer cet influence que la religion peut avoir. Alors le prĂ©sident ne doit mĂȘme pas se permettre de mettre ses religieux en dehors de la gestion du pays.
    Cette ration depuis avant l'arrivĂ©e de la dĂ©mocratie est lĂ  avec les maliens, les maliens ont un attachement fort Ă  la religion. L’affection religieux ne dois pas ĂȘtre mĂȘlĂ© Ă  la politique qui est tout Ă  fait une autre rĂ©alitĂ© de vie diffĂšrent.
    La religion est bien différente de la politique

  47. Le Mali traverse un moment assez difficile, de ce fait le mieux est que tous les maliens se donnent la main pour emprunter le mĂȘme chemin de secours. Personnes d’autres ne feront ce pays Ă  notre place, donc ne laissons pas notre patrie dans la main de ces terroristes.

  48. Ces terroristes utilisent l’islam comme sous couvert alors qu’ils ne sont pas des musulmans dignes de ce nom. Mes remerciements vont Ă  l’endroit de l’armĂ©e malienne pour la rĂ©ussite de sa mission.

  49. La religion occupe un grand rÎle dans la gestion du Mali, mais au Mali il y a une grande différence entre la religion et la politique se sont deux mondes différents.
    Je ne suis pas sĂ»re de cette information que nous apporte ce journaliste, certes les religieux interviennent dans la gestion du pays en leurs maniĂšres. Mais ces religieux n’ont aucun dĂ©sir de gestion de ce pays.

  50. Le monde entier doit se donner la main pour l’éradication du terrorisme. Cependant, les maliens doivent rester vigilant en ce moment prĂ©cis. Unissons-nous pour la lutte contre le terrorisme. Cette lutte est un combat de tous les jours qui mĂ©rite un entretien endurant.

  51. La religion a aussi une partie dans la gestion du pays, mais les religieux doivent surtout garder leurs positions. Cette religion doit intervenir pour sauver l’Etat quand il en faut mais pas pour se faufiler entre les hommes politiques.

  52. Ce que vous oubliez dĂ©jĂ , ses religieux sont aussi des leaders. Le Mali est un pays Ă  grande majoritĂ© religieux. Et entend que prĂ©sident, IBK dois les frĂ©quenter pour la bonne gestion de cette nation, c’est ensemble que nous arrivons Ă  construire ce pays. Le moment actuel besoin de beaucoup de bĂ©nĂ©dictions et tous les religieux de ce pays doivent se sentir concerner.

  53. Ses leaders religieux sont aussi concerner dans la gestion du pays.
    Les Mali est connu surtout comme un pays qui apporte tend de respect et de considération à ses valeurs culturelles traditionnel et religieuses.
    La religion occupe une grande place au Mali et cela est depuis avant son indépendance.
    Alors Mr. le journaliste s’essayez pas de crĂ©er des polĂ©miques lĂ  oĂč il y’en a pas …

  54. Tenons nous pret et digne comme des Burkinabais si non les Dicko et complices sont sur la voie d’islamiser notre chere patrie.

    Quand à vous Mr Diallo prenez vos responsabilités comme tous les intellectuels de notre pays de se mobiliser pour cette cause.

    Mon analyse Ă  moi est que ce probleme est dĂ» bcp en partie par le manque d’Ă©ducation de la population.

  55. FLM de Amadou Kouffa, Almorabitoune de Ben Moktar, Aqmi, Amçardine de Iyad Ag Ghaly et tant d’autres, comme on le dit si bien “si ne pas Jean, c’est Paul”, le plus important est de retrouver le fief des terroristes et de mettre un terme Ă  tout cela. Le Mali connait dĂ©jĂ  ses ennemis alors les forces armĂ©es savent comment tenir le taureau parle cornes. La lutte contre le terrorisme doit ĂȘtre infernale et main dans la main.

  56. En fait, le problĂšme est non moins le mĂ©nage entre religieux et politiciens que la capacitĂ© du pouvoir Ă  s’exercer. Au Mali nous n’avons pas un Etat fort et, cela date de la pĂ©riode de ATT. Les religieux ont fait croire Ă  IBK que c’est Ă  eux qu’il devait son pouvoir et lui y croit. A l’instar des politiciens qui lui ont apportĂ© leur soutien, les leaders religieux engrangent eux aussi des dividendes, quoi de plus normal.

  57. Les leaders religieux se plaignent toujours de des politiciens alors que de leur cĂŽtĂ© la paix et la concorde ne rĂšgne point. Les diffĂ©rents leaders religieux ne s’entendent pas entre eux alors comment pourront-ils prĂ©servĂ©s le peu de stabilitĂ© qui reste dans le pays.

  58. ➡ Le monde de la politique est un monde parallĂšlement opposer Ă  se celui de la religion. L’aventure de leaders religieux dans la politique est une trĂšs mauvaise idĂ©e. Les maliens font confiance au leader religieux parce qu’ils font circuler plus ou moins les messages de Dieu, mais la politique est plus ou moins l’art du mensonge, de la trahison et de mauvaise foi. ➡

  59. Ceux sont des lùches, des barbares des temps modernes, des islamistes radicales et diaboliques et des assassins. Ce sont des illettrés et intégristes vis-à-vis des recommandations du saint CORAN.

  60. Le Mali est un pays laĂŻc, les leaders religieux pour la grande considĂ©ration que la population malienne garde toujours en eux, ils ne doivent jamais ĂȘtre le plus vues sur la scĂšne politique, sinon surement la population finira par croire encore plus au politique qu’aux leaders religieux.

  61. Ce qui est surprenant, c’est que ces agresseurs qui sortent des limites de la Loi islamique disent que leurs actes [terroristes] font partie du JihĂąd sur le sentier d’Allah ! Ceci est un des plus grands mensonges profĂ©rĂ© Ă  l’encontre d’Allah, car Allah a considĂ©rĂ© cela comme du dĂ©sordre et non pas comme du JihĂąd.

  62. Ce qui est surprenant, c’est que ces agresseurs qui sortent des limites de la Loi islamique disent que leurs actes [terroristes] font partie du JihĂąd sur le sentier d’Allah ! Ceci est un des plus grands mensonges profĂ©rĂ© Ă  l’encontre d’Allah, car Allah a considĂ©rĂ© cela comme du dĂ©sordre et non pas comme du JihĂąd.

  63. Le terrorisme est un flĂ©au trĂšs difficile Ă  cerner. Pas que MALI seulement, le terrorisme sĂ©vit partout dans le monde entier. MalgrĂ© les mesures misent en place par les autoritĂ©s maliennes, le terrorisme reste intenable. Tant que la sociĂ©tĂ© civile ne s’engage pas a aidĂ© l’Etat, cette lutte restera incertaine et vaine.

  64. L’islam de nos est transformer pas par les amateurs du coran, mais plutĂŽt les leaders religieux islamiques. Chaque leaders religieux jugent de sa façon les dits du coran comme il vaut en fin de satisfaire ses propres ambitions. La population malienne doit faire trĂšs attentions car certain leader religieux islamique deviennent de plus en plus dangereux.

  65. L’islam est venu prĂ©server cinq choses essentielles qui sont : la religion, la vie, l’honneur, la raison et les biens. L’islam a prĂ©vu des sanctions sĂ©vĂšres Ă  l’encontre de ceux qui portent atteinte Ă  ces cinq choses essentielles, qu’elles appartiennent Ă  des musulmans ou Ă  des non-musulmans qui sont liĂ©s par un pacte [avec les musulmans]. En effet, le non-musulman qui jouit d’un accord a les mĂȘmes droits et devoirs que le musulman.

  66. Aidez-moi, chers concitoyens, Ă  comprendre ce qui motive nos chefs religieux musulmans vers les choses politiques qui sont indignes de leur qualitĂ© de guides spirituels, les messagers de Dieu. Si nos chefs religieux veulent qu’on les prenne pour des politiciens et les traitent comme tels, il n’y a aucun problĂšme. Mais c’est la religion musulmane qui ira Ă  terre dans la sociĂ©tĂ© malienne. En tant que fils d’un musulman et musulman Ă  la fois, je ne souhaite pas cela. Mais c’est ce qui risque d’arriver si ces hommes continuent de se comporter de la sorte.

  67. Il y a des intĂ©gristes qui veulent transformer l’islam Ă  leur guise. L’islam est un religion de paix et une religion authentique. Des terroristes se sont donner la tĂąche de faire croire au monde entier des sordiditĂ©s sur l’islam.

  68. La politique et la religion sont deux chose diamĂ©tralement opposĂ©es l’une Ă  l’autre. Actuellement quand on veut ĂȘtre un bon religieux, un bon guide, on doit s’abstenir de faire de la politique. Ce qui sous-entend le fait qu’on doit prendre son Ă©cart vis Ă  vis de la politique et de certains politiciens.

  69. Les musulmans sont, certes, des citoyens et ils doivent se soucier de leur pays. Mais se soucier de son pays est différent de faire la politique en abandonnant sa mission religieuse. Donc que les religieux restent dans leur lot et laisser les politiques dans leur lot. Ils peuvent faire des propositions dignes sans pour autant faire la politique.

  70. Le chemin de Dieu consiste en ceci : Ă©loigner l’injustice des musulmans, corriger ce qui est blĂąmable, mener la lutte contre les prĂ©varicateurs et les hommes injustes, qui se trouvent parmi les Ă©mirs ou autres personnages. Corriger ce qui est blĂąmable et en protĂ©ger les musulmans.

  71. Avec tout le respect que j’ai envers les chefs religieux, je leur demande de dĂ©sister de la scĂšne politique pour de bon. Cette politique est en train de salir leur rĂ©putation de guide dans la sociĂ©tĂ© malienne. Cela n’est pas bon pour l’image de la religion musulmane qu’ils sont censĂ©s porter haut le drapeau.

  72. Au Mali, un chef religieux n’est pas digne de la politique. On peut ĂȘtre chef religieux et ĂȘtre utile aux autoritĂ©s de son pays sans pour autant faire de la politique. Certains chef religieux maliens se sentent mieux dans la politique que dans la religion. Quelle dĂ©ception!

  73. L’Etat a toujours respectĂ© les religieux et il continuera de la faire. Seulement que peu de religieux en gĂ©nĂ©ral, et musulmans en particuliers comprennent le sens de l’Etat. Le Mali n’est pas un Etat islamique. Tous les chefs religieux qui se donnent actuellement Ă  la politique ne veulent garder leur crĂ©dibilitĂ©.

  74. Les chefs religieux maliens sont comme des hommes politiques. ILs ont tendance à oublier leur mission de guide au profit de la politique. Cela n’est pas du tout une bonne chose. Raison pour laquelle certaines personnes ne les respectent plus.

  75. La religion ne doit pas ĂȘtre mĂȘler Ă  la politique. Les chefs religieux sont certes des citoyens comme ceux qui font la politiques. Le truc est que la fonction qu’à assignĂ© nos hommes politique la politique est incompatible avec la religion.

  76. Je ne sais pas rĂ©ellement ce qui arrive Ă  nos chefs religieux mais ils sont actuellement dans une logique d’auto-nuisance. La politique n’est de leur compĂ©tence et ils ne sont pas dignes de la scĂšne politique. Je ne connais aucun politiciens qui ne ment pas alors que la religion musulmane condamne fermement le fait de mentir. Si nos chefs religieux veulent Ă©chouer leur mission, je les invite Ă  frĂ©quenter les politiques et Ă  vouloir devenir comme ces gens. .

  77. Le Mali n’est pas et ne sera pas un Etat islamique. Si nos chefs religieux, musulmans, croient pouvoir faire cela, et bah ils se trompent. Nous sommes et resterons un Etat laĂŻc, jusqu’Ă  ce que la constitution soit modifiĂ©e. Et je ne suis pas sĂ»r de cela.

  78. Makan Diallo, vous avez fait une brillante analyse de la situation!. Les religieux surtout musulmans pensent qu'ils ont le monipĂŽle du pouvoir au Mali, ils ne doutent pas de leur capacitĂ© de faire et defaire les politiques dans notre pays. Et ces mĂȘmes religieux qui ont la mĂȘme mission ne s'attendent pas. Ils pensent profondement que le Mali dĂ©mocratique et laĂŻc est un Etat islamique.

Comments are closed.