Visite du chef de l’état en 4ème région : 2018, c’est déjà maintenant !

0
IBK

Entendre, c’est bien ; mais voir, c’est encore mieux. Le chef de l’Etat, Ibrahim Boubacar Kéita, parcourt, depuis un certain temps, les différentes régions du Mali, suivant un programme bien établi. Objectif : s’imprégner des réalités des populations pour mieux apporter des réponses.

Après la région de Sikasso, le président de la République était, la semaine dernière, en quatrième région. A chaque passage, le chef de l’Etat a tenu à adresser des messages d’espoir à la population. Partout où il est passé également, IBK a, soit inauguré, soit posé la première pierre d’une infrastructure socioéconomique, ou, a, tout simplement promis. Il sait les attentes nombreuses des populations maliennes. Il sait aussi et surtout que 2018 se joue maintenant.

Défendre un bilan

Battu sur le terrain de la communication par une opposition très agressive, le camp présidentiel compte sur les visites de terrain du chef de l’Etat pour redorer son blason. Avec une majorité présidentielle en panne d’inspiration, le chef de l’Etat est obligé de mouiller le maillot pour défendre son bilan. C’est pourquoi les visites de terrain, avec contact direct avec les populations, sont l’occasion pour le président IBK de corriger l’image de négativité, parfois présentée par ses opposants ou détracteurs, quant ceux-ci parlent de son bilan à mi-parcours. Car, un adage dit « Qui ne dit mot, consent ».

Parmi les points positifs de son bilan, défendus par le président de la République à chacun de ses passages, figure l’accord de paix signé avec les groupes armés en vue de la résolution de la crise du Nord. Un accord fustigé par ses opposants. Pour le président IBK, même si l’accord n’est pas parfait, il est, selon lui, la lumière qui illumine le chemin de la paix plein d’embûches. Grâce à lui (l’Accord), les Maliens peuvent dialoguer, pacifiquement entre eux, en vue de parvenir à un meilleur vivre ensemble et à l’épreuve des pressions terroristes.

Pour le reste, le président IBK a surtout promis de changer les mauvaises habitudes des Maliens. Les perspectives électorales 2018, sont passées par là.

Si le président IBK se défend d’un bilan à mi-parcours qu’il juge plutôt positif eu égard à la situation de départ, le jugement final des Maliens et en l’occurrence des électeurs, risque de se passer de tout sursis. S’il y a un point sur lequel les critiques se fondent à l’heure actuelle, c’est la lutte contre l’injustice sociale (le foncier, la dilapidation des deniers publics…). Les scandales financiers qui ont éclaboussé le régime d’IBK, même si ce dernier peut estimer n’avoir rien à se reprocher, ne sont pas pour faciliter la tâche au camp présidentiel. Pour beaucoup de nos compatriotes, l’arrivée de l’homme « IBK » à la tête du pays, allait envoyer au fond des cellules les gros prédateurs des deniers public ou du foncier. Jusqu’ici, pas un seul « gros poisson » n’a été inquiété alors que le discours du chef de l’Etat qu’il est, sur la lutte contre la corruption et les mauvaises pratiques, reste ferme mais est suivi de peu d’effet. C’est là que les attentes peuvent être déçues. Le défi reste la réforme de la justice pour mieux combler les attentes de la population en matière de distribution saine de la justice.

Une longueur d’avance sur l’opposition politique

Certains observateurs pourraient qualifier les visites de terrain du chef de l’Etat de « campagnes électorales ». Mais, de toutes les manières, le président de la République sortant, a toujours un avantage sur ses adversaires politiques. Chaque jour est campagne pour lui et il peut légitimement utiliser les moyens de l’Etat pour cette fin. Les avantages politiques, tirés par les visites du chef de l’Etat à l’intérieur du pays, peuvent éclipser plusieurs mois de critiques de l’opposition. Cette opposition devrait, elle aussi, aller au contact des populations surtout de l’intérieur du pays, pour mieux faire passer son message. Tout n’est pas critique. Il s’agit également et surtout de poser des actes qui vont dans le sens du développement humain (réalisations de micros projets…) qui soulagent la population et qui lui font comprendre qu’elle peut aussi compter sur d’autres oreilles attentives qui ne sont pas celles du président de la République. L’alternance politique se construit à la base et au quotidien et non à la veille des élections.

Tièmoko Traoré

PARTAGER