DEVELOPPEMENT DE BLA : Une vraie fausse centrale électrique

0

           Situé à quelques 80 kilomètres de Ségou, la ville de Bla se trouve dans le bas-fond entre Ségou et la capital de l’or blanc d’un côté et la ville de San de l’autre côté sur la route de Mopti. Carrefour très important pour relier les capitales régionales de notre pays, la ville de Bla est confrontée à des difficultés qui nuisent à son développement.

            Arrondissement de Koutiala jusqu’en 1979 Bla est devenu indépendant de Koutiala en ayant son statut de cercle de la région de Ségou. Considérant la position géographique de Bla, chaque hivernage, la ville était inondée et comme les constructions sont en majeur partie en banco, on assistait à l’écroulement massif des maisons sous les eaux de pluie.

LA REALISATION DE CONDUITES D’EAUX SOUTERRAINES

            Heureusement, entre 1998 et 2000, de grands travaux de réalisation de conduites d’eaux souterraines ont été réalisés à la grande satisfaction de la population: “Je suis énormément content de la réalisation de ces conduites d’eaux, qui nous permettra pendant l’hivernage de nous promener dans nos rues sans avoir les pieds sous l’eau” se dit satisfait un habitant de Bogola, quartier du centre-ville de Bla. Bien avant la réalisation de ces conduites, beaucoup d’autres projets avaient été promis au cercle de Bla dont l’installation du téléphone, la création d’une usine d’égrenage de la CMDT, l’installation du robinets.

            Mais, tous ceux-ci n’étaient que des belles paroles. “Pour confirmer cela, il y a seulement quelques années, nombre d’électeurs dans le Bendougou avaient promis d’implanter une usine d’égrenage de la CMDT à quelque 7km de la ville de Bla, à l’est du village de wakoro, en transportant des dizaines de tonnes de sables et de gravier pour la construction de la dite usine. Mais, à notre grande surprise, après les électeurs, les acteurs politiques ont abandonné le projet, oubiant leur engagement. Les tonnes de sable sont comme une dune de sable et chaque hivernage qui passe emporte une partie”, s’exclama un habitant de wakoro (situé à 7 km de Bla, sur la route de san).

            Pour se rendre dans les régions de Mopti, Gao, Tombouctou ou Kidal, il faut passer par Bla et certaines parties de la région de Sikasso et si tous les voyages des dirigeants du pays ne peuvent se faire que par avion, ils sont obigés d’emprunter les routes terrestres, en passant obligatoirement par Bla.

L’ENGAGEMENT DE LA POPULATION

            La population dynamique a prit l’initiative de créer des associations et des clubs animés par la même motivation de doter la ville de certaines infrastructures indispensables au développement d’une ville telles que le téléphone, l’électricité, l’adduction d’eau potable.

            Lors des passages des délégations ministérielles ou présidentielles, les membres de ces associations et clubs les accueillent avec des messages écrits sur les bandéroles pour exprimer leur souhait qui est d’acquérir les insfrastructures indispensables au développement.

            Ainsi, lors d’un de ses nombreux passages sur l’axe Ségou-San ou Ségou-koutiala, le président de la République Amadou Toumani Touré a promis à la population de Bla de doter la ville de téléphone de l’électricité et de l’eau. La population avait commencé à douter de ces propos à cause de nombreuses promesses faites par les hommes politiques de la place, jusqu’à l’installation de la Sotelma et leur mise en service voilà à peu près un an.

            Quelque mois après, le ministre des Mines, de l’Energie et de l’eau Ahmed Diane Séméga, au nom du gouvernement et d’ATT, a fait le déplacement à Bla pour annoncer l’installation très prochaine d’une centrale électrique qui sera à alimentée par un moteur neuf dont la capacité permet de desservir tout le cercle de Bla et environs. Il avait aussi été imposé à l’entreprise chargée d’effectuer les travaux à terminer avec les opérations avant le 8 juin alors qu’on était  à quelques mois seulement du mois de juin.

POURQUOI LE 8 JUIN?

            Certes, les poteaux de conduite ont été installés et les quelques mosquées électrifiées comme ils ont exigés mais, la population ne bénéficie pas de ce changement après l’installation de la centrale électrique. Selon certaines de nos sources la moteur en question est inférieur à la capacité demandée et existerait dans les locaux de la crèche à Bamako depuis 1985: “le moteur ne correspond pas aux normes demandées, s’il fallait faire correctement les travaux, on serait allé jusqu’en septembre mais, vu le temps et la précipitation des choses, la population n’est même pas servie à 10%, car les endroits indiqués pour être obligatoirement servis sont couverts par l’essentiel au détriment des quartiers dont la demande est plus élevée” , confirma un ingénieur.

            Pour le moment l’électricité existe à Bla et environs dans les discours et même que sur du papier, et il suffit d’y faire un petit tour s’en rendre compte. Au-délà de toutes ces belles paroles, dans les rues ombragées tout ce qu’on entend, c’est le bruit incessant des petits moteurs Yamaha dans les quelques familles nanties de la place qui ont les moyens de s’offrir l’électricité et les se contentent des lampes à pétrole et des batteries pour regarder la télé avant l’avènement d’une “vraie” centrale électrique à Bla.

Moussa KONDO (Stagiaire)

Commentaires via Facebook :

PARTAGER